Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Résidence de création d'art plastique «L'Afrique au cœur» à Dar Abdellatif
Initiée par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel
Publié dans La Tribune le 01 - 08 - 2017

Le vernissage de l'exposition des œuvres produites lors de cette résidence aura lieu jeudi prochain, à 17h30 à Dar Abdellatif, et sera précédée d'une table-ronde sur «L'art contemporain en Afrique»
Dans le cadre de son programme de résidence de création, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) accueille une résidence de création baptisée «L'Afrique au cœur» à Dar Abdellatif avec la présence d'artistes plasticiens africains jusqu'au 5 août prochain. Sur la page officielle de l'événement, il est précisé que «Dar Abdellatif accueille en résidence d'été, les artistes plasticiens africains Alioum Moussa, Amadou Tounkara, Justine Gaga et Moufouli Bello, pour un focus sur l'art africain contemporain, encré dans la tradition, mais source inépuisable de création artistique».
Le vernissage de l'exposition des œuvres produites lors de cette résidence qui se poursuivra jusqu'au 5 août prochain, aura lieu jeudi prochain, à 17h30, et sera précédée d'une table-ronde sur «L'art contemporain en Afrique». Ainsi, chaque résident présentera sa démarche artistique à travers des créations originales inspirées de leur environnement qu'est Dar Abdellatif, Alger, et au gré des rencontres et des échanges.
Il est également rappelé que l'année 2017 a vu différentes résidences avoir lieu à Dar Abdellatif telles que musicale avec l'orchestre Al Dahabia qui a rendu un hommage à Warda El Djazairia au Festival Arabesque de Montpellier ou cinématographique avec Médi-Talent ainsi que d'autres.
Concernant l'artiste Moufouli Bello, originaire du Benin, il est précisé que c'est une administratrice et passionnée par l'art sous toutes ses formes et par la communication, ce qui l'a orienté vers des expériences professionnelles dans le journalisme, la photographie, l'écriture, et les arts plastiques. En marge de ses acquis de juriste, qui alimentent ses recherches sur la condition humaine, ces autres domaines l'intéressent fortement parce qu'ils font appel à l'imaginaire du public, mais également les ramène à des références culturelles puisqu'ils sont ancrés aux histoires et légendes de nos vies.
Il est également souligné que «son intérêt pour les questions identitaires l'ont rapidement tourné vers l'étude des structures idéologiques, et de la façon dont les cultes, les traditions, la culture, la politique et la technologie affectent notre perception de la société, nos émotions et nos comportements».
Son travail de recherche met donc l'accent sur les notions de condition féminine et humaine, d'identité, de sensibilisation, toutes considérations dont les quintessences évoluent avec la société et ses tribulations.
Par ailleurs, concernant l'artiste plasticien camerounais Alioum Moussa, également graphiste et designer, il est précisée dans son portraits qu'il «pose un regard attentif sur les problématiques sociales. Capable de travailler avec une grande variété d'outils et de matériaux artistiques, il façonne ses œuvres en fonction de la thématique choisie».
Au Cameroun et au-delà de ses frontières, il s'est vu attribué plusieurs distinctions et a été invité, en tant que créateur, à collaborer sur de nombreux projets artistiques. Il a participée ainsi à d'abondants projets notamment en Italie, en France en Suisse et au Danemark.
En tant que costumier, Alioum Moussa a conçu les costumes et accessoires de la pièce de théâtre «En attendant Godot» de Samuel Beckett, mise en scène par Martin Ambara et «Cantate de Guerre» de Larytrembley, mise en scène par Harvey Massamba.
Il a aussi été choisi pour concevoir les scénographies du Festival national des Arts et de la Culture en 2008 à Maroua, au Cameroun et de l'exposition «Rompre le silence tambour battant» au siège de l'ONU en 2009 à New-York aux Etats-Unis. En septembre 2016, il a remporté le premier prix de design de la Fondation «Illy art collection». Cette année, Alioum Moussa a aussi été l'invité spécial à la biennale «Performatik» 2017 en binôme avec l'artiste belge Maarten Vanden Eynde, pour le projet «Independance».
Le grand public algérien est convié à découvrir et à rencontrer ces talentueux artistes incarnant la créativité aux racines de notre continent.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.