L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Pharmacie: le CNOP condamne des manœuvres visant à contrecarrer les réformes du secteur    Réouverture des mosquées: appel au strict respect des mesures sanitaires    L'esprit joyeux et la sincérité de "Ammi Bachir'', les secrets de sa notoriété    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    CONSTANTINE : Rapatriement de 310 Algériens bloqués en Turquie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Une "bande criminelle" démantelée    Les révélations glaçantes de sa famille    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Union européenne : Pourquoi on tente d'écarter la Hongrie ?
Publié dans Le Maghreb le 17 - 04 - 2018

La réélection du parti dirigé par Victor Orban en Hongrie a été mal prise par un groupe de parlementaires européens qui réclame la suspension du vote de ce pays au Conseil de l'UE. Quels aspects de la politique menée par le Premier ministre hongrois suscitent une telle opposition au sein de l'UE?
La Commission des libertés civiles du Parlement européen réclame le déclenchement de la procédure de l'infraction à l'encontre de la Hongrie en conformité avec l'article 7 du Traité sur l'Union européenne, a fait savoir vendredi le site d'informations EurActive. Cette mesure qui intervient quelques jours après la réélection de Victor Orban en tant que Premier ministre hongrois peut aboutir à la suspension du droit de vote de la Hongrie au Conseil de l'UE. Ce pays d'Europe centrale est accusé de violation des "valeurs européennes fondamentales". La liste des accusations publiée jeudi par les parlementaires européens inclut 12 points dont l'affaiblissement de la Cour constitutionnelle et du pouvoir judiciaire, la corruption, la restriction de la liberté d'expression, la violation des droits des réfugiés et des minorités. Cela marque le renforcement de la confrontation entre Budapest et les autorités européennes qui a déjà lieu sur plusieurs plans.

Une menace existentielle
Lors de la campagne électorale de cette année le Fidesz, le parti dirigé par M.Orban, a mis l'accent sur la lutte contre les flux migratoires. Beaucoup de citoyens hongrois partagent les sentiments antimigratoires du parti au pouvoir. Selon un sondage réalisé en 2016 par Pew Research Center, 69% des Hongrois interrogés considéraient les réfugiés en provenance de Syrie et d'Irak comme une menace majeure. "Si quelqu'un veut venir dans votre maison, il frappe à votre porte et demande: "Pouvons-nous entrer, pouvons-nous rester?" Ils [les demandeurs d'asile] ne font pas cela, ils ont franchi la frontière illégalement", a déclaré Victor Orban en janvier dans une interview pour le journal allemand Bild. Depuis le début de la crise migratoire européenne, le Premier-ministre hongrois s'est opposé à l'introduction de quotas européens de migrants. En automne 2015 la Hongrie, ainsi que la Slovaquie, la République tchèque et la Roumanie, a voté contre le programme de répartition des demandeurs d'asile qui a néanmoins été adopté à la majorité qualifiée par le Conseil européen. Les gouvernements hongrois et slovaque ont alors déposé un recours devant la justice européenne concernant cette décision. Mais le 6 septembre 2017 la Cour de Justice de l'Union européenne a réaffirmé le principe de la solidarité entre les pays européens face à l'accueil des réfugiés, en rejetant le recours des deux pays membres.
D'après le nombre de demandes d'asile par rapport à la population locale, la Hongrie est le pays européen le plus touché par la crise migratoire. En 2015 il y avait 1.799 demandeurs d'asile sur 100,000 Hongrois. Récemment Victor Orban a proposé l'adoption de la loi dite "anti-Soros" qui permettrait aux autorités de pénaliser, voire d'interdire, les organisations non gouvernementales qui recevaient des financements de l'étranger et venaient en aide aux migrants.

Un "cheval de Troie" de Moscou?
Un autre sujet sur lequel la position du Premier ministre hongrois se distingue de celles des autres pays occidentaux concerne les relations avec la Russie. Depuis l'introduction des sanctions antirusses par l'UE la Hongrie n'a eu de cesse de se prononcer contre ces mesures restrictives. "Dans la politique, cela s'appelle se tirer une balle dans le pied", avait déclaré Victor Orban en août 2014. La Hongrie a à plusieurs reprises critiqué ces mesures en indiquant qu'il était impossible de résoudre "des problèmes non-économiques avec des mesures économiques". Les mesures de riposte russes ont eu des répercussions particulièrement graves pour l'économie hongroise et entre 2014 et 2017 le manque à gagner hongrois a atteint 6,5 milliards de dollars. Malgré l'opposition de l'UE, la Hongrie a continué de réaliser des projets communs avec la Russie, dont certains dans des domaines stratégiques tels que l'énergie nucléaire. Budapest n'a pas arrêté la construction de la station nucléaire de Paks réalisée en collaboration avec la société russe Rosatom. Suite à sa prise de position, la Hongrie a été qualifié de "cheval de Troie" de Moscou au sein de l'UE. Budapest a rejeté de telles comparaisons. Victor Orban est souvent illustré comme un politicien eurosceptique qui met en danger les valeurs de l'UE. Néanmoins, l'historien français Sylvain Kahn dans son œuvre "Histoire de la construction de l'Europe depuis 1945" estime que le Premier ministre hongrois ne désire pas la désintégration de l'UE et ne promeut pas l'idée d'un "Hongrexit". Selon lui, Victor Orban salue l'intégration dans des domaines tels que l'agriculture, la sécurité et la défense, la politique de cohésion. Dans le même temps, le leader hongrois s'oppose à l'ingérence de l'Union européenne dans les affaires intérieures de son pays et dans celles d'autres pays membres. En décembre 2017, la Hongrie a supporté la Pologne lorsqu'une procédure en conformité avec l'article 7 du Traité sur l'UE a été déclenchée contre cette dernière. M.Orban a déclaré que son pays opposerait un veto à toute sanction contre la Pologne.
Selon le Premier ministre hongrois, la souveraineté est le principe qui doit gouverner les relations entre les institutions européennes et les pays membres. Après la victoire de son parti aux dernières élections parlementaires, Victor Orban a déclaré qu'il voyait son pays comme une partie de l'Union des nations et non pas des Etats-Unis d'Europe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.