SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De quels assouplissements parle donc M. Benmeradi ?
Investissement avec les étrangers : la règle des 51/49 % maintenue
Publié dans Le Maghreb le 28 - 02 - 2011


A moins d'une mauvaise rédaction de la part des services de communication du ministère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, la presse semble avoir mis le doigt sur un point douloureux relatif aux mécanismes de régulation de l'investissement étranger et du partenariat 51 / 49 %. Lors de sa déclaration à l'APS et dans un communiqué parvenu à notre rédaction, M. Benmeradi avait alors tenu à préciser, en marge de sa rencontre le 14 février avec le ministre italien, Paolo Romani, que "la tâche des investisseurs étrangers est facilitée avec l'introduction de plusieurs incitations pour assouplir les dernières mesures relatives à la répartition du capital dans le cadre des investissements étrangers, en plus des garanties accordées dans la conclusion de véritables partenariats profitables aux parties concernées", une information qui a suscité nos interrogations et nous menant à traiter la question sous une forme interrogative, chose qui aurait déplu. Plusieurs fois interpellé sur ce sujet, M. Benmeradi jette l'opprobre sur la presse et tente d'expliciter un mécanisme déjà clarifié par la LFC 2009, notamment son article 58 traitant de l'actionnariat national, résident et majoritaire " Les investissements étrangers ne peuvent être réalisés que dans le cadre d'un partenariat dont l'actionnariat national résident représente 51 % au moins du capital social. Par actionnariat national, il peut être entendu l'addition de plusieurs partenaires " (LFC 2009-Art 58). Bien qu'un démenti nous ait été et curieusement apposé par le Parti des travailleurs qui nous a, à son tour, adressé un communiqué en date du 26 février, le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, Mohamed Benmeradi, a affirmé, hier à Alger, que la règle des 51/49 % régissant l'investissement avec les opérateurs étrangers n'a pas été abandonnée. " A aucun moment nous n'avons dit que la règle des 51/49 %, qui garantit à la partie algérienne de rester toujours majoritaire dans les projets de partenariat avec des étrangers, a été abandonnée, tel que rapporté par certains quotidiens ", a expliqué M. Benmeradi dans une déclaration à l'APS. Une forme de reniement qui laisse planer encore plus le doute, puisque M. le ministre reconnaît la fidélité des propos rapportés par nos soins en déclarant que " ce que j'avais dit à l'occasion d'une audience avec un ministre italien, c'est que le gouvernement a apporté des aménagements à cette règle qui consistent notamment à maintenir le mécanisme 51/49 %, mais dans beaucoup de cas, pour laisser le partenaire étranger dans de bonnes conditions, les 51% détenus par la partie algérienne peuvent être partagés par une entreprise nationale ou deux, ou par une entreprise et un établissement financier ", a-t-il précisé. Même si la partie algérienne " reste majoritaire, le management du projet est toujours confié au partenaire étranger ", a-t-il ajouté. Une précision qui ne ramène aucune nouveauté du fait que la question du partenariat qui a provoqué des gorges chaudes parmi les investisseurs étrangers a été déjà étayée à travers différentes communications, débats et explications autour de la LFC 2009 depuis au moins deux années !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.