Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aucun film algérien au rendez-vous
11ème Festival international du film de Marrakech
Publié dans Le Maghreb le 23 - 11 - 2011

Le 11ème Festival international du film de Marrakech (Fifm), l'un des plus dynamiques et des plus importants rendez-vous cinématographique du Maghreb se déroulera du 02 au 10 décembre prochain dans la magnifique ville ocre, qui a ensorcelé pas mal de figures du monde artistique, notamment, Yve Saint Laurant, le modiste qui depuis sa visite dans les années 70 dans cette contrée a carrément laisser tombé son " clair obscur ", pour un panel de couleurs que les lumières de Marrakech lui ont inspiré.
Aucun film algérien ne figure parmi les 15 longs-métrages sélectionnés pour être en compétition pour le suprême trophée de l'Etoile d' Or de cette onzième édition. Pourtant, l'Algérie est une habituée de cette rencontre, et qu'en 2008 par exemple, "Mascarade " de Lyes Salem avait fait une excellente impression sur l'ensemble des invités. Si aucun film algérien n'a été sélectionné, c'est surement à cause de la rareté des produits cinématographiques qui se fait chez nous, d'autant que dans un festival, on exige que les œuvres en compétition ne soient pas encore vue en salle, donc neuves.
Qu'elle est le film que l'Algérie a produit en 2011 ? Beaucoup qui ont été fait grâce et pour l'événement toujours en cours de " Tlemcen capitale de la culture islamique 2011". Est-ce que ceux-là Marrakech n'en veut pas ? Fort possible au vu des cinéastes et des produits étrangers qui se déplaceront à ce rendez-vous extrêmement glamour. Après le Maroc, pays honoré en 2004, l'hommage rendu à l'Espagne en 2005, à l'Italie en 2006, à l'Egypte en 2007, et à la Grande-Bretagne en 2008, le Festival mettra mettait à l'honneur en 2009 le pays asiatique incontournable dans le paysage cinématographique mondial : la Corée.
Cette année, pas moins de quinze longs-métrages seront en lice pour décrocher la supreme Etoile d'Or. La compétition officielle présidée pour la catégorie longs-métrage par le cinéaste serbe Emir Kusturica, verra la participation de films de réalisateurs émergents, précise la Fondation du Fifm. Il s'agit de "L'amante du Rif" (Maroc), "180 °" (Suisse), "Baby factory" (Philippines), "Belvédère" (Bosnie-Herzegovine), "Death is my profession" (Iran), "Don't be afraid" (Espagne), "I carried you home" (Thaïlande), "La terre outragée" (France, Allemagne, Pologne), "Les crimes de Snowtown" (Australie), "Louise Wimmer" (France), "Out of bounds" (Danemark), "River of gold" (Mexique), "Seven acts of mercy" (Italie), "Sneakers" (Bulgarie) et "Without" (USA). A la cérémonie de clôture du Festival, le jury de la compétition des longs-métrages remettra outre le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix de la meilleure actrice et le Prix du meilleur acteur. Par ailleurs, dix autres longs-métrages seront projetés hors-compétition lors de ce rendez-vous cinématographique qui rendra un hommage au cinéma mexicain, notamment à la jeune génération du septième art dans ce pays.
Dans le concours des courts-métrages, le jury présidé par la comédienne américaine Sigourney Weaver, ne décernera qu'un seul et unique Grand Prix baptisé "Cinécoles", récompense qui sera exclusivement consacrée à la réalisation d'un second court-métrage. L'édition 2010, présidée par l'acteur, réalisateur, producteur et metteur en scène de théâtre américain John Malkovich, avait drainé plus de 80.000 personnes pour assister aux films diffusés sur la place Jamaâ El Fna, artère névralgique de la Médina de Marrakech, en présence d'environ 500 journalistes représentant la presse marocaine et internationale.
Le Fifm est l'un des quatre rendez-vous annuels du cinéma au Maroc, avec le Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger, le Festival du film méditerranéen de Tétouan et le Festival du cinéma féminin de Salé. L'absence de l'Algérie à cet important rendez-vous confirme que la production cinématographique locale est non seulement dirigiste mais idéologique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.