Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue musical dans une fusion harmonieuse malouf-chants perses
Concert de Faouzi Abdennour et de l'Iranienne Khatoon Panahi au TNA
Publié dans La Tribune le 17 - 07 - 2017

La première partie de la soirée a été entièrement consacrée au malouf constantinois avec l'interprétation durant près d'une heure de la nouba Raml El Maya dans ses déclinaisons rythmiques et mélodiques. La chanteuse iranienne rejoindra la scène pour la seconde partie. Créant un véritable dialogue interculturel, Faouzi Abdennour et Khatoon Panahi ont interprété des duos dans les deux langues, algérienne et perse
Le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA) a accueillis dans la soirée de samedi dernier, un concert animé par l'interprète du malouf constantinois Faouzi Abdennour et l'Iranienne Khatoon Panahi. Durant plus de deux heures, les mélomanes présents ont été conviés à un véritable voyage musical, transcendant l'espace et le temps, survolant le patrimoine musical de la ville du rocher jusqu'à la Perse antique en passant par des chants qui ont marqué les temps modernes.
Installé à Paris depuis 2006, Faouzi Abdennour, chanteur-pélerin, tel qu'il aime se définir, aspire depuis une trentaine d'années à dédier son art au dialogue entre les cultures et les religions en créant des passerelles entres les différentes traditions musicales ancestrales. Pour sa part, installée à Paris, Khatoon Panahi, chanteuse, conteuse, comédienne et professeur de danse, a dédié son long parcours artistique à la femme iranienne en particulier et la valorisation des anciennes chansons du terroir iranien tombées dans l'oubli pour les remettre au goût du jour dans de nouveaux enregistrements.
La première partie de la soirée a été entièrement consacrée au malouf constantinois avec l'interprétation durant près d'une heure de la nouba Raml El Maya dans ses déclinaisons rythmiques et mélodiques. Les présents ont été gratifiés par l'interprétation des différentes pièces de ce patrimoine musical andalous à l'instar de «Fah el banafsedj», «Idha habibek wafa bi aâhdih», «Mata nastarihou», «Allah, Allah, Ach D'aâni», «Beyna Ed'Doulouâï», «Ya saqi wesqi habibi», «Ya moulet el khana», «Mal hbibi malou» et «Lakitouha fine».
Avec sa voix mélodieuse Faouzi Abdennour, maîtrisant son instrument «semi-mandole» à douze cordes, était accompagnée par sept talentueux musiciens aux percussions, ney, luth et violons. Les sonorités de chaque instrument s'entremêlaient dans une valse harmonieuse où chaque note jaillissait dans une clarté limpide dans une ambiance paisible du prélude, dans un rythme crescendo jusqu'au final explosant tel un feu d'artifice en échos des youyous et applaudissements du public présent.
Pour la seconde partie de la soirée, la chanteuse iranienne, élégamment vêtue, rejoindra la scène. Créant un véritable dialogue interculturel, Faouzi Abdennour et Khatoon Panahi ont interprété des duos dans les deux langues, algérienne et perse, mettant en relief la beauté des deux patrimoines musicaux millénaires dans une fusion harmonieuse à travers le langage universel de la musique.
Les mélomanes présents ont ainsi apprécié avec engouement «Bent Ech'chalabiya» de Faïrouz, sur laquelle Faouzi Abdennour a rendu le texte de «Selli houmoumek fi del aâchiya» et «Billahi ya hamami» ainsi qu'une autre pièce du terroir constantinois sous les applaudissements du public conquis par cette fusion harmonieuse des genres.
Il est à noter que les musiciens algériens ont été rejoints par le musicien iranien Nima au «setar», instrument traditionnel iranien à quatre cordes, à la petite caisse busquée et au long manche mince et au «def» (bendir d'une petite épaisseur périphérique et d'un diamètre plus large).
La troisième partie de la soirée a été tout naturellement dédiée aux chants millénaires de la Perse dont même une chanson d'Azerbaïdjan et du village natal de la talentueuse artiste iranienne, à l'instar de celle intitulée «Goo be saghi», «Jame Tala », «Dashligala» et «Banoo Banoo» où un amoureux décrit sa bien aimée la comparant à une rose.
Créant une réelle complicité avec le public, Khatoon Panahi, expliquera aux présents que ses chansons, parlent «d'amour, de paix, de la beauté de la nature et du monde, avant qu'il ne soit plongé dans le chaos, dans un message d'espoir».
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.