La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Avoir toute sa tête», un gage de bonne santé !
Quand santé mentale rime avec bien-être
Publié dans La Tribune le 11 - 10 - 2008

Les maladies mentales restent très mal perçues. Elles sont souvent vécues comme honteuses, stigmatisantes et font peur, retardant ainsi l'accès aux soins des malades et la prescription de prises en charge spécialisées par leurs médecins traitants. Les personnes souffrant de troubles psychologiques se sentent exclues, rares sont celles qui osent consulter un spécialiste, craignant souvent d'être taxées de «folles». Célébrée le 10 octobre de chaque année, sous le slogan «la santé mentale, priorité mondiale : amélioration des prestations à travers la sensibilisation et l'action collective», la Journée mondiale de la santé mentale a dévoilé des chiffres alarmants sur l'évolution des maladies mentales et l'absence criante de prise en charge. Dans son rapport pour cette année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les troubles mentaux touchent presque 12% de la population mondiale. Une personne sur quatre dans le monde, où environ 450 millions de personnes sont recensées, sera à un moment de sa vie atteinte d'une maladie mentale pouvant faire l'objet d'un diagnostic et d'un traitement. Les troubles de la santé ne sont pas discriminatoires et se retrouvent dans chaque pays du monde, chaque culture, chaque tranche d'âge et chaque niveau socio-économique. Mais en dépit de l'ampleur des pathologies mentales, les services de santé mentale et la promotion du bien-être psychique n'ont pas bénéficié du même soutien financier que les autres maladies et les autres secteurs de la santé. Environ 30% des pays du monde n'ont pas de budget spécifiquement consacré à la santé mentale. De nombreux pays, notamment ceux en développement, ne disposent ni d'infrastructures ni de services de santé mentale. C'est le cas de l'Algérie où les services psychiatriques destinés aux personnes soufrant de troubles psychiques graves ne sont pas adaptés puisque les services d'hospitalisation sont essentiels à l'accueil des malades atteints de troubles mentaux graves. Par contre, il existe dans la plupart des pays une prédominance des institutions d'internement telles que les hôpitaux psychiatriques. Selon l'OMS, la façon la plus efficace et la plus globale de gérer la santé mentale consiste en une mixité de services communautaires et hospitaliers. La sensibilisation aux maladies mentales et la défense de ceux souffrant d'une maladie mentale sont et restent la pierre angulaire des progrès et des améliorations du système de santé mentale, estime l'OMS. D'ailleurs, cette organisation a lancé à l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale une campagne de sensibilisation pour promouvoir les droits humains des personnes souffrant de troubles mentaux et lutter contre la stigmatisation et la discrimination. Cette campagne vise essentiellement à résoudre les problèmes majeurs structurels et d'attitude et à générer des résultats positifs dans le domaine de la santé mentale au sein des populations.
L'OMS plaide pour faire de la santé mentale une priorité dans le monde et ce, pour tous les peuples et tous les pays. En Algérie, la santé mentale n'a pas bénéficié ces dernières années de l'attention nécessaire. Mais les responsables comptent, à en croire les déclarations de certains d'entres eux, y remédier. Pour cette année, le ministère de la Santé a fait part d'un budget de 6,6 milliards de DA destiné au programme national de santé mentale. Cet argent sera consacré à la réhabilitation des établissements hospitaliers spécialisés pour leur permettre de mener à bien leur mission thérapeutique et de réinsertion sociale des malades mentaux.
Il ne faut pas perdre de vue les conséquences dramatiques de la décennie noire et des affres du terrorisme qui ont marqué notre pays. Des conséquences sont visibles chez beaucoup de personnes qui gardent aujourd'hui encore des séquelles mentales. En somme, sans santé mentale et sans bien-être, il n'y a pas de vraie santé…
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.