Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole monte avec les tensions géopolitiques
Publié dans Le Maghreb le 17 - 05 - 2018

Les cours du pétrole ont de nouveau progressé mardi, le Brent européen frôlant les 80 dollars le baril dans un marché galvanisé par les tensions géopolitiques.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a clôturé à 78,43 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 20 cents par rapport à la clôture de lundi et au plus haut depuis la fin 2014. Vers 12H20 GMT, il a touché 79,47 dollars, tout près de la barre symbolique des 80 dollars. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de juin a pris 35 cents pour finir à 70,96 dollars.
"La tension monte au Moyen-Orient avec les affrontements mortels à Gaza, qui démontrent à quel point la situation s'est détériorée dans la région", ont commenté les analystes de JBC Energy. La tension restait vive entre Israéliens et Palestiniens mardi dans les Territoires au lendemain de la journée la plus meurtrière du conflit depuis quatre ans, avec la mort de près de 60 Palestiniens sous les balles israéliennes.
L'Iran, par l'intermédiaire du porte-parole du ministre iranien des Affaires étrangères, a estimé mardi que les dirigeants israéliens devraient être jugés pour crime de guerre après le "massacre" de lundi.
Téhéran, troisième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), doit de son côté faire face aux sanctions américaines après la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.
Reste à savoir quelle sera la réaction du reste du cartel, engagé depuis fin 2016 dans un accord de limitation de sa production aux côtés de dix autres producteurs, dont la Russie.
"Tout tourne autour de l'Arabie saoudite, qui a le pouvoir de faire repartir les prix à la baisse en augmentant sa production ou, à l'inverse, de les faire grimper en tournant le robinet dans l'autre sens", a commenté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets.
Dans le dernier rapport mensuel de l'Opep, publié lundi, la production saoudienne est évaluée en légère hausse selon des sources indépendantes (en légère baisse selon les chiffres gouvernementaux), mais bien en deçà de la baisse marquée de la production au Venezuela, dont l'industrie est fortement affectée par la crise économique et politique qui secoue le pays.
"L'Opep semble globalement assez engagée dans l'accord de réduction de la production", a indiqué Kyle Cooper de IAF Advisors.
Par ailleurs, un prix du Brent qui dépasserait les 80 dollars n'affecterait selon lui pas la demande des consommateurs.
"L'énergie représente un pourcentage assez faible du total de la consommation des ménages, surtout européens. D'autant que les taxes représentent une partie élevée des coûts de l'essence", a-t-il noté.

Hausse en Asie
Les cours du pétrole continuaient de monter mardi en Asie, portés par les tensions au Moyen-Orient et un rapport de l'Opep jugé favorable.
Vers 03H30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juin, gagnait deux cents à 70,98 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juillet, prenait six cents, à 78,29 dollars.
Selon le rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le cartel a une nouvelle fois pompé moins de brut que ne le lui permet l'accord de limitation de la production conclu fin 2016 avec dix autres producteurs.
Le rapport suggère que l'excès d'offre mondiale a été quasiment absorbé, avec une demande revue à la hausse de 25.000 barils par jour, à 98,85 mbj.
Le "Brent a nettement grimpé la nuit dernière, de 1,67%, le WTI étant un peu à la traîne, à plus 0,6%. Les deux contrats augmentent dans un contexte de tensions au Moyen-Orient et après le rapport de l'Opep", a déclaré Greg McKenna, analyste chez AxiTrader.
"Les marchés se focalisent sur la Syrie, l'Iran et Israël mais l'effondrement de la production de brut au Venezuela est un gros facteur dormant sur les marchés pétroliers".
Après le retrait américain de l'accord nucléaire avec Téhéran, "le point chaud le plus significatif sont les violences qui ont éclaté dans la bande de Gaza en réaction à l'inauguration par les Etats-Unis de leur ambassade à Jérusalem", a relevé de son côté Stephen Innes, analyste chez Oanda.
"De manière générale, le marché est complètement tourné vers le nid de guêpes au Moyen-Orient, qui est une catastrophe potentielle".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.