L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





30% des ventes automobiles mondiales pourraient être électriques en 2040
Publié dans Le Maghreb le 19 - 01 - 2011

Pour la première fois, les pays émergents ont vendu autant de voitures que les marchés matures. A la fin de l'année 2010, les deux grands groupes de pays affichent des volumes de ventes d'environ 2,5 millions d'unités par mois chacune. Preuve d'une évolution majeure, en marche depuis plusieurs mois, selon la société de gestion Convictions Asset Management, qui a réalisé l'étude à partir de données de la BCE et de Rexecode. La différence est notable par rapport à l'année 2005 par exemple : dans les pays émergents, les ventes atteignaient tout juste les 1,5 million d'unités, alors que dans les marchés matures, elles dépassaient les 3,25 millions de voitures. La cause de cette évolution réside surtout dans la perte de terrain des marchés européens et du bond de la Chine. Selon les chiffres de l'Association des constructeurs européens (ACEA) publiés début janvier, les volumes de ventes ont reculé de 5,5% en 2010. Dans le cadre d'une étude globale sur l'e-mobilité en 2040, le cabinet d'études Oliver Wyman estime que les véhicules électriques représenteront à cette date 30% des ventes mondiales et près de la moitié des ventes en Europe.
Il faudra attendre 2025 voire 2030 pour voir le marché du véhicule électrique décoller, mais ce développement est inéluctable, estime le cabinet Oliver Wyman. En effet, jusqu'en 2025, les ventes de véhicules électriques et plug-in resteront faibles pour atteindre tout de même 6,6% du marché mondial, soit 6 millions d'unités (dont 3,2 millions de véhicules électriques) prévoit le cabinet. A cette date, les véhicules hybrides qui constitueront encore la meilleure alternative entre les moteurs thermiques et tout électriques pourraient eux en revanche représenter 8,8% des ventes mondiales (8 millions d'unités). A partir de 2025, les ventes de véhicules électriques devraient ensuite se développer fortement pour représenter jusqu'à 30% du marché mondial et près de 50% du marché européen en 2040. Plusieurs facteurs concourent au développement du véhicule électrique, à commencer par le développement de la population et les déplacements de population dans les zones urbaines", souligne Rémi Cornubert, partner du cabinet Oliver Wyman en charge du secteur automobile. En 2040, 66% de la population mondiale devrait être concentrée dans les zones urbaines, nécessitant une meilleure gestion du trafic et de la mobilité urbaine pour faciliter les déplacements et contrôler les émissions de CO2 et de polluants. "Les véhicules électriques sont la réponse la mieux adaptée pour les déplacements en zone urbaine et les gouvernements vont encourager les véhicules électriques dans les grandes agglomérations", note M. Cornubert. "On peut imaginer par exemple que les Pouvoirs publics taxent plus fortement les véhicules anciens ou les véhicules à moteur thermique dans les villes". Autres facteurs de développement du véhicule électrique : "la baisse du coût des voitures électriques grâce à la production de masse et la standardisation", "la hausse du coût de l'énergie et la sensibilité aux limitations des ressources naturelles" ou encore le durcissement progressif des réglementations sur le Diesel qui va engendrer une hausse des coûts pour la dépollution des moteurs Diesel. Dernier facteur convergent vers un développement du véhicule électrique : les attentes des consommateurs. La facturation à l'usage pourrait supplanter la propriété dans les grandes villes, l'urbanisation croissante et le développement des mégalopoles rendant la possession d'une voiture moins intéressante économiquement. Or, cette facturation à l'usage -via des offres de location ou d'autopartage - sera largement usitée pour le développement du véhicule électrique encore trop cher à l'achat. "Le taux d'équipement en voiture par millier d'habitants a commencé à diminuer dans les grandes villes occidentales et ce mouvement va se poursuivre", prévient le cabinet. "Nous assisterons par ailleurs à une augmentation de la part des modes de transport collectif dans les pays développés, qui passera de 50% à plus de 60% alors qu'elle restera stable dans les pays en développement."

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.