Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte antiterroriste : Washington et Riyad ne tirent pas les leçons de leurs erreurs passées
Publié dans Le Maghreb le 16 - 02 - 2016

Une opération militaire saoudienne en Syrie serait une erreur de plus du couple Riyad- Washington et ne ferait que renforcer les groupes terroristes, estime un ancien diplomate iranien installé aux Etats-Unis. L'opération militaire que l'Arabie saoudite entend mener en Syrie, de toute évidence, avec le soutien des Etats-Unis, ne ferait qu'aggraver le conflit, écrit l'ancien diplomate iranien et professeur invité à l'Université de Princeton Seyed Hossein Mousavian, dans un article pour Al- Monitor. "Les Etats-Unis, qui ont soutenu les révolutions en Tunisie et en Egypte et ont même flirté avec les Frères musulmans, se trompent en estimant possible une réédition du scénario égyptien en Syrie", prévient l'analyste. Et de constater que Washington et Riyad ne tiraient pas les leçons de leurs erreurs passées. L'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie se sont empressés de trahir leur ami syrien dès qu'ils ont jugé possible une prise du pouvoir par les salafistes et les Frères musulmans, ce qui a également été une erreur, selon M.Mousavian. De son côté, l'administration de Barack Obama, qui pensait qu'un renversement du gouvernement syrien était réalisable et entendait épauler ses trois alliés, s'est perdue dans cinq années d'une politique incohérente qui a finalement rendu impossible le départ du président syrien Bachar el- Assad. Par ailleurs, l'expert signale une autre "gaffe" de Washington qui a notamment délégué le mandat de mise en application de l'accord "Genève-1" à ses mêmes alliés, la Turquie, le Qatar et l'Arabie saoudite qui, au lieu de déployer les efforts diplomatiques appropriés, se sont mis à soutenir financièrement et militairement l'opposition syrienne. Bachar el-Assad a riposté en mobilisant toute sa puissance militaire, ce qui a réduit à néant les chances de réconciliation. Comme l'opposition syrienne n'avait pas de leaders dignes de confiance, le soutien extérieur a ouvert la voie à des forces extrémistes. Aussi, l'armée syrienne a-telle dû elle aussi faire appel à une assistance étrangère. Le conflit s'est exacerbé, les destructions massives et les affrontements avec les terroristes ont provoqué l'exode des Syriens. Seyed Hossein Mousavian en conclut que l'opération de l'Arabie saoudite, appuyée par Washington, ne ferait que conforter les positions du groupe djihadiste Etat islamique (EI, Daech), ce qui est lourd de conséquences désastreuses.
TRUMP: LA GUERRE D'IRAK, UNE "GROSSE ERREUR" DES USA
Les Etats-Unis ont déstabilis é le Proche-Orient en lançant une campagne militaire en Irak, selon le milliardaire américain Donald Trump, candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle. Lors d'un débat télévisé qui s'est tenu samedi, Donald Trump, en tête des sondages pour l'investiture présidentielle républicaine, a ressorti le dossier brûlant de la guerre d'Irak, en déclarant que les Etats-Unis avaient déstabilisé le Proche- Orient en lançant cette campagne militaire. "Nul doute, la guerre d'Irak a été une grande, une grosse erreur", a affirmé le milliardaire à l'occasion du neuvième débat pour l'investiture présidentielle républicaine en Caroline du Sud, où la troisième étape des primaires aura lieu samedi 20 février. Et de rappeler que la guerre d'Irak avait coûté 2 000 milliards de dollars (1.776 milliards d'euros) et des milliers de vies aux Etats- Unis. L'homme d'affaires a imputé cette "erreur" à l'ancien président George W. Bush, frère aîné de Jeb Bush, rival de Donald Trump dans la course à la Maison Blanche. "Nous pouvons tous faire des erreurs, mais celle-ci est bien à part. Nous n'aurions jamais dû intervenir en Irak. En le faisant, nous avons déstabilisé le Proche- Orient", a-t-il souligné. Trump a accusé George W. Bush d'avoir menti à l'époque en affirmant que le régime de Saddam Hussein était en possession d'armes de destruction massive. "Ils ont menti, il n'y avait pas d'armes de destruction massive", a-t-il dit. Le milliardaire a violemment attaqué Jeb Bush qui a défendu la politique de son frère. "C'est en l'écoutant, lui et d'autres, qu'on s'est retrouv és au Moyen Orient, cela fait 15 ans qu'on y est et nous n'avons toujours rien gagné", a lancé Trump, en rappelant qu'il n'avait jamais soutenu la guerre d'Irak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.