Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    FEUX DE FORETS, COUPURES D'ELECTRICITE ET PENURIE D'EAU : Le président Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    REOUVERTURE DE PLUS DE 4000 MOSQUEES : Le ministre Belmahdi appelle à la raison    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    Boumerdès: 274 algériens rapatriés d'Arabie Saoudite confinés    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED (ALGER) : Lourde peine pour le journaliste Khaled Drarni    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    Une "bande criminelle" démantelée    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'industrie du cuir en quête d'une réorganisation
Secteur à forte valeur ajoutée
Publié dans La Tribune le 08 - 11 - 2011


Synthèse de Ziad Abdelhadi
L'interdiction d'exporter des peaux brutes, inscrite dans la loi de finances 2010, peut ouvrir des perspectives nouvelles dans la filière du cuir. C'est ce qu'avancent des professionnels du cuir. Ce secteur, faut-il le rappeler, c'est retrouvé à importer sa matière première (peaux traités finies et semi-finies) au moment où il existe une production locale annuelle importante en volume .Un potentiel qui prend les chemins de l'exportation par l'entremise d'opérateurs privés qui ont fini par entièrement dominé le marché de l'export des peaux animales. Une exportation massive qui, selon Nadir Remli, cadre au groupe industriel public Leather Industry (cuir), relevant de la SGP-industries manufacturières (IM), reprit par l'APS, constitue une véritable entrave au développement de notre industrie du cuir. «Une tendance qu'il faudrait changer à des fins de remettre sur les rails le secteur», a estimé ce responsable. «D'autant plus que les professionnels du cuir, confrontés à une rude concurrence, veulent rebondir et reprendre la main dans une filière à forte valeur ajoutée, avec de réelles opportunités d'intégration sur les marchés étrangers de l'industrie du prêt-à-porter», a souligné M.Remli . Cela est faisable puisque le gouvernement veut réhabiliter le secteur manufacturier en lui accordant une aide de 140 milliards de dinars. «Une partie de ce montant va permettre aux opérateurs de la filière cuir de reprendre la main pour se réapproprier leur métier et réinvestir le marchénational», indiquent des professionnels à l'APS. Ces derniers ont aussi souligné «la disponibilité de peaux, matière première pour la maroquinerie ou le prêt-à-porter en cuir, existe, mais il suffit d'organiser la filière pour collecter les quelque 3 à 4 millions de peaux des bêtes sacrifiées chaque année à l'occasion de l'Aïd El Adha». Toujours à propos des peaux de l'Aïd, des experts estiment : «Chaque année, entre 3 et 4 millions de moutons sont sacrifiés pour la fête de l'Aïd El Adha. Il suffit seulement de s'organiser pour collecter au moins la moitié des peaux des bêtes destinées au sacrifice de cette fête religieuse» et de faire savoir «l'exemple de plusieurs pays ou la collecte de ces peaux se fait le jour même de l'Aïd par des moyens parfois modestes». Rappelons enfin que le groupe Leather Industry (cuirs) compte 10 entreprises de production avec un effectif de 1 450 travailleurs et un chiffre d'affaire annuel moyen de 2,2 milliards de dinars. Son patrimoine se compose de trois tanneries, de deux mégisseries, d'une entreprise de cuir synthétique, de trois manufactures de chaussures et d'une entreprise de maroquinerie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.