Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie-Banque Mondiale : La BM prévoit une croissance de 3,5% du PIB de l'Algérie en 2018
Publié dans Le Maghreb le 07 - 06 - 2018

La Banque Mondiale (BM) prévoit une croissance du Pib réel de l'Algérie à 3,5% en 2018, contre 3,6%, (-0,1 point) anticipé dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi à Washington.
La prévision actualisée de 3,5% reste toutefois identique à celle prévue par l'institution de Bretton Woods dans son rapport de suivi de la situation économique de la région Mena, publié en avril dernier. En résumé, la BM maintient donc sa prévision de croissance pour l'économie algérienne en 2018, qui restera solide cette année. L'explication de cette solidité repose sur le fait qu'il y a une hausse des dépenses de l'investissement et surtout avec la progression des cours pétroliers.
La croissance économique mondiale restera solide en 2018, et devrait maintenir ce rythme en 2019 et 2020 ce qui laisse présager que " l'économie mondiale voit enfin le bout du tunnel", a indiqué la Banque Mondiale, mettant à nouveau en garde contre la montée du protectionnisme qui risque d'impacter la reprise. D'ailleurs, comparativement à la croissance projetée en janvier, la BM a légèrement abaissé sa prévision pour 2019 à 2%, soit -0,5 point, avant de revoir sa projection pour 2020 à 1,3% (-0,3 point). Les projections pour ces deux années restent également inchangées comparées à celles d'avril.
Dans son nouveau rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales la BM prévoit une hausse de la croissance du PIB mondial cette année à 3,1%, avant de se modérer progressivement à 3% en 2019 et à 2,9 en 2020.
L'institution de Bretton Woods a maintenu ainsi inchangées ses prévisions pour la croissance mondiale anticipées dans l'édition de janvier 2018 du rapport.
Selon les mêmes données, la croissance en 2017, s'est établie à 1,6%.

Croissance renforcée dans la région Mena
L'institution financière relève, par ailleurs, que plusieurs pays exportateurs de pétrole dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), dont l'Algérie, ont assoupli leurs projets d'assainissement des finances publiques suite à la hausse des prix du pétrole.
L'Algérie et l'Arabie Saoudite ont en outre revu à la hausse leurs projets de dépenses d'investissement pour soutenir la croissance.
Globalement, la croissance dans la région s'est renforcée cette année, les pays exportateurs de pétrole s'étant remis d'une année de baisse de la production pétrolière et de rigueur budgétaire, et les pays importateurs de pétrole ayant enregistré une progression de la demande intérieure et extérieure, précise la Banque.
" La croissance dans la région devrait se renforcer à 3 % en 2018 puis à 3,3 % en 2019, grâce en grande partie au relèvement des pays exportateurs de pétrole de l'effondrement des prix de cette matière première ", note la BM.
Ces pays devraient accroître leurs dépenses d'investissement grâce à l'augmentation des revenus intérieurs et à la hausse des prix du pétrole. La croissance des pays exportateurs de pétrole hors CCG, dont l'Algérie, devrait être soutenue par l'augmentation des dépenses d'investissement.
La croissance parmi les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait atteindre 2,1 % en 2018 et 2,7 % en 2019, soutenue par l'augmentation des investissements en capital fixe.
Les prévisions de croissance en Arabie saoudite devraient être revues à la hausse, à 1,8 % cette année et 2,1 % l'année prochaine. L'Iran devrait enregistrer une croissance de 4,1 % en 2018 et en 2019.
Dans l'ensemble des pays émergents et en développement, la croissance devrait se consolider à 4,5 % en 2018, puis à 4,7 % en 2019, alors que la reprise chez les exportateurs de produits de base atteint sa phase de maturité et que les prix des matières premières se stabilisent après la hausse enregistrée cette année.

Des pays en développement
Les deux tiers des pays en développement, dont les recettes sont tributaires de l'exportation de matières premières pourraient souffrir du recul attendu de la croissance de la consommation de ces produits, explique Shantayanan Devarajan, directeur principal la Banque mondiale pour l'économie du développement.
" Cette perspective rend d'autant plus nécessaires la diversification de leur économie et le renforcement de leurs cadres budgétaires et monétaires ", recommande ce responsable.
Le rapport appelle à mettre en œuvre des réformes qui amélioreront les perspectives de croissance à long terme. " La rapidité des évolutions technologiques rend incontournables le soutien à l'acquisition de compétences, de même que le renforcement de la compétitivité et de l'ouverture des échanges ", relève, par ailleurs, le rapport.
Les économies importatrices de pétrole devraient afficher une croissance plus forte, suite à un regain de confiance de la part des entreprises et des consommateurs sous l'effet des reformes du climat des affaires et de l'amélioration de la demande extérieure. L'Egypte devrait enregistrer une croissance de 5 % au cours de l'exercice 2017-2018, (période s'étalant du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018) et de 5,5 % l'exercice suivant.
Les petits importateurs de pétrole, tels que la Jordanie et le Liban, sont confrontés à un ralentissement de la croissance dû à des déséquilibres extérieurs et budgétaires. La Banque Mondiale explique que " Les risques d'assombrissement des perspectives de la région sont prépondérants ". La hausse récente des prix du pétrole pourrait ne pas être soutenue et être contrariée par une production de pétrole de schiste plus importante que prévue aux Etats-Unis.
Pour les pays importateurs de pétrole " l'amplification des problèmes de sécurité ou l'exacerbation des tensions géopolitiques pourraient nuire au tourisme, refroidir les investisseurs et limiter l'accès au financement ", estime la BM.
Enfin à noter que le rapport relève "qu'après plusieurs années de révisions à la baisse, les prévisions de croissance à long terme se sont stabilisées, ce qui laisse penser que l'économie mondiale voit enfin le bout du tunnel dix ans après le début de la crise économique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.