Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réduction du chômage parmi les jeunes, est un «besoin urgent»
Publié dans Le Financier le 28 - 01 - 2011

Tout en saluant les performances économiques de l'Algérie, le FMI appelle à la diversification de l'économie
«L'Algérie a relativement bien surmonté la crise internationale. Sous l'impulsion de l'excellente récolte de céréales et d'une bonne performance des secteurs des services et du bâtiment tirée par le Programme d'investissements publics (PIP).
Le PIB hors hydrocarbures a en registré en 2009 une forte croissance de 9,3%. Pour autant, la chute sensible de la production d'hydrocarbures (- 6 %) a fait baisser la croissance globale à environ 2,5 %. En 2010, la stabilisation du secteur des hydrocarbures et la performance dynamique des secteurs liés au PIP devraient se traduire par une croissance globale de 3,3 % » relève Le FMI dans une note d'information publiée mercredi dernier, en attendant la publication du rapport final. Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu, le 14 janvier 2011, les consultations au titre de l'article IV avec l'Algérie. La croissance hors hydrocarbures affiche un taux de 5,3%. Le FMI indique que l'Algérie a maintenu son orientation budgétaire expansionniste, contribuant à soutenir le secteur hors hydrocarbures. « Le budget restera déficitaire malgré la progression des recettes d'hydrocarbures. L'Algérie devrait afficher son second déficit budgétaire consécutif de la décennie en 2010 qui pourrait atteindre 4 % du PIB » estime le FMI. L'impact positif de la progression du total des recettes sera neutralisé par une augmentation du total des dépenses, suite à un relèvement des salaires de la fonction publique imputable au nivellement de la grille des salaires. Les dépenses d'investissement devraient se maintenir aux niveaux élevés de 2008 et 2009 avec la poursuite du PIP de 2005–09. L'excédent du compte courant s'est détérioré en 2009 mais a connu en 2010 une amélioration sensible grâce à une hausse des exportations d'hydrocarbures, se traduisant par une augmentation des réserves extérieures. Au cours des neuf premiers mois de 2010, les recettes d'exportation des hydrocarbures ont augmenté d'environ 32 % par rapport à l'année précédente. Les réserves officielles ont augmenté d'environ 8 milliards de dollars depuis la fin de 2009, atteignant 157 milliards de dollars EU à la fin de septembre 2010. Le FMI estime que les réserves de change atteindront 161 milliards de dollars à fin 2010 et 171,4 en 2011. Le FMI projette « L'économie de l'Algérie continue d'être performante mais le principal défi demeure celui d'assurer une croissance durable diversifiée et tirée par les investissements privés afin de faire reculer davantage le chômage, particulièrement parmi les jeunes, et d'améliorer le niveau de vie de la population » souligne le FMI.
«Un calendrier de réformes structurelles plus résolu permettrait d'améliorer le climat des affaires et de stimuler une croissance»
Le Conseil d'administration du FMI se félicite de la bonne performance économique de l'Algérie, soutenue par les politiques budgétaires et monétaires prudentes menées par les autorités et un environnement extérieur favorable. Les administrateurs notent toutefois que malgré cette évolution favorable, le pays est confronté aux importants défis de préservation de la stabilité macroéconomique, de rétablissement de la prudence budgétaire et de diversification de l'économie. « Un calendrier de réformes structurelles plus résolu permettrait d'améliorer le climat des affaires et de stimuler une croissance tirée par l'investissement privé, contribuant à la création d'opportunités d'emplois » suggèrent les administrateurs du FMI, pour qui « réduire davantage le chômage, en particulier parmi les jeunes, reste un besoin pressant ». La modernisation et le renforcement du secteur financier seraient essentiels pour soutenir l'investissement privé. Les administrateurs ont souligné qu'il est nécessaire que l'orientation budgétaire expansionniste des dernières années soit contenue sur le moyen terme, afin de protéger la capacité de l'Algérie à faire face à des chocs négatifs prolongés affectant les recettes d'hydrocarbures. Ils se sont félicités de la détermination des autorités à engager le rééquilibrage des finances publiques à partir de l'exercice budgétaire de 2011. La poursuite des réformes budgétaires sera cruciale pour accroître les recettes hors hydrocarbures et maîtriser les dépenses publiques, notamment par un contrôle accru de la masse salariale du secteur public, un meilleur ciblage des transferts et des subventions, ainsi que la hiérarchisation de l'investissement public. Les administrateurs se sont également félicités des efforts en cours pour améliorer la qualité et l'efficacité des dépenses publiques, et poursuivre la réforme du système budgétaire.
La nouvelle réglementation relative aux investissements directs étrangers pourrait dissuader les investisseurs étrangers et peser sur la croissance.
Les administrateurs ont par ailleurs félicité la Banque d'Algérie pour avoir contenu les pressions inflationnistes en stérilisant l'excès de liquidité découlant de l'augmentation des recettes pétrolières et des dépenses publiques importantes. Ils ont encouragé les autorités à resserrer l'orientation de la politique monétaire si ces pressions venaient à augmenter. Les administrateurs ont noté que le régime de change en vigueur a bien servi l'Algérie. Ils se sont félicités de la politique des autorités visant à maintenir le taux de change effectif réel proche de son niveau d'équilibre, en cohérence avec l'objectif de stabilité extérieure. La maîtrise des dépenses publiques contribuerait à réduire les pressions poussant à l'appréciation du taux de change effectif réel et les effets potentiels du «syndrome hollandais». Les administrateurs ont souligné qu'une mise en œuvre plus résolue des réformes structurelles est cruciale pour diversifier l'économie, améliorer le climat des affaires et la compétitivité, ainsi que pour stimuler la croissance et l'emploi. Tout en saluant les efforts des autorités pour améliorer l'infrastructure, ils ont souligné que des mesures plus fermes seront nécessaires pour améliorer le climat des affaires. Les administrateurs ont estimé que la nouvelle réglementation relative aux investissements directs étrangers pourrait dissuader les investisseurs étrangers et peser sur la croissance. Ils ont encouragé les autorités à continuer à rechercher une meilleure intégration de l'Algérie à l'économie régionale et mondiale.
Les administrateurs ont souligné l'importance d'accélérer la réforme du secteur financier. Une mise en œuvre effective des recommandations de la mise à jour du Programme d'Evaluation du Système Financier de 2007 renforcerait la supervision et la surveillance financières. Notant la récente baisse des créances non performantes, les administrateurs ont souligné que des efforts sont également nécessaires pour réduire davantage le niveau élevé des créances non performantes des banques publiques. Améliorer la gouvernance des banques publiques et moderniser davantage leur cadre de fonctionnement permettraient de renforcer l'intermédiation financière. Des efforts devraient également être faits pour amener ces banques aux standards internationaux les plus élevés, y compris par le biais de partenariats avec des institutions étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.