Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Doria Yousfi sublime le regard dans une symbiose d'art et de lumière
Exposition «Entre rêves et réalité» au Bastion 23
Publié dans La Tribune le 30 - 07 - 2017

Dans les différentes œuvres, la touche originale récurrente est l'accentuation des traits des yeux des personnages qui intensifie le regard
L'exposition «Entre rêves et réalité» de la jeune artiste Doria Yousfi, se poursuit jusqu'au 31 août prochain au Palais 17 du Bastion 23, conviant les visiteurs à découvrir un univers onirique entre passé et présent ou les courbes et les lignes sont sublimées par la technique moderne de luminosité. A travers une dizaine d'œuvres, où la femme est omniprésente, en haïk tout en pudeur, avec une mandoline tout en allégresse, un rouge passion ou la fierté de plumes de paons, les personnages féminins sont sublimés telle une ode à nos aïeules. A ce sujet l'artiste Doria confie que la femme est au centre de ses toiles car elle «est l'élément constructeur de la société. Elle est le pilier de la famille et le noyau de la société». Dans les différentes œuvres, la touche originale récurrente est l'accentuation des traits des yeux des personnages, intensifiant ainsi des regards oniriques attractifs hypnotisant le regard du visiteur. L'artiste exposante explique à ce sujet qu'elle «travaille beaucoup sur les yeux et les regards. Les yeux me fascinent, car c'est à travers les yeux et le regard que tout est exprimé, c'est le reflet de l'âme». Elle ajoute à propos de sa fascination que «c'est la première chose qui m'attire chez une personne, car à travers le regard on saisit la profondeur de l'être qui est en face de nous et si l'on peut lui faire confiance». A propos de l'omniprésence de cet élément dans ses toiles, elle dira que «chez mes personnages féminins le regard est aussi important. Car c'est là que transparaissent les pensées et sont véhiculés les messages d'amour, de passion, de reproches et de gratitude. C'est pour cela que c'est important pour moi et que c'est quelques part ma marque de fabrique». La palette de couleurs en général représente le bonheur et la joie de vivre. Cette joie de vire est illustrée dans L'ancienne Algéroise, Doria Yousfi explique que cette femme moderne en haïk représente la vraie tradition algérienne, elle représente aussi le fait que les femmes d'avant étaient heureuses avec peu de choses. Dans le tableau Khamssa, les racines africaines de l'Algérie sont également illustrées avec un portait en dualité d'une femme aux couleurs ébène et ivoire exprimant la richesse de notre culture et des rites et coutumes ancestrales.
L'artiste confie qu'elle a été attirée par les arts plastiques vers l'adolescence, où peindre était un exutoire. En autodidacte elle a appris à maitriser les différentes techniques afin de réussir à représenter sur la toile ce qui dictait l'inspiration de ces instants, où l'imaginaire prend corps à travers la palette de couleurs et le pinceau. elle précise aussi que ce qu'elle préfère dans la peintre à l'huile, qu'elle utilise le plus souvent, c'est cette brillance qui donne encore plus d'éclat au travail de la lumière. L'art pour elle est aussi un outil de décoration car il contribue à créer une atmosphère esthétique dans le quotidien. Spécialisée dans la décoration intérieure, elle ajoute à ce sujet que «les lumières dans mes toiles sont un concept de design moderne, c'est ornemental et entre dans l'esprit de la symbiose entre l'œuvre artistique et la décoration intérieure».
Doria Yousfi a déjà collaboré avec des promoteurs immobiliers, des entrepreneurs et des architectes tunisiens. Aujourd'hui, elle voudrait partager cette expérience en Algérie, qui est la principale source d'inspiration de ses œuvres. Après avoir déjà exposée en Tunisie et au Canada, elle expose ainsi pour la première fois en Algérie avec le soutien de l'association algérienne Conscience, en partenariat avec le centre des arts et de la culture le Bastion 23. Il est à noter que l'association algérienne Conscience œuvre à créer des liens entre tout les acteurs de la société civile avec pour mission, notamment, la promotion de la culture. En plus des activités culturelles, l'association organise également des activités éducatives notamment au sein des écoles pour sensibiliser les enseignants sur la pleine conscience, c'est-à-dire apprendre à être et non pas avoir, ceci en faisant la promotion de tout ce qui relie à la connaissance de soi et de ses repères identitaires.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.