ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'industrie du cuir en quête d'une réorganisation
Secteur à forte valeur ajoutée
Publié dans La Tribune le 08 - 11 - 2011


Synthèse de Ziad Abdelhadi
L'interdiction d'exporter des peaux brutes, inscrite dans la loi de finances 2010, peut ouvrir des perspectives nouvelles dans la filière du cuir. C'est ce qu'avancent des professionnels du cuir. Ce secteur, faut-il le rappeler, c'est retrouvé à importer sa matière première (peaux traités finies et semi-finies) au moment où il existe une production locale annuelle importante en volume .Un potentiel qui prend les chemins de l'exportation par l'entremise d'opérateurs privés qui ont fini par entièrement dominé le marché de l'export des peaux animales. Une exportation massive qui, selon Nadir Remli, cadre au groupe industriel public Leather Industry (cuir), relevant de la SGP-industries manufacturières (IM), reprit par l'APS, constitue une véritable entrave au développement de notre industrie du cuir. «Une tendance qu'il faudrait changer à des fins de remettre sur les rails le secteur», a estimé ce responsable. «D'autant plus que les professionnels du cuir, confrontés à une rude concurrence, veulent rebondir et reprendre la main dans une filière à forte valeur ajoutée, avec de réelles opportunités d'intégration sur les marchés étrangers de l'industrie du prêt-à-porter», a souligné M.Remli . Cela est faisable puisque le gouvernement veut réhabiliter le secteur manufacturier en lui accordant une aide de 140 milliards de dinars. «Une partie de ce montant va permettre aux opérateurs de la filière cuir de reprendre la main pour se réapproprier leur métier et réinvestir le marchénational», indiquent des professionnels à l'APS. Ces derniers ont aussi souligné «la disponibilité de peaux, matière première pour la maroquinerie ou le prêt-à-porter en cuir, existe, mais il suffit d'organiser la filière pour collecter les quelque 3 à 4 millions de peaux des bêtes sacrifiées chaque année à l'occasion de l'Aïd El Adha». Toujours à propos des peaux de l'Aïd, des experts estiment : «Chaque année, entre 3 et 4 millions de moutons sont sacrifiés pour la fête de l'Aïd El Adha. Il suffit seulement de s'organiser pour collecter au moins la moitié des peaux des bêtes destinées au sacrifice de cette fête religieuse» et de faire savoir «l'exemple de plusieurs pays ou la collecte de ces peaux se fait le jour même de l'Aïd par des moyens parfois modestes». Rappelons enfin que le groupe Leather Industry (cuirs) compte 10 entreprises de production avec un effectif de 1 450 travailleurs et un chiffre d'affaire annuel moyen de 2,2 milliards de dinars. Son patrimoine se compose de trois tanneries, de deux mégisseries, d'une entreprise de cuir synthétique, de trois manufactures de chaussures et d'une entreprise de maroquinerie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.