KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?
Publié dans Le Maghreb le 16 - 02 - 2019

La dette publique américaine a dépassé pour la première fois la barre des 22.000 milliards de dollars, moins d'un an après le dépassement du plafond de 21.000 milliards de dollars.
Depuis l'investiture de Donald Trump, la dette publique a déjà augmenté de 2.000 milliards de dollars, écrit le site d'information Vestifinance.
La hausse a été particulièrement notable l'an dernier, après que le locataire de la Maison-Blanche a réduit les impôts de 1.500 milliards de dollars et que le Congrès a pris des mesures pour augmenter les dépenses destinées aux programmes nationaux et militaires.
La direction budgétaire du Congrès prédit que le déficit atteindra cette année 897 milliards de dollars, soit une augmentation de 15% par rapport à 2018. Et à partir de 2022, cet indice dépassera les 1.000 milliards de dollars et ne reviendra plus en-dessous de cette barre, car la génération du baby-boom continuera de partir à la retraite.
Toutefois, l'administration Trump est persuadée que la réforme fiscale accélèrera la croissance économique, que les dépenses seront amorties et que le déficit budgétaire se stabilisera, mais nombre d'économistes ne sont pas de cet avis.
Autre élément: l'an dernier, sur fond de hausse record des rendements obligataires, la charge budgétaire a significativement augmenté à cause de l'augmentation du coût des emprunts. Mais aujourd'hui, grâce à différentes manipulations de la Réserve fédérale (Fed) et d'autres facteurs, les rendements ont diminué jusqu'à un niveau acceptable et ce problème est passé au second plan.
"Compte tenu du ralentissement de l'économie mondiale, du Brexit et du problème de la Chine, on constate une demande d'actifs sans risques, de liquidités et de qualité, c'est-à-dire d'obligations, et cela régule en quelque sorte le rendement", estime Margaret Kerins, stratège en chef des obligations à BMO Capital Markets Corp.
Les experts comparent souvent la dynamique de l'endettement sous la présidence de Barack Obama et celle de Donald Trump. Pour l'instant, le premier est hors concurrence. En huit ans de mandat, la dette publique des USA a pratiquement doublé en augmentant de 9.300 milliards de dollars.
Les experts attirent l'attention sur une différence considérable: pendant la présidence de Barack Obama, la Fed avait acheté une immense quantité d'obligations américaines dans le cadre du programme d'assouplissement quantitatif, alors qu'aujourd'hui ce programme est terminé.
Ces derniers temps, la Fed a changé de discours et n'exclut même pas une augmentation du compte bilan. Le régulateur pourrait probablement prendre des mesures supplémentaires précisément pour maintenir le rendement obligataire à un niveau acceptable. Sinon, le poids de la dette pourrait s'avérer instable.
Il ne faut pas oublier que le Président Donald Trump a des plans des ambitieux, qui nécessitent de nouveaux emprunts: la dette publique américaine continuera donc de grandir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.