CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Puskás honoré sur le terrain de ses exploits
Publié dans Le Buteur le 27 - 10 - 2015

Pour les jeunes amateurs de football, le nom de Ferenc Puskás ne revient guère qu'une fois par an, à l'occasion du Gala FIFA Ballon d'Or. Cependant les statistiques, remarquables, confirment que Puskás est l'un des meilleurs buteurs de tous les temps. Mais le Hongrois est aussi reconnu pour ses superbes réalisations."Il a inscrit d'innombrables buts après avoir dribblé ses adversaires en trouvant des espaces invisibles", dit de lui son coéquipier Nandor Hidegkuti. De son côté, son collègue du Real Madrid Raymond Kopa se rappelle que Puskás "terrorisait les gardiens quand il était à 30-35 mètres".
Sa réussite dans la finition et son penchant pour les actions spectaculaires ont rarement autant sauté aux yeux que le 18 mai 1960. Ce jour-là, il a fait trembler les filets les cages à quatre reprises - un record encore d'actualité dans une finale européenne - lors de la victoire 7:3 du Real Madrid face à l'Eintracht Francfort. Puskás a reçu ce 20 octobre une nouvelle distinction dans le stade national écossais de Glasgow, Hampden Park, théâtre même de ce chef d'œuvre. Une plaque a ainsi été dévoilée au Scottish Football Museum de Hampden en hommage à sa performance inégalée en finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions, le qualifiant de "meilleur buteur du XXème siècle".
Pour György Szöllösi, ami de la famille Puskás et auteur d'une nouvelle biographie sur le Magyar, le lieu choisi était particulièrement émouvant. "La finale, ici à Hampden, était sans aucun doute le plus grand moment de sa carrière en club", assure Szöllösi, qui en a également profité pour présenter plusieurs objets de la collection personnelle de Puskás, dont une petite réplique du trophée de la Coupe d'Europe remise par l'UEFA. "La dernière fois qu'il s'est rendu à l'étranger, c'était également ici, pour la Ligue des champions de l'UEFA en 2002. Il était alors accompagné d'autres membres de cette fabuleuse équipe du Real Madrid. Hampden était vraiment un endroit spécial à ses yeux."
D'après Archie Macpherson, un commentateur écossais qui avait assisté à la célèbre finale de 1960, sa force résidait dans sa faculté à inspirer les autres. "Les jeunes joueurs ne sont pas attirés par des systèmes ou des théories, mais par des personnalités qu'ils peuvent imiter, copier et essayer de dépasser", avance Macpherson. "C'est pour ça que nous aurons toujours besoin de joueurs comme Puskás."
Un club, une famille
Justement, le Prix Puskás de la FIFA, qui récompense le meilleur but de l'année, a été créé dans ce but et a notamment été attribué par le passé à Cristiano Ronaldo, Neymar et Zlatan Ibrahimovic. Pour Szöllösi et les membres de la famille Puskás, tous très impliqués dans sa mise en œuvre, cette récompense revêt toujours une grande importance."Pour toute une nouvelle génération, ce prix est essentiel car il lui fait prendre conscience de tout ce que Puskás a apporté au football", explique Szöllösi à FIFA.com. "Le Prix Puskás de la FIFA est très à la mode en ce moment, ce qui permet de faire vivre le nom de Ferenc année après année. C'est formidable qu'un lien direct soit maintenu grâce à la FIFA, qui invite à chaque fois deux membres de la famille Puskás au Gala. J'ai eu la chance d'assister au Gala les six années où le trophée a été décerné. La première fois, il avait été présenté par Erzsébet, la femme de Ferenc Puskás, et c'était vraiment spécial", ajoute-il.
Cristiano Ronaldo avait obtenu le prix cette année-là et Mme Puskás était ravie de pouvoir le remettre à un joueur du Real Madrid. Elle est malheureusement décédée récemment, mais elle a toujours montré de l'intérêt pour cette récompense. Elle avait d'ailleurs déclaré publiquement l'année dernière qu'elle soutenait James Rodriguez.
Les regards seront bientôt tournés vers le successeur de Rodriguez avec l'annonce en novembre des dix buts nominés. Les utilisateurs de FIFA.com voteront ensuite à partir d'une liste réduite à trois finalistes pour désigner la réalisation la plus méritante et qui fera honneur à l'homme qui lui a donné son nom.
IN FIFA.com


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.