Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prix de l'or noir : Le pétrole rebondit avant une semaine décisive sur l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 06 - 05 - 2018

Les cours du pétrole ont fortement progressé vendredi, à huit jours d'une décision très attendue de l'administration américaine sur son potentiel retrait d'un accord sur le nucléaire iranien.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 74,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,25 dollar par rapport à la clôture de jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de juin a gagné 1,29 dollar, à 69,72 dollars, au plus haut depuis la fin 2014. "Nous ne sommes plus qu'à une semaine de la décision américaine sur l'Iran et cette perspective engendre beaucoup de volatilité", a indiqué James Williams, de WTRG. Le président américain, Donald Trump, menace de se retirer le 12 mai de l'accord nucléaire conclu avec l'Iran, Téhéran ayant averti jeudi de son côté qu'elle quitterait l'accord sur le nucléaire si les Etats-Unis suivaient une telle voie.
"Cela alimente les craintes d'un choc sur l'offre", a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM, qui estime cependant qu'avec un délai de six mois pour les pays qui importent du pétrole iranien, le marché devrait garder l'équilibre. "Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas une réaction instinctive des prix" en cas de fin de l'accord, a-t-il prévenu.

70 dollars
La progression des prix a toutefois été limitée en deuxième partie de séance après l'annonce d'une forte hausse du nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis, un indicateur avancé de la production américaine publié par la société Baker Hughes. Ceux-ci ont augmenté de 9 unités, à 834 puits après avoir déjà avancé de 5 unités la semaine précédente. "Ces données ont certainement empêché les prix d'aller plus haut et le pétrole coté à New York de franchir la barre symbolique des 70 dollars", a estimé M. Williams.
En séance vendredi, le WTI a atteint un plus haut à 69,97 dollars vers 16H20 GMT. La hausse de la production américaine passe toutefois pour le moment au second plan des préoccupations des analystes. "Il est clair que le risque géopolitique est la clé de la hausse des prix et s'il venait à s'apaiser, la production élevée des Etats-Unis pourrait entraîner une baisse des prix", a estimé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM. "Le marché international voit réellement ses réserves s'amenuiser, mais les Etats-Unis se noient dans le pétrole", ont abondé les analystes du courtier Marex Spectron.
La production américaine a atteint sa dixième semaine de record de suite depuis que ces statistiques ont commencé à être compilées en 1983, les Etats-Unis extrayant en moyenne 10,62 millions de barils par jour (mbj), contre 10,59 mbj la semaine précédente, selon des données publiées mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Recul en Asie
Les cours du pétrole reculaient vendredi matin en Asie, la forte hausse des stocks de brut américain semblant prendre le dessus sur les craintes de voir Donald Trump rétablir des sanctions contre l'Iran. Vers 04h40 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, perdait six cents à 68,37 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, reculait de trois cents à 73,59 dollars. Selon l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les stocks de brut ont fortement avancé, de 6,2 millions de barils pour la semaine terminée le 27 avril. La production américaine a atteint un dixième record historique de suite avec 10,62 millions de barils par jour (mbj). Malgré tout, le pétrole continue de voler à des niveaux très hauts alors que l'avenir de l'accord nucléaire iranien sera décidé par les Etats-Unis le 12 mai. Le président américain Donald Trump menace de se retirer des signataires du texte et de rétablir les sanctions contre Téhéran. Un retour des sanctions contre le troisième producteur de pétrole de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) aurait pour effet de perturber l'offre mondiale. "Les Iraniens ont déclaré qu'il n'y aurait pas de négociations", a relevé Greg McKenna, analyste chez AxiTrader. L'Iran a averti jeudi qu'il quitterait l'accord sur le nucléaire si le président américain mettait à exécution sa menace de s'en retirer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.