Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : L'activité manufacturière ralentit en décembre
Publié dans Le Maghreb le 04 - 01 - 2017

L'activité manufacturière en Chine a légèrement ralenti en décembre, reprenant son souffle après plusieurs mois de forte accélération, selon un indicateur du gouvernement, alors que se poursuit une très fragile stabilisation de la conjoncture dans la deuxième économie mondiale.
L'indice des directeurs d'achat (PMI) publié par le Bureau national des statistiques (BNS), organe dépendant du gouvernement central, s'est établi à 51,4 en décembre, contre 51,7 le mois précédent et 51,2 en octobre.
Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière. Les analystes sondés par l'agence Bloomberg s'attendaient en moyenne à 51,5. Le PMI, un baromètre fondé entre autres sur les carnets de commandes des entreprises et jugé annonciateur de la conjoncture à venir, est très suivi par les marchés: l'industrie manufacturière, même sinistrée, reste un secteur crucial en Chine.
Or, pour certains analystes, le chiffre dévoilé dimanche --même s'il dévoile un petit essoufflement en fin d'année-- n'en traduit pas moins la résistance du secteur et l'embellie progressive de l'environnement économique ces derniers mois.
"L'amélioration de la demande extérieure et la dépréciation du yuan (qui rend les exportations chinoises plus attractives) soutiennent les entreprises", avance ainsi Ding Shuang, analyste de Standard Chartered cité par Bloomberg. Selon lui, "on s'oriente pour le quatrième trimestre sur une croissance économique supérieure aux trimestres précédents (...), même si l'année 2017 pourrait offrir un tableau bien plus mitigé pour les petites entreprises". De fait, l'indice PMI alternatif calculé de façon indépendante par le cabinet de recherche Caixin Insight Group, qui se concentre sur les petites ou moyennes entreprises, a témoigné ces derniers mois d'un très net essoufflement. Son évaluation pour décembre sera publiée la semaine prochaine.
L'indice des directeurs d'achat (PMI) "Caixin" pour la deuxième économie mondiale, calculé de façon indépendante par IHS Market et diffusé par le magazine financier chinois Caixin, s'est établi à 51,9 en décembre, contre 50,9 le mois précédent. Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, et en-dessous de ce seuil une contraction du secteur. C'est la plus forte performance de l'indice depuis janvier 2013, a observé IHS dans un communiqué avec Caixin. Le PMI, fondé sur un sondage concernant entre autres les carnets de commandes des entreprises, est très suivi des marchés.
"L'embellie de l'activité manufacturière s'est poursuivie en décembre, avec une majorité de composantes du PMI incitant à l'optimisme", a témoigné Zhong Zhengsheng, analyste du cabinet de recherches associé à Caixin, cité dans le communiqué. Il notait toutefois aussitôt une "montée des tensions inflationnistes" reflétée par les coûts de production. "Il reste à voir si la stabilisation de l'économie va se consolider, étant donné les incertitudes sur la durabilité ou non du restockage en cours et de la montée des prix à la consommation", a-t-il averti. De fait, le PMI officiel publié dimanche par le gouvernement offrait une note discordante, faisant état au contraire d'un léger ralentissement de l'activité manufacturière: l'indice diffusé par le Bureau national des statistiques (BNS) s'est établi à 51,4 en décembre, contre 51,7 en novembre. Les experts n'en avaient pas moins salué sa relative résistance, signe de la stabilisation en cours de la conjoncture chinoise ces derniers mois.
"L'amélioration de la demande extérieure et la dépréciation du yuan (qui rend les exportations chinoises plus attractives) soutiennent les entreprises", avait ainsi réagi Ding Shuang, analyste de Standard Chartered. A noter toutefois: le PMI gouvernemental tend à se concentrer sur les grandes entreprises et groupes étatiques, tandis que le baromètre alternatif de Caixin se base sur un sondage privilégiant les petites et moyennes entreprises, ainsi que le secteur privé: d'où un écart parfois sensible. Sur fond de crédit bon marché, le spectaculaire redressement du marché immobilier et de la construction a contribué à alimenter le vif rebond de l'activité manufacturière après une année commencée en repli (avec un PMI officiel autour de 49). Mais une forte correction pourrait finir par ébranler le secteur immobilier, et l'envolée de la dette pourrait fragiliser le répit que connaît l'économie chinoise.
Ce sont surtout les grands groupes qui profitent jusqu'à présent des efforts de relance budgétaire du gouvernement, notamment via des rabais d'impôts et un surcroît de dépenses publiques dans les infrastructures. Par ailleurs, sur fond de crédit bon marché --à la suite de multiples assouplissements monétaires--, le redressement du marché immobilier et de la construction a contribué à alimenter le vif rebond de l'activité manufacturière (fabrication de matériaux, meubles...) après une année commencée en repli (avec un PMI officiel autour de 49).
Mais de l'avis général, une forte correction pourrait ébranler prochainement le secteur immobilier, après l'adoption de restrictions destinées à refroidir la fièvre du marché, tandis qu'empire la fragilisation du système financier due à l'envolée de la dette publique et privée dans le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.