Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : Les détenus du Hirak refusent leur transfert vers différentes prisons d'Al Hoceïma
Publié dans Le Maghreb le 21 - 07 - 2018

Les 53 militants détenus du mouvement Hirak du Rif ont refusé leur transfert de Casablanca à différentes prisons de la région d'Al Hoceïma, après avoir été prévenus par la direction de l'établissement pénitencier qu'ils devront être séparés en groupes avant d'être dispersés dans différents établissements pénitenciaire, a annoncé le coordinateur du comité de défense des détenus, l'avocat Mohamed Aghnaj, cité jeudi par les médias marocains.

Après avoir entamé puis suspendu une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions de détention, ainsi que les lourdes peines dont ils écopent de 1 à 20 ans de prison ferme, les détenus du mouvement Hirak ont refusé, selon le coordinateur du comité de défense des détenus, leur transfert vers des prisons d'Al Hoceima, ont ajouté les mêmes sources. Leur ayant rendu visite, mardi dernier, l'avocate Asma Elouadie a confirmé, de son côté que la direction de l'établissement pénitencier avait distribué aux détenus des formulaires à remplir à cet effet. Ce qu'ils ont tous refusé catégoriquement, a-t-elle affirmé. Le coordinateur du comité de défense des détenus du Hirak du Rif, l'avocat Mohamed Aghnaj, n'a pas écarté l'éventualité d'un transfert sous peu de ces détenus incarcérés actuellement à la prison de Oukacha (Casablanca) vers d'autres prisons. Selon cet avocat, "la direction pénitentiaire leur a demandé où ils aimeraient être transférés sous le prétexte de les rapprocher de leurs familles", ajoutant que la direction de prison avait commencé à les préparer à ce transfert en les séparant en petits groupes distincts. L'avocat a fait savoir mercredi que le leader du mouvement, Nasser Zefzafi, se trouve dans "un groupe de 7 personnes dans l'aile 6 de la prison". "Un troisième groupe réunissant le même nombre de détenus et dans lequel se trouve le numéro 2 du mouvement Nabil Ahamjik est, lui, dans l'aile 4", a-t-il mentionné. "Cette répartition a été effectuée dans cette prison depuis le 6 juillet dernier" a soutenu Mohamed Aghnaj, qui s'est rendu mardi dernier chez les détenus. Le coordinateur du comité de défense du Hirak a fait savoir également que la direction de la prison avait invité les militants emprisonnés "à présenter des demandes de grâce royale", soulignant que certains avaient accepté, alors que d'autres étaient contre cette proposition" vu qu'ils sont considérés comme des prisonniers politiques injustement condamnés. "Ceci a donné lieu à certaine division entre les militants", a encore confié l'avocat, dénonçant "une démarche visant à semer la zizanie" entre les acteurs du mouvement contestataire rifain. "En cas de leurs transferts, les avocats, en majorité issus du barreau de Casablanca, auront du mal à remplir leur mission auprès des détenus en n'ayant plus la possibilité de leur rendre visite aussi régulièrement en raison de la distance qu'ils devraient parcourir", a tenu à signaler le coordinateur du comité de défense. Selon l'avocat, le procès en appel des détenus du mouvement Hirak est attendu probablement au mois de septembre prochain.

HRW dénonce la condamnation d'un journaliste
L'ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé mercredi la condamnation du journaliste marocain Hamid el Mahdaoui à trois ans de prison pour la couverture médiatique du mouvement de protestation populaire du "Hirak", indiquant que cette condamnation envoie un "message glaçant à ce qui reste de journalistes indépendants dans le pays". Pour HRW, la condamnation du journaliste et directeur du site Badil.info, Hamid el Mahdaoui, à trois ans d'emprisonnement, relève de "l'usage arbitraire de la loi contre un journaliste, par des autorités qui ont déjà radicalement réduit le champ de la libre expression au Maroc". Le directeur du site Badil avait déja été arrêté en juillet 2017 dans la ville d'Al-Hoceïma (nord), pendant qu'il couvrait un rassemblement du mouvement populaire qui a agité la province du Rif en 2016-2017. Selon HRW, sa nouvelle condamnation envoie un "message glaçant à ce qui reste de journalistes indépendants dans le pays". Plusieurs villes marocaines vivent depuis plus d'un mois au rythme des manifestations qui dénoncent la condamnation des détenus du mouvement Hirak du Rif en juin dernier à de lourdes peines et appelant à la levée du "siège militaire imposé à la région du Rif" et au boycott de la "justice marocaine . Des milliers de personnes ont pris part dimanche à Rabat à la marche nationale pour la libération des ces détenus. Ils ont scandé des slogans hostiles au Makhzen, tels que "le peuple boycotte la justice", "non au siège imposé à la région du Rif" et "liberté aux détenus du Hirak", ont rapporté les médias. Des familles des détenus, des leaders des partis de gauche à savoir Nabila Mounib et Omar Balafrej ainsi que Mohamed Abbadi, leader de la "Jamaâ Al Adl Wal Ihssane" ont été les chefs de files de cette manifestation initiée pour réclamer la libération des prisonniers politiques du Hirak rifain. Selon des sources locales, le Makhzen a empêché les Marocains de sortir de leurs villes pour rejoindre la marche nationale organisée à Rabat. De nombreuses unités de la police et de la gendarmerie royale ont été déployées dans les sorties des villes de Berchid, Fés, Taza, Oujda, Meknès, Sidi Kassem, afin d'empêcher les bus et trains de transporter les manifestants. Cette marche nationale s'inscrit dans le cadre des actions de protestation menées par le comité de soutien aux détendus du Hirak qui avait dénoncé vivement les lourdes peines infligées aux 54 militants de la contestation rifaine par la Cour d'appel de Casablanca le 26 juin dernier. Les peines comprises entre un et 20 ans de prison. Le 8 juillet, une marche de la même envergure avait été organisée à Casablanca par le comité de défense et de soutien du mouvement Hirak et d'autres forces politiques marocaines, mobilisant des milliers de citoyens marocains indignés par le procès Hirak. Le leader du mouvement Nasser Zefzafi et trois de ses compagnons avaient écopé de 20 ans. Tous les détenus ont décidé de faire appel du verdict, qui a suscité des réactions d'incompréhension et d'indignation dans le royaume et à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.