Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre : Le fantôme d'Ibn Battuta "réapparaît" à Béjaïa
Publié dans Le Maghreb le 01 - 06 - 2014

Le fantôme d'"Ibn Battuta", l'illustre voyageur berbère du XIVème siècle, est revenu mercredi soir au théâtre Abdelmalek-Bouguermouh de Béjaïa, à l'occasion de la présentation de la générale d'une pièce éponyme, déroulée selon la forme théâtrale de la "mise en abyme".

Mise en scène par Elsa Hamnane, une franco-algérienne, issue de "Athéna-théâtre" (Paris), la pièce, adaptée de l'œuvre d'Ibn Juzayy, auteur du Moyen-âge, qui a compilé les récits de "la Rihla d'Ibn Battuta", est, en effet, un "théâtre dans le théâtre" où toute l'illusion repose sur un dédoublement thématique, confondant "le sujet cadre" et "le sujet encadré".
La vie d'Ibn Battuta ne s'y égrène qu'à travers le jeu des comédiens, qui, en fait, en parallèle, interprètent leurs propres turpitudes du moment en s'inspirant de repères précis du parcours épique de leur héros du jour.
Pour ce faire, la metteure en scène a naturellement aboli la frontière entre l'onirisme et ce qui est de l'ordre de l'imaginaire et du réel, en laissant les deux mondes se juxtaposer et s'influencer l'un, l'autre. Du grand théâtre, dont la complexité a cependant écorné la compréhension et l'appréhension du texte, desservi de surcroît par un problème de fluidité des scènes et du langage. L'auteure, qui en reconnaît la carence, les motive par la fraîcheur du spectacle, et son manque de rodage, en promettant d'y remédier dès les prochaines exhibitions.
La pièce est un patchwork, atemporel, qui s'ouvre sur un écran de télé, et l'apparition vocale du fantôme d'Ibn Battuta qui insiste pour narrer "la Rihla" (le voyage). Juzzay son chroniqueur, qui tient également le rôle de directeur d'une troupe de théâtre, va s'en charger, en mettant en drame, la réaction de chacun des acteurs qu'il dirige, conviés au gré de leurs humeurs et de leurs humours, à revisiter quelques haltes de son périple mondial.
Beaucoup d'escales fortes y sont évoquées, mais la chute s'achève, contrairement à la réalité historique, à New-Delhi, alors sous le règne de la dynastie Tughlûq (1320-1413) pour mettre en relief la vie du sultan, un homme controversé, savant mais tyrannique. Elsa Hamnane en profite pour en croquer les traits, mais surtout poser la "question philosophique du rapport à l'autre", un leitmotiv, dans l'oeuvre d'Ibn Battuta, et une singularité de son voyage homérique aux quatre coins du monde, guidé par la quête d'ouverture, de compréhension et d'humanisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.