Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tanneries et mégisseries publiques tournent au ralenti
Face au manque de matières premières
Publié dans La Tribune le 17 - 03 - 2013

Dans le plan de redressement de l'industrie manufacturière (IM), il est question d'augmenter la capacité de traitement des peaux
animales ce qui revient à dire que les tanneries auront plus besoin de peaux à traiter. Mais trouveront-ils sur le marché les quantités suffisantes pour passer à une production supérieure. A priori cela reste du domaine de l'irréalisable du moins à court terme car pour l'heure, et cela n'est pas un secret de polichinelle, il existe un manque criant de matière première du fait que la production ovine et bovine n'arrive toujours pas à décoller. Cela est un fait mais pour des cadres du secteur que nous avons pu rencontrés en leur siège, ils existent d'autres raisons. «La matière première est disponible mais une grande partie n'arrive pas dans les tanneries publiques», nous a-t-on expliqué du côté du Groupe industriel des cuirs Leather Industry-Spa. Et de nous souligner «contrairement à ce que l'on pourrait croire sur une moyenne de 4,7 millions de moutons sacrifiés chaque année pendant la fête de l'Aïd El Adha, près de 3 millions de peaux sont inexploitables du fait qu'elles sont abîmées en raison du dépiautage manuel, réduisant la valeur de cette matière première». Et de nous affirmer «or si toutes ces peaux étaient récupérées en bon état , la tannerie-mégisserie Tameg, relevant du Groupe de cuir Leather Industry, pourrait en transformer chaque année entre 300 000 et 400 000 pièces soit l'équivalent de 10 ans de travail à pleine capacité de production». Autre phénomène que nous ont révélé nos interlocuteurs «l'offre demeure concentrée dans les mains de quelques groupes de spéculateurs ou en clair par les acteurs du marché informel des peaux animales». Comme ces derniers ont tous tenu à nous dire «dans le secteur il existe un paradoxe très fort : l'abattage est de plus en plus important mais nous trouvons pas suffisamment de peaux à achetés et du coup c'est tout l'énorme potentiel de l'industrie publique du tannage qui se retrouve paralysée». Un déficit de l'offre «créer de toute pièce par certains intervenants dans la filière» nous fait-on savoir.
Et de nous ajouter «une concurrence déloyale c'est installée entre le secteur privé et public». Et pour preuve, selon nos locuteurs «le privé rafle tout ce qui lui est proposé du moment où la majorité des vendeurs et collecteurs de peaux n'ont pas de registre du commerce, par contre le secteur public est contraint de facturer ses achats».
Il faut dire aussi que les tanneries publiques pâtissent depuis la disparition de la Société de collecte et de conservation des peaux et cuirs (Socop), qui avait d'après des cadres de Leather Industry, un rôle stratégique dans le secteur des cuirs. En effet un de nos interlocuteurs nous dira «Cette entreprise publique spécialisée dans la collecte et le stockage de peaux au profit des tanneries, avait été fermée en 2007, déstabilisant ainsi le circuit d'approvisionnement en matière première. En somme la disparition de cette filiale de l'ex-Sonipec semble avoir laissé la voie libre à des réseaux informels, qui monopolisent actuellement le marché de la collecte de peaux animales. De plus, l'introduction d'autres opérateurs privés étrangers (turcs, syriens, tunisiens) dans la filière, a accentué le manque de la matière première dans le secteur. Un déficit de l'offre sur le marché qui est aussi imputé au phénomène de la contrebande aux frontières Est et Ouest du pays. Et cela malgré la suspension par la loi de finances complémentaire de 2010 de l'exportation de ces peaux à l'état brut qui pèse lourdement sur la disponibilité de la matière première. D'où «la nécessité de réglementer le marché à l'export pour faire barrage aux opérateurs illégaux qui activent dans la filière», nous ont avancé nos locuteurs. Toujours dans ce même ordre d'idées beaucoup de professionnels estiment qu'une reprise en main du marché des peaux est la condition sine qua non pour le bon fonctionnement des tanneries et de toute l'industrie du cuir. Pour ce faire, ils proposent la création de PME spécialisées dans la collecte de peaux selon les normes, ce qui pourrait engendrer beaucoup d'emplois, sans compter les effets positifs sur la balance commerciale du pays.
Les professionnels recommandent également d'exclure les collecteurs clandestins. A propos des projets des trois grand abattoirs industriels qui seront implantés dans la steppe, les acteurs de la filière pensent que cela va changer la donne car les tanneries
pourront s'approvisionner en quantité suffisante et disposer de peaux de bonne qualité c'est-à-dire intactes. Ces derniers attendent donc avec impatience l'entrée en production de ces abattoirs moderne car pour eux c'est la seule alternative possible pour sauvegarder et remettre sur rail notre industrie du cuir.
Z. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.