Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Vers le retour des cadres et militants exclus    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une fausse candeur
Publié dans La Tribune le 29 - 06 - 2011

Il y a toujours un brin de candeur dans les divers rapports du Département d'Etat américain sur les droits et la condition de la personne humaine. En apparence seulement, puisque cette naïveté n'en est pas une en vérité. Les rédacteurs de ce type de constats feignent de traduire la réalité et succombent souvent aux clichés éculés pour faire dans le convenu. Rompus au renseignement, les diplomates américains en savent généralement bien plus sur les pays qui les accréditent, surtout quand il s'agit de la sphère socioéconomique. Leur présence et leur introduction dans le monde des affaires leur permettent incontestablement de brosser un regard beaucoup plus palpable que ce à quoi on nous a officiellement habitués. Dire que l'Algérie exploite la détresse des émigrants clandestins, en fermant l'œil sur les excès des employeurs locaux qui les exploiteraient pour une bouchée de pain, revient à ignorer la situation qui prévaut actuellement dans le pays et dans l'ensemble de la région méditerranéenne. Le chômage constitue encore un grand problème en Algérie. Les nationaux résidents, eux-mêmes, éprouvent beaucoup de difficultés à trouver de l'embauche. Notre pays ne représente pas, du moins pour le moment, un eldorado aux yeux de ces harraga. C'est pourquoi, il est invraisemblable que des ressortissants de la région subsaharienne y soient systématiquement arnaqués. Il n'est pas exclu de trouver des plâtriers marocains, des puisatiers syriens ou des charpentiers maliens, en situation irrégulière et sous-payés dans un atelier quelconque, mais c'est loin d'être la règle. Comme partout ailleurs, il existe aussi des Algériens qui travaillent au noir, car leurs patrons refusent de les déclarer à la sécurité sociale ou pour se soustraire à d'éventuelles poursuites de cette institution. Classer l'Algérie dans la liste noire des pays à surveiller pour trafic d'humains sur la base de telles assertions constitue, incontestablement, une accusation sans véritable fondement. Pour produire un véritable diagnostic sur la traite des êtres humains, il faudrait peut-être se tourner davantage vers la rive nord de la Méditerranée où des flux ininterrompus de migrants irréguliers jettent l'ancre par milliers et au quotidien. Le secteur agricole en Italie, par exemple, emploie au noir beaucoup de cette main d'œuvre taillable et corvéable à merci. Ce n'est un secret pour personne. Au pays de Silvio Berlusconi, où l'informel représente officiellement 20% du PIB, les Africains en situation irrégulière sont toujours utilisés pour rien par des fermiers peu scrupuleux. Les agriculteurs espagnols ont, ensuite, fait de même en exacerbant davantage ce phénomène de l'émigration sauvage. Les entrepreneurs français du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique en tirent également des profits conséquents. La fable du plombier polonais n'est pas une vue de l'esprit. En Grèce, ce pays qui fait présentement peur aux 27 de l'Union européenne, ce sont essentiellement des clandestins maghrébins qui font annuellement de la cueillette des olives pour des clopinettes et dans des conditions souvent difficiles. Au Etats-Unis même, les réfugiés «sociaux» du Mexique voisin récoltent des vertes et des pas mûres dans les domaines agricoles de l'oncle Sam. Les monarchies pétrolières du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Emirats, Qatar, Oman et Koweït), Indiens, Bengalis, Pakistanais et Birmans sont triturés par dizaines de milliers et vivent dans des conditions qui frôlent l'esclavagisme. Le rapport du Département d'Etat aurait pu paraître crédible s'il avait pris en considération toutes ces données dont les diplomates américains possèdent, sans doute, les moindres détails. A défaut, ce document prend l'allure d'un «machin» de propagande ordinaire, destiné à faire pression pour de sombres intérêts. Certes, ce n'est pas comme ça qu'on fera avancer un jour la condition humaine.
K. A.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.