Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fête d'Ennayer à Oran : Entre châtaignes et noix, les cœurs balancent
Publié dans Le Financier le 05 - 01 - 2010

A l'instar de tous les Algériens, les Oranais ne se lassent pas des fêtes. En effet, l'une après l'une, l'on tient à les célébrer, coûte que coûte. Après avoir célébré les fêtes de fin d'année, les Oranais s'apprêtent à en fêter une autre. Il s'agit tout simplement d'Ennayer. Les différents marchés de la ville : Michelet, M'dina J'dida, Rue des Aurès ou encore l'USTO, pour ne citer que ceux-là, connaissent depuis quelques jours- une ambiance toute particulière et un décor tout aussi exceptionnel- plutôt attirant auquel il est difficile d'y résister. En effet, tout y est : des figues sèches aux châtaignes, les cacahuètes, les noix de cajou, les noisettes, les pistaches, la « halwa » turque etc...
Les prix affichés, inutile d'en parler, vous l'aurez deviné, c'est très très cher. Mais ce qui est bizarre, c'est que nonobstant le fait que tout est hors de prix, ces commerces connaissent une affluence record et sont pris d'assaut par des clients que rien ne rebute… même pas la cherté des produits exposés. Allez-y comprendre quelque chose.
Une jeune dame habillée plutôt simplement, ne montre aucune gêne à nous dire qu'elle emprunte de l'argent, chaque année, pour dit-elle, faire « el-fel ». Et de dire « les prix sont loin d'être raisonnables, je vais donc me contenter d'acheter le minimum ».
Elle le fait surtout pour ses enfants qui attendent cette fête comme celle de l'Aïd El-Fitr ou l'Aïd El-Adha. En essayant de nous prouver que c'est une fête sacrée, notre interlocutrice nous dit que « autrefois, on gardait une part du mélange : fèves, fruits secs et autres sucreries, même pour les bébés. C'était un geste symbolique ». Par ailleurs, un homme d'un certain âge dira : « c'est une hérésie (bidaâ), c'est une fête d'origine grecque que les Algériens ne devraient pas fêter ». Il continue sur sa lancée, affirmant que malgré sa faible bourse et le fait qu'il ne soit pas convaincu que ce n'est pas notre fête, il célèbre quand même cette journée. Il achète un peu de tout. Et de dire dans ce sens : « je le fais surtout pour mes enfants. Je me sentirais à l'origine de leur complexe d'infériorité vis- à vis des voisins si je ne leur achète rien». Ceci dit, beaucoup d'autres gens rencontrés dans l'un ou l'autre des marchés rejettent carrément l'idée de fêter Ennayer. Ils disent qu'elle est non seulement une hérésie mais aussi un péché.
Quant aux origines de cette fête, les avis sont très partagés. Certains nous diront que c'est une fête d'origine chrétienne qui correspond au premier jour de l'année julienne. D'autres, non soucieux de l'origine de cette fête, la célèbrent dans le seul but de présager d'une bonne année agricole. La célébration de cette fête est accompagnée de rites et de superstitions qui diffèrent d'une région à une autre. La manière la plus répandue consiste à préparer du « cherchem », des beignets, du « rougag » …Les enfants, eux, attendent avec impatience le 12 janvier pou remplir leurs sacs confectionnés spécialement pour la circonstance. Quelques que soient les origines de cette fête, les citoyens d'Oran et de tout le territoire national aident les commerçants à faire plus de bénéfice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.