Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Législatives en Allemagne : Une victoire amère pour Merkel
Publié dans Le Maghreb le 26 - 09 - 2017

Victorieuse mais affaiblie par un score électoral décevant, Angela Merkel s'attelait hier à la tâche difficile de former une nouvelle majorité en Allemagne dans un paysage politique éclaté, alors que la droite nationaliste a commencé à se déchirer au lendemain même de son succès historique.
L'état-major du parti conservateur CDU de la chancelière s'est réuni dans la matinée pour tirer les premières leçons d'un scrutin législatif où le mouvement n'a recueilli que 33% des voix, son plus mauvais score depuis 1949, selon les résultats définitifs publiés lundi matin.
"Une victoire cauchemardesque", résume le quotidien Bild. La quatrième victoire consécutive de la chancelière, au pouvoir depuis 2005, a un goût amer pour elle. Et les premiers signes de contestation sont apparus du côté de ses alliés conservateurs bavarois de la CSU, qui militent depuis deux ans pour que Mme Merkel entame un virage à droite. Car une partie de l'électorat conservateur --un million de personnes selon les sondages-- a rejoint l'AfD (Alternative pour l'Allemagne). Ce mouvement de droite populiste a fait du rejet de l'accueil massif des migrants décidé par la chancelière en 2015 son grand cheval de bataille. "Nous avons délaissé notre flanc droit et il nous appartient à présent de combler le vide avec des positions tranchées", a lâché le chef de la CSU, Horst Seehofer.
"La consternation règne dans les rangs conservateurs et la principale responsable est toute désignée", estime lundi le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung.

Déchirements à l'AfD
L'AfD a raflé 12,6% des suffrages après une campagne prenant pour modèle le président américain Donald Trump et les partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Ce succès a été obtenu au prix d'une radicalisation du discours du mouvement, avec des propos révisionnistes sur le nazisme, des attaques très dures contre Angela Merkel, les musulmans et les étrangers. Un durcissement qui a rallumé les divisions internes d'un parti disparate. Une des dirigeantes du parti, qui fut jusqu'en début d'année sa figure de proue, Frauke Petry, a créé la surprise en annonçant hier qu'elle refusait de siéger au sein du groupe parlementaire de l'AfD à la chambre des députés. Elle s'en est prise notamment à l'un des deux chefs de file de la campagne du parti, Alexander Gauland, qui a annoncé juste après les élections que l'AfD, forte de son succès, allait mener "la chasse" à Angela Merkel. Il a aussi récemment créé la polémique en appelant à être fier des performances des soldats allemands durant la Deuxième guerre mondiale. L'entrée d'un tel parti dans la chambre des députés est un vrai choc pour de nombreux Allemands, l'identité d'après-guerre reposant justement sur la lutte contre les extrêmes, la quête du compromis et la repentance pour les crimes du IIIe Reich.

'Jamaïque '
Les problèmes pour Merkel ne s'arrêtent pas là: sa victoire étriquée limite fortement sa capacité à forger une coalition majoritaire au Parlement. Et les sociaux-démocrates, ses partenaires jusqu'ici, ont annoncé qu'ils rejoignaient les bancs de l'opposition après un score historiquement bas. Il ne lui reste sur le papier qu'une solution: une alliance inédite au niveau national réunissant son parti conservateur, les Libéraux du FDP, qui reviennent au Bundestag avec 10,7%, et les Verts, qui ont atteint 8,9%. Cette coalition, dite "Jamaïque" - référence aux couleurs noir-jaune-vert des trois partis - n'existe actuellement qu'au niveau régional, dans le petit Etat nordique du Schleswig-Holstein. Et seulement depuis le printemps. Problème, ces deux derniers partis s'opposent sur bien des dossiers clés comme l'immigration, l'avenir du diesel et la sortie du charbon. Ils ont aussi chacun des désaccords de fond avec les conservateurs. Le chef des libéraux, Christian Lindner, a lui déjà fixé une condition pour entrer au gouvernement: le rejet des idées de réforme de la zone euro portées par le président français Emmanuel Macron. Un budget commun est ainsi "une ligne rouge", car Berlin ne doit pas se retrouver à payer les dérapages financiers des autres. Les négociations pourraient donc prendre des mois. Depuis les premières élections d'après-guerre en 1949, le parti vainqueur a toujours réussi à former une majorité. Et la chancelière a exclu un gouvernement minoritaire s'appuyant sur des majorités changeantes. Ce n'est qu'après l'officialisation d'une nouvelle coalition que Mme Merkel pourra formellement être désignée chancelière une quatrième fois. Autrement, de nouvelles élections pourraient être convoquées.

Les médias allemands sous le choc
"Cauchemar", "consternation", "tournant historique": les médias allemands rivalisaient de superlatifs lundi pour décrire le choc des élections législatives de dimanche marquées par une percée de la droite nationaliste.
"Claque pour Merkel, débâcle pour Schulz, succès choc pour l'AfD: le résultat de ce +vote de la colère+ va profondément changer l'Allemagne", estime le journal populaire Bild. "La progression spectaculaire des populistes de droite constitue un tournant historique pour la vie politique allemande", faite de culture du consensus et de débats policés, et qui entre dans une ère beaucoup plus rude et conflictuelle, relève de son côté le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). "La consternation règne dans les rangs conservateurs et la principale responsable est toute désignée", estime de son côté le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung. "Angela Merkel peut rester chancelière, elle a atteint son +objectif stratégique+ . Mais elle paie un prix élevé: la coalition gouvernementale a été gravement sanctionnée (...). L'AfD entre au Bundestag avec un score supérieur à 10%. Et il sera extrêmement compliqué de former une alliance gouvernementale solide pour les quatre ans à venir", pointe l'édition en ligne du Spiegel.

L'Europe a besoin d'un "gouvernement allemand fort"
L'Union européenne a "plus que jamais" besoin d'un "gouvernement allemand fort", a affirmé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, cité hier par un porte-parole, au lendemain des élections législatives en Allemagne. "Le président Juncker réitère sa conviction que, à la lumière des importants défis mondiaux, l'Europe a besoin d'un gouvernement allemand fort maintenant plus que jamais", a plaidé M. Juncker dans un courrier adressé à la chancelière Angela Merkel, selon Margaritis Schinas. M. Juncker est convaincu que "la négociation sur la coalition de gouvernement contribuera à cet effet", a-t-il ajouté. Le porte-parole de l'exécutif européen a indiqué que M. Juncker avait eu une conversation téléphonique lundi matin avec Mme Merkel, et qu'il lui avait adressé un courrier pour "la féliciter chaleureusement de sa victoire historique pour la quatrième fois d'affilée".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.