Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il est impératif d'encourager les immigrés à créer des entreprises en Algérie»
Mohamed Khandriche à La Tribune
Publié dans La Tribune le 25 - 03 - 2012


Propos recueillis par
Bahia Aliouche

La Tribune : Pouvez-vous nous livrer un aperçu sur le projet «Nouvelles solidarités et co-développement en Algérie»?
Mohamed Khandriche : En 2009, l'Association nationale de volontariat (ANV) Touiza (Algérie) en partenariat avec Touiza Solidarité (France) a mis en place le projet de développement économique durable dans la région de Boghni, wilaya de Tizi Ouzou. L'objectif étant de renforcer les dynamiques d'échange entre migrants issus de la diaspora algérienne et les organisations de la société civile des régions dont ils sont originaires. Il visait, également, la création de micro-entreprises notamment grâce à l'apport des membres de la communauté algérienne résidant en France. Cofinancée par l'Initiative conjointe pour la migration et le développement (Icmd) des Nations unies et de l'Union européenne, la première partie du projet en question a duré 22 mois et s'est achevée en mai 2011.
La deuxième partie qui concerne le barrage de Taksebt est en cours de réalisation. Elle est cofinancée par les autorités françaises et leurs homologues algériennes.

Quelles sont les actions menées dans le cadre de ce projet ?
Nous avons lancé des formations ainsi que des missions d'appui. En effet, 12 experts, dont 4 membres de la communauté algérienne de France, ont réalisé des missions d'appui dans diverses filières, entre autres l'oléiculture, l'urbanisme, l'informatique, la médecine, l'élevage et l'apiculture.Ces formations visaient à redynamiser l'économie rurale et à valoriser les potentialités du territoire. Nous avons, également, lancé deux formations sur la gestion et le montage de projet de développement solidaire en Algérie. Ces formations ont renforcé les capacités de 23 membres associatifs de la communauté algérienne à Marseille et à Lyon. Trois autres formations sur la création et la gestion d'une activité génératrice de revenus ont été lancées. Et ce, au profit de 71 micro-entrepreneurs dans le cadre des prêts destinés à financer de petits équipements. A ces actions s'ajoute la tenue, en mai 2011, d'un séminaire sur le tourisme solidaire à Tizi Ouzou. Ont pris part à ce séminaire 159 personnes dont une représentante du ministère du Tourisme et de l'Artisanat.

Qu'en est-il de l'impact de ce projet sur le développement économique de la wilaya de Tizi Ouzou ?
Le projet Nouvelles solidarités et co-développement en Algérie a eu un impact positif sur l'économie de la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, 51 micro-entrepreneurs ont été sélectionnés pour bénéficier d'un prêt à la création de leur activité dans les domaines de l'agriculture, l'artisanat et les services. Sept porteurs de projet ont reçu, en 2011, des prêts allant de 200 000 à 300 000 DA. Il est prévu que les 50 autres créent leurs micro-entreprises au courant de l'année 2012. En outre, l'Association Au nom de la mémoire, la société Mémoire vives productions et Touiza Solidarité ont organisé, en 2011, en partenariat avec le réalisateur Mehdi Lalaoui, des séances de projection du documentaire Des algériens à Marseille. Financé par la Fondation Anna Lindh, ce documentaire avait pour objectif de valoriser le rôle de passerelle des migrants dans la promotion d'une culture de paix, de reconnaissance mutuelle et de coexistence au sein de la Cité. Il a eu un impact très fort sur les personnes ayant participé aux projections-débats.

Quelles sont les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du projet ?
Je signale, d'abord, que le lancement du projet en question a été retardé de cinq mois. Je pense, aussi, que par rapport aux besoins socio-économiques de la wilaya de Tizi Ouzou, le montant accordé (200 000 euros) par l'Initiative conjointe pour la migration et le développement des Nations unies et de l'Union européenne est insignifiant.

Ne pensez-vous pas que l'action engagée par l'Icmd est limitée dans la mesure où elle ne concerne que certaines régions ?
Certes, cette initiative est limitée, mais elle est aussi qualitative. Pour tirer profit de l'apport économique de l'immigration, l'Algérie devrait s'inspirer de ce modèle. Elle devrait, également, créer une structure permettant d'assurer la coordination entre la diaspora algérienne, la société civile et les pouvoirs publics.

Des experts jettent un doute quant à l'impact positif des transferts de fonds sur le pays. Qu'en dites-vous ?
Non, je pense que l'impact des transferts de fonds sur l'économie du pays est positif. Ces transferts sont estimés à plus de 3 milliards d'euros par an, soit plus que la valeur des exportations algériennes hors hydrocarbures. Ces transferts de fonds sont investis dans, entre autres le secteur du bâtiment, permettant ainsi de créer de l'emploi.

La grande partie des transferts de fonds emprunte, toutefois, des circuits informels…
En faisant une recherche, dans les années 1990, sur l'immigration, j'ai interrogé des chefs d'entreprises sur le circuit emprunté pour transférer leurs devises. La plupart d'entre eux ont déclaré avoir recouru au change parallèle, en raison des lourdeurs constatées au niveau des banques. Ces chefs d'entreprises ont, aussi, déclaré avoir gagné une marge de 25%, en empruntant des circuits informels, leur permettant ainsi d'acquérir de la matière première. Devant la lourdeur des procédures bancaires et en l'absence de structures spécialisées dans la collecte des fonds des émigrés, les circuits informels continuent d'être empruntés par les émigrés.

Selon vous, que faut-il faire pour encourager l'immigration de retour ?
Je vous informe que j'étais, durant l'année 1972, le responsable de la réinsertion des immigrés dans leur pays d'origine.
En connaissance de cause, je pense que la réinsertion est un phénomène beaucoup plus complexe que la simple volonté politique.
De ce fait, il est, aujourd'hui, souhaitable de renforcer les dynamiques d'échange entre les compétences algériennes résidant à l'étranger et leurs homologues algériennes. Il est aussi impératif d'encourager les immigrés à créer des micro- entreprises en Algérie et de développer davantage le tourisme pour accueillir 6,7 millions d'immigrés que compte l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.