Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie-Banque Mondiale : La BM prévoit une croissance de 3,5% du PIB de l'Algérie en 2018
Publié dans Le Maghreb le 07 - 06 - 2018

La Banque Mondiale (BM) prévoit une croissance du Pib réel de l'Algérie à 3,5% en 2018, contre 3,6%, (-0,1 point) anticipé dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi à Washington.
La prévision actualisée de 3,5% reste toutefois identique à celle prévue par l'institution de Bretton Woods dans son rapport de suivi de la situation économique de la région Mena, publié en avril dernier. En résumé, la BM maintient donc sa prévision de croissance pour l'économie algérienne en 2018, qui restera solide cette année. L'explication de cette solidité repose sur le fait qu'il y a une hausse des dépenses de l'investissement et surtout avec la progression des cours pétroliers.
La croissance économique mondiale restera solide en 2018, et devrait maintenir ce rythme en 2019 et 2020 ce qui laisse présager que " l'économie mondiale voit enfin le bout du tunnel", a indiqué la Banque Mondiale, mettant à nouveau en garde contre la montée du protectionnisme qui risque d'impacter la reprise. D'ailleurs, comparativement à la croissance projetée en janvier, la BM a légèrement abaissé sa prévision pour 2019 à 2%, soit -0,5 point, avant de revoir sa projection pour 2020 à 1,3% (-0,3 point). Les projections pour ces deux années restent également inchangées comparées à celles d'avril.
Dans son nouveau rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales la BM prévoit une hausse de la croissance du PIB mondial cette année à 3,1%, avant de se modérer progressivement à 3% en 2019 et à 2,9 en 2020.
L'institution de Bretton Woods a maintenu ainsi inchangées ses prévisions pour la croissance mondiale anticipées dans l'édition de janvier 2018 du rapport.
Selon les mêmes données, la croissance en 2017, s'est établie à 1,6%.

Croissance renforcée dans la région Mena
L'institution financière relève, par ailleurs, que plusieurs pays exportateurs de pétrole dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), dont l'Algérie, ont assoupli leurs projets d'assainissement des finances publiques suite à la hausse des prix du pétrole.
L'Algérie et l'Arabie Saoudite ont en outre revu à la hausse leurs projets de dépenses d'investissement pour soutenir la croissance.
Globalement, la croissance dans la région s'est renforcée cette année, les pays exportateurs de pétrole s'étant remis d'une année de baisse de la production pétrolière et de rigueur budgétaire, et les pays importateurs de pétrole ayant enregistré une progression de la demande intérieure et extérieure, précise la Banque.
" La croissance dans la région devrait se renforcer à 3 % en 2018 puis à 3,3 % en 2019, grâce en grande partie au relèvement des pays exportateurs de pétrole de l'effondrement des prix de cette matière première ", note la BM.
Ces pays devraient accroître leurs dépenses d'investissement grâce à l'augmentation des revenus intérieurs et à la hausse des prix du pétrole. La croissance des pays exportateurs de pétrole hors CCG, dont l'Algérie, devrait être soutenue par l'augmentation des dépenses d'investissement.
La croissance parmi les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait atteindre 2,1 % en 2018 et 2,7 % en 2019, soutenue par l'augmentation des investissements en capital fixe.
Les prévisions de croissance en Arabie saoudite devraient être revues à la hausse, à 1,8 % cette année et 2,1 % l'année prochaine. L'Iran devrait enregistrer une croissance de 4,1 % en 2018 et en 2019.
Dans l'ensemble des pays émergents et en développement, la croissance devrait se consolider à 4,5 % en 2018, puis à 4,7 % en 2019, alors que la reprise chez les exportateurs de produits de base atteint sa phase de maturité et que les prix des matières premières se stabilisent après la hausse enregistrée cette année.

Des pays en développement
Les deux tiers des pays en développement, dont les recettes sont tributaires de l'exportation de matières premières pourraient souffrir du recul attendu de la croissance de la consommation de ces produits, explique Shantayanan Devarajan, directeur principal la Banque mondiale pour l'économie du développement.
" Cette perspective rend d'autant plus nécessaires la diversification de leur économie et le renforcement de leurs cadres budgétaires et monétaires ", recommande ce responsable.
Le rapport appelle à mettre en œuvre des réformes qui amélioreront les perspectives de croissance à long terme. " La rapidité des évolutions technologiques rend incontournables le soutien à l'acquisition de compétences, de même que le renforcement de la compétitivité et de l'ouverture des échanges ", relève, par ailleurs, le rapport.
Les économies importatrices de pétrole devraient afficher une croissance plus forte, suite à un regain de confiance de la part des entreprises et des consommateurs sous l'effet des reformes du climat des affaires et de l'amélioration de la demande extérieure. L'Egypte devrait enregistrer une croissance de 5 % au cours de l'exercice 2017-2018, (période s'étalant du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018) et de 5,5 % l'exercice suivant.
Les petits importateurs de pétrole, tels que la Jordanie et le Liban, sont confrontés à un ralentissement de la croissance dû à des déséquilibres extérieurs et budgétaires. La Banque Mondiale explique que " Les risques d'assombrissement des perspectives de la région sont prépondérants ". La hausse récente des prix du pétrole pourrait ne pas être soutenue et être contrariée par une production de pétrole de schiste plus importante que prévue aux Etats-Unis.
Pour les pays importateurs de pétrole " l'amplification des problèmes de sécurité ou l'exacerbation des tensions géopolitiques pourraient nuire au tourisme, refroidir les investisseurs et limiter l'accès au financement ", estime la BM.
Enfin à noter que le rapport relève "qu'après plusieurs années de révisions à la baisse, les prévisions de croissance à long terme se sont stabilisées, ce qui laisse penser que l'économie mondiale voit enfin le bout du tunnel dix ans après le début de la crise économique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.