La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La production de vin en Algérie a atteint les 400 000 hectolitres
Une grande partie est destinée à l'exportation
Publié dans Le Maghreb le 20 - 10 - 2007

Encouragée par un nouveau plan de développement agricole, l'industrie viticole en Algérie connaît un essor certain au cours des cinq dernières années. Une opération d'envergure a été lancée. Elle est pilotée par l'Office national de commercialisation des produits vitivinicoles (ONCV) et dépend d'un réseau de 2.600 viticulteurs. Le gouvernement finance 60 % des coûts associés à l'achat de nouvelles variétés de raisin pour améliorer la qualité et la compétitivité des exportations de vin algérien. Pour sa part, l'ONCV achète le raisin à des tarifs attractifs. On constate également l'émergence d'un secteur privé, qui essaie d'établir des contacts avec des partenaires étrangers. L'Algérie compte reconquérir sa place d'antan. Elle était le premier exportateur au monde et le quatrième plus gros producteur de vin, il y a 50 ans, avec un volume de 18 millions d'hectolitres. Les vignobles représentaient la moitié des exportations algériennes et presque le tiers de son produit national brut. La viticulture algérienne est entrée dans une phase de déclin après l'Indépendance, lorsque l'accès au marché français, qui avait été son plus gros débouché, a été réduit. Aujourd'hui, la viticulture est relancée. Le programme de développement viticole prévoit l'extension des zones dédiées à cette industrie. A cause de son climat, la région occidentale est plus favorable, de même que les zones de production de vin d'appellation d'origine garantie. Les vignobles destinés à la production de vin s'étendent désormais sur 50 000 hectares et la production de vin a atteint les 400 000 hectolitres. Les prévisions exigent une extension des zones viticoles de 11 000 hectares supplémentaires et l'augmentation de la production de vin de 10 % par an d'ici à 2009. Le vin rouge représente 85 % de la production algérienne. La variété des zones viticoles signifie que l'Algérie possède un énorme potentiel de production de vins de grande qualité. Parmi les vins algériens les plus connus, citons le Médéa, le Coteaux de Tlemcen, le Gris d'Algérie, la Cuvée du Président et le Coteaux de Mascara. Les exportations de vin représentent environ 25 % de la production agricole nationale. En plus de la France, qui réalise la plupart des exportations, les autres marchés sont le Royaume-Uni, la Suisse, l'Afrique du Sud, l'Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis et le Canada. La consommation de vin reste faible en Algérie, tandis que la consommation de bière a atteint 3,2 litres par personne et par an.
En plus des brasseries gouvernementales, la production de bière provoque le grand intérêt du secteur privé, tant sur le territoire national qu'à l'étranger. Ce marché représente 16 % de l'industrie des alcools.
La production de raisin destiné à la consommation est également encouragée par des mesures d'incitation des investisseurs potentiels à s'impliquer davantage dans la production de jus de raisin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.