Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali - Guinée-Bissau : L'Afrique de l'Ouest annonce l'envoi de forces militaires
Publié dans Le Maghreb le 28 - 04 - 2012

Les chefs d'Etat ouest-africains réunis en sommet à Abidjan ont annoncé l'envoi d'une force régionale au Mali et de 500 à 600 militaires en Guinée-Bissau pour sécuriser la transition dans ces pays déstabilisés par de graves crises politico-militaires. Dans le communiqué final, ils demandent à la commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de commencer avec effet immédiat le déploiement de la force d'attente de la Cédéao au Mali, où le coup d'Etat militaire du 22 mars a favorisé la chute du Nord il y a un mois aux mains de rebelles touareg et de groupes islamistes armés. Il s'agit d'aider à sécuriser les organes de la transition et le gouvernement intérimaire en attendant que le processus arrive à son terme et de parer à toute éventualité dans l'hypothèse de l'usage de la force pour le recouvrement de l'intégrité territoriale du Mali, a expliqué devant la presse le président de la commission de la Cédéao, Désiré Kadré Ouédraogo. On attend les négociations d'abord. Le premier contingent sera un contingent de maintien et de sécurité de la transition, mais il n'est pas exclu que des unités combattantes soient envoyées plus tard en cas d'échec des discussions, a-t-il expliqué. Les dirigeants ouest-africains ont également décidé de déployer avec effet immédiat un contingent en Guinée-Bissau, plongée dans une nouvelle crise depuis le putsch du 12 avril, selon le communiqué final. Cinq cents à six cents hommes seront déployés, fournis par au moins quatre pays (Nigeria, Togo, Côte d'Ivoire et Sénégal), a précisé M. Ouédraogo. L'objectif de cette force, commandée par le colonel-major burkinabè Barro Gnibanga, est de faciliter le retrait de la Mission d'assistance technique et militaire de l'Angola en Guinée-Bissau, d'assister la sécurisation du processus de transition et de préparer la réforme du secteur de défense et de sécurité, indique le communiqué final.
Une délégation de la junte bissau-guinéenne à Abidjan
Une délégation de la junte bissau-guinéenne est arrivée, avant-hier après-midi, à Abidjan où des chefs d'Etat de l'Afrique de l'Ouest étaient réunis en sommet extraordinaire, a-t-on appris de source proche des négociations. La délégation est arrivée à Abidjan, à l'invitation du président ivoirien Alassane Ouattara, dirigeant en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a indiqué cette source. Plusieurs ministres sont allés retrouver les représentants bissau-guinéens pour discuter avec eux, a-t-elle ajouté, sans plus de précision. Il y a eu un contact, a confirmé une source proche de la présidence ivoirienne. La délégation du Commandement militaire (junte), dont le départ pour Abidjan avait été annoncé plus tôt à Bissau, compte trois militaires, dont le lieutenant-colonel Daba Na Walna, porte-parole de l'armée, et le chef d'état-major de la Marine Sanha Cluté. Des discussions en début de semaine à Bissau entre une mission ouest-africaine et la junte ont échoué, achoppant sur deux questions, celle de la libération des anciens dirigeants détenus par l'armée, le président intérimaire Raimundo Pereira et l'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior, et celle du rétablissement des institutions renversées. L'ONU, l'Union africaine et l'Union européenne ont exigé le retour à l'ordre constitutionnel et menacé les putschistes et leurs soutiens de sanctions.
La période de transition au Mali fixée à 12 mois
La période de transition au Mali après le coup d'Etat militaire du 22 mars est fixée à 12 mois, ont annoncé les chefs d'Etat ouest-africains réunis en sommet à Abidjan, qui ont appelé la junte à retourner dans les casernes. Les chefs d'Etat et de gouvernement décident de porter la transition au Mali sur une période de 12 mois, indique le communiqué publié à l'issue d'une réunion des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). La transition doit se clore par des élections présidentielles et législatives. Les participants au sommet demandent aussi aux membres de la junte de retourner dans les casernes et la mettent en garde contre toute action arbitraire et unilatérale qui serait commise désormais par ses membres, qui seront passibles de sanctions individuelles ciblées. A la suite d'un accord conclu le 6 avril entre la Cédéao et les putschistes de Bamako, des autorités civiles de transition ont été installées, notamment un gouvernement formé la veille et dirigé par le Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Mais le front anti-junte a appelé l'organisation ouest-africaine à veiller au retrait effectif des militaires qui ont montré qu'ils n'entendaient pas se laisser mettre hors-jeu, et qui ont fait arrêter des responsables politiques et militaires, avant de les libérer. Enfin, le sommet d'Abidjan a appelé les putschistes à assurer le droit de retour au Mali de l'ex-président Amadou Toumani Touré (ATT) et de toutes les autres personnalités forcées de quitter le pays.
Tombouctou partiellement contrôlée par un nouveau groupe armé FNLA
Le Front national de libération de l'Azawad (FNLA), nouveau groupe armé formé par des Arabes du nord-est du Mali, est entré, hier, dans la ville de Tombouctou dont il avait pris la veille le contrôle de deux entrées. Environ cent véhicules chargés de combattants armés du FNLA sont venus aujourd'hui au quartier Sans Fil de Tombouctou (centre). Le FNLA, créé courant avril, qui affirme n'être ni sécessionniste ni islamiste comme les autres groupes qui contrôlaient la ville jusqu'alors, avait pris, avant-hier, le contrôle des entrées est et sud de Tombouctou. Les entrées nord et ouest ainsi que le reste de la ville étaient encore tenus par deux autres groupes armés, Ansar Dine (islamiste) et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg indépendantiste). Les Arabes ont décidé de défendre leur région, avait alors déclaré Mohamed Ould Fany, un des responsables du FNLA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.