L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film sur le précurseur du raï love bientôt sur les écrans
Seizième anniversaire de la disparition de Cheb Hasni
Publié dans Le Maghreb le 22 - 06 - 2010

De nombreux cinéastes dont Mohamed Chouikh se sont essayés à faire un film sur Cheb Hasni, le précurseur du raï love, mais sans succès. Pour faire un film sur l'icône des jeunes assassiné le 29 septembre 1994 à 11h55, à l'angle de la rue où il vivait, il faut énormément d'informations, d'anecdotes et bien sûr d'authenticité. Mourad Senouci, un de nos réalisateurs pas très connu s'y est essayé. Il annonce d'ailleurs qu'un hommage sera bientôt rendu au regretté Cheb Hasni avec la projection de "100 % Hasni", un documentaire qu'il a signé et qu'il compte projeter à l'occasion de la célébration du 16ème anniversaire de son décès au Centre culturel algérien à Paris (CCA) que dirige l'écrivain Yasmina Khadra. Dans ce documentaire inédit bien sûr, Mourad Senouci propose quarante minutes d'images et d'interviews du raï lover. L'avant-première de ce moyen-métrage, ne sera pas organisée dans la ville natale du défunt mais dans la capitale française. "Il s'agit d'un documentaire dont le montage avait dû être reporté en raison du décès du chanteur", a indiqué Mourad Senouci en précisant, que les prises de vue remontent à 1993 et 1994. De l'authentique donc, sauf si des surprises il y aura du côté du montage. De son vrai nom Hasni Chakroun, le Rossignol du Raï est né à Oran le 1er février 1968. Avec ses parents, il habitait le quartier "Gambetta" d'Oran, mais sa famille est originaire de la wilaya de Mascara. De parents modestes, il était le fils d'un soudeur père de sept enfants. La futur star du raï a quasiment toujours chanté, si l'on en croit ses déclarations au journal Libération, en 1992, reprises dans l'ouvrage "L'aventure du raï - Musique et société", co-écrit par Bouziane Daoudi et Hadj Miliani (Ed. du Seuil) : "Môme, on me connaissait dans le quartier parce que j'avais le gosier toujours déployé, le cartable jeté au loin". Le rossignol s'est d'abord exercé au chant au sein d'une chorale communale. Peu intéressé par l'école (qu'il désertait souvent au grand dam de ses parents qui voulaient en faire un médecin ou un avocat). Au départ, cheb hasni rêvait d'être footballeur. Son court passage dans une équipe de deuxième division ne l'incite pas à aller plus loin. alors, il se tourne vers une autre passion, la musique.
C'est au cours d'une soirée animée par l'orchestre de cheb Kada, où il a chanté el mersem (le refuge, la même chanson qui a révélé cheb Mami, qu'il se fait remarquer par un producteur. après plusieurs tours de piste (à partir de 1984) dans les fêtes de mariage, parcours inévitable pour tous les candidats à la vocalise, Hasni, pris en charge par Hafsi sid-Ahmed des éditions Saâda, grave enfin sa première k7. Son mentor lui offre comme partenaire, un vrai cadeau, avait-il coutume de dire, zahouania.
Les années de gloire
En 1992, en réponse a de tenaces rumeurs qui avaient annoncé sa disparition, Hasni enregistre gualou Hasni met (ils disent que Hasni est mort) un titre hélas prémonitoire (présent dans cette compilation):vous m'avez tué alors que je suis vivant /vous m'avez même accompagné jusqu'à la tombe/ce n'est que paroles, rumeurs malveillantes/les gens vont et viennent devant chez moi/s'exclamant :c'est vrai que Hasni est mort?/quelle foule d'admirateurs et surtout quelles nanas/et mes ennemis ne dissimulant pas leur joie/allant jusqu'à fêter ma mort. deux ans plus tard, un 29 septembre 1994, l'auteur de ces propos poignants était abattu devant le domicile de ces parents. Dès lors, Hasni, très prolifique (plus d'une centaine de cassettes à son actif), s'impose comme la plus grande star du raï, adulé par la jeunesse friande de ses ballades dédiées à tous les malheureux et les malheureuses. Le raï du fils de soudeur est révélateur d'un néo-romantisme sans doute moins choquant que celui de ses aînés mais tout aussi percutant. empruntant au raï, répliquant quelques plans de la variété occidentale (Julio Iglesias, pierre Bachelet?) ou orientale (Farid El Atrache, ?), truffant ses chansons d'expressions françaises et usant d'une rai-attitude transgressive, cheb Hasni avait su conquérir (et devancer les aspirations et les désirs souvent inavoués) d'un public avide d'évasion et d'affection. En dépit de son statut, qui lui avait valu d'être approché par des islamistes qui lui avaient proposé un poste de muezzin, malgré les menaces dont il fit l'objet par la suite, Hasni avait toujours refusé l'exil doré. Très sollicité par les organisateurs de concerts (il a arpenté bien des scènes mondiales), il retournait régulièrement à Oran par un détour par Perpignan où vit son fils Abdallah. On aurait tort de ranger ses chansons dans la rubrique bleuette. Anodin en surface, son raï love traduisant dans le fond un réel malaise, celui des jeunes de son pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.