La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi-Ouzou / Virée au Lac Noir de l'Akfadou : une invitation au repos
Publié dans Le Maghreb le 08 - 08 - 2016

Incrusté en plein cœur de la forêt de l'Akfadou, le Lac Noir appelé localement Agoulmim Averkane, est une véritable invitation au repos, un havre de paix au milieu d'une forêt luxuriante de chênes majestueux.
Pour s'y rendre, le groupe de Mohand Amokrane Handala composé essentiellement d'enseignants universitaires, auxquels se sont joint deux jeunes amoureux de la nature et de la randonnée et une journaliste de l'APS, a décidé de prendre le départ à partir de la commune d'Adekar, dans la wilaya de Bejaia et à la lisière de la forêt de l'Akfadou. Partis très tôt de Tizi-Ouzou sous un ciel plutôt dégagé, les randonneurs sont accueillis dés leur arrivée à Adekar par un épais nuage réduisant la visibilité et tissant ses filet autours des arbres caressant les cimes abruptes des majestueux chênes zen et Afares.
Un froid vivifiant promet une randonnée agréable aux marcheurs qui s'engouffrent aussitôt dans la forêt, à travers une piste cernée de part et d'autres d'arbres et d'une dense végétation, en pressant le pas afin de se "réchauffer". Même si le but de cette randonnée est le Lac Noir, le parcours, long d'une trentaine de kilomètres, choisi par Handala et ses amis, et qui traverse la massif forestier de l'Akfadou, jusqu'au point d'arrivée au village Iguersafene relevant de la commune d'Idjeur (wilaya de Tizi Ouzou), est riche en belles découvertes, Agoulmim Averkane étant "la cerise sur le gâteau". Les Genêts en fleurs embaume l'air d'un doux parfum et réconforte la joyeuse équipe composée de 14 personnes, correctement équipées pour la randonnée. Handala Mohand Amokrane trace le parcours avec une application sur son téléphone, qui lui permet également de calculer l'altitude et la vitesse d'évolution des randonneurs. Première halte, la réserve de réintroduction des cerfs de l'Akfadou, son milieu naturel. Un panneau planté par la Conservation des forêts de Bejaia, à l'entrée de cette espace protégée par une clôture grillagée, explique que le cerf de bérbérie est une espèce protégée par la loi, qui ne se trouve qu'en Afrique du nord, notamment en Algérie et en Tunisie. Les marcheurs poursuivent leur périple et les deux jeunes du groupe décident de longer la clôture, appareils à photo en main prêts à être actionnés, dans l'espoir d'apercevoir un cerf et de "tirer son portrait", mais peine perdue: aucun animal ne s'aventure prés ou presque, puisqu'un sanglier traverse furtivement la forêt de l'autre coté de la réserve.
La route s'enroule et se tortille au milieu de la forêt faisant défiler des chênes à perte de vue, tendant leur bras au ciel pour happer les nuages. Loin d'être monotone, le paysage s'avère riche en découvertes. Une maison forestière en ruine attire la curiosité de l'équipe qui se désole de l'état d'abandon de cette belle structure dotée d'une cheminée. Le site comporte un puits recouvert de lianes d'une plante grimpante, et un abreuvoir qui fait encore chanter l'eau qu'il emprisonne avant de lui rendre sa liberté. Des vaches paissent paisiblement et ne semblent nullement inquiétées par la présence humaine. De ce site, le Lac Noir est tout proche, annonce M. Handala, et apparaît au détour d'un virage en contrebas de la route. Au bout de 13 km de marche, un concert de croisement de rainettes qui peuplent le lac, composant une bruyante symphonie, accueille les visiteurs.

Agoulmim averkane, un joyau du Djurdjura
Agoulmim averkane est l'un des joyaux du Djurdjura, un site magique situé a 1200 m d'altitude, qui attire de plus en plus de touristes locaux amoureux de la nature et en quête de détente loin du brouhaha de la ville et des tracasseries de la vie quotidienne.
Ce lac naturel, d'une superficie de trois (3) ha et d'environ un (1) mètre de profondeur, se dévoile dans toute sa splendeur reflétant tour à tour le bleu du ciel azuré, la blancheur immaculée des nuages et le vert foncé des chênes qui le cernent de toute part comme pour le protéger. Une digue artificielle réalisée sur un côté du lac permet de maintenir un niveau d'eau appréciable. Certain arbres baignent une partie de leurs troncs et leurs racines dans l'eau du lac rendant encore plus magique cet endroit.
Des véhicules légers et des minibus stationnent près du lac, après avoir déposé des groupes de touristes venus de plusieurs wilayas limitrophes pour un pique-nique, au bord du lac. Des familles, des groupes d'amis, des randonneurs se sont installés à l'ombre des arbres savourant le calme. L'endroit est idéal pour un pique-nique. Après le repas, les randonneurs, épuisés par 13 km de marche, décident de faire une petite sieste en se laissant bercer par le croissement des rainettes, le chant des oiseaux et le meuglement des vaches. Handala et les deux plus jeunes du groupe décident de faire le tour du lac pour le prendre en photo sous tous les angles. Chaque partie d'Agoulmim avrekane est un paysage de carte postale qui n'a rien à envier aux autres lacs du monde. Par endroits, des arbres plongent leur branches jusqu'à la surface de l'eau, par d'autres des pierres polies par l'eau émergent du lac comme de petits ilots. Les sauts des rainettes dans l'eau dessinent de jolies massiques aquatiques et éphémères. Un tronc d'arbre rappelant étrangement un lézard géant et surnommé par les habitués du lac "le dinosaure", est une autre curiosité d'Agoulmim averkane. Le retour du lac n'en fut pas moins intéressant et s'avère riche en découvertes.
En passant de Bejaia vers Tizi-Ouzou, on aperçoit de loin le poste de commandement du Colonel Amirouche, chef de la wilaya III historioue durant la guerre de libération nationale. Puis, paraissent les ruines de l'ancien village de Mhaga et le site qui remonterait a l'époque romaine, voire à une période plus antérieure, appelé localement Akham Oujehli, qui est une curiosité archéologique et historique dont les secrets sont en attente d'être dévoilés par les scientifiques. Puis le village Iguersafene, point d'arrivée des randonneurs qui ont ainsi parcouru pas moins de 24 Kilomètres, à travers l'Akfadou, épuisés mais reposés et émerveillés par la beauté de Dame Nature qui n'a pas été avare avec le Djurdjura qu'elle a affublé de tant de charmes qui ne demandent qu'a être découverts dans le cadre d'un tourisme écologique, responsable et encadré, afin de préserver ces sites quasiment vierges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.