L'ex-wali de Tipaza, Ghelai Moussa, en détention    Personnalités et experts adhèrent au dialogue national    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Financement du Projet Complexe Phosphate Tébessa    Le MCA rate son premier match    Rabat prête à relever le défi    «Abeid est apte à jouer»    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    RUSH DES ALGERIENS VERS LA TUNISIE : Le poste frontalier d'Oum Teboul pris d'assaut!    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    Me Aït Larbi dépose plainte contre Me Benbraham    La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    Des administrateurs pour assurer la gestion    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    Un jeune fauché par un train    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année
Publié dans Le Maghreb le 18 - 02 - 2019

EDF a publié vendredi un bénéfice avant impôts, charges financières, dépréciations et amortissements (Ebitda) en nette hausse au titre de 2018, tiré par le rebond de sa production hydraulique et nucléaire en France, mais a prévenu que cet indicateur risquait de ne pas progresser en 2019.

L'électricien public, dont l'Etat détient 83,7% du capital, a précisé dans un communiqué que son Ebitda devrait ainsi s'établir cette année entre 15,3 et 16,0 milliards d'euros à normes comptables constantes et à périmètre et taux de change au 1er janvier, après 15,3 milliards en 2018 (+11,1%).
Selon un consensus réalisé par Infront Data pour Reuters, les analystes attendaient en moyenne un Ebitda de 16 milliards en 2019 jusqu'à présent.
"Il se peut, dans le cas de la fourchette basse, que nos résultats soient proches en 2019 de ce qu'ils étaient en 2018. Mais ce que nous espérons, c'est plutôt un autre endroit de la fourchette que le point bas", a déclaré lors d'une conférence téléphonique le P-DG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.
EDF a connu en 2018 des conditions particulièrement favorables dans l'hydroélectricité en France et enregistré de très bons résultats dans son activité de trading, des éléments dont il risque de ne pas bénéficier autant cette année.
Xavier Girre, le directeur financier, a toutefois indiqué par la suite lors d'une conférence avec les analystes que le groupe était confiant dans sa capacité à faire progresser son Ebitda en 2019.
L'action EDF a réagi négativement à ces annonces. A 11h06, elle accusait une baisse de 4,2775% à 14,21 euros, sous-performant l'indice SBF 120 (+0,67%).
EDF vise en outre une réduction de charges opérationnelles de 1,1 milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015 (962 millions réalisés à fin 2018) et un cash-flow positif hors projet d'EPR britannique d'Hinkley Point et coûts liés au compteur communicant Linky.
Ce dernier indicateur a atteint 1.125 millions d'euros en 2018 avant Linky, nouveaux développements et plan de cessions mais a été négatif de 480 millions, en baisse de 271 millions, après prise en compte de ces éléments et dividende.

Production nucléaire prévue en très légère hausse
Le résultat net courant d'EDF a en outre reculé de 13,1% à 2,5 milliard d'euros et son résultat net part du groupe a plongé de 63% à 1,2 milliard, alors que les ventes du groupe ont progressé de 6,3% à 69 milliards.
Le fort repli des résultats s'explique en particulier par un résultat financier représentant une charge de 4,8 milliards d'euros - soit 2,6 milliards de plus qu'en 2017 - dû à la variation de juste valeur de titres de dettes et de capitaux propres liée à des conditions de marché actions défavorables, notamment en fin d'année.
Selon le consensus Infront Data, les analystes attendaient en moyenne un résultat net part du groupe de 2.3 milliards d'euros, un Ebitda de 15,2 milliards et un chiffre d'affaires de 68,5 milliards.
Le groupe propose un dividende de 0,31 euro par action, en baisse par rapport à celui de 0,46 euro au titre de 2017 et avec l'option maintenue d'un paiement en actions nouvelles, à laquelle l'Etat français s'est engagé à souscrire pour le solde du dividende de 2018 et pour les dividendes de 2019 et 2020.
EDF table en outre, en France, sur une production nucléaire de 395 térawatts-heure (TWh) en très légère hausse par rapport aux 393 TWh enregistrés en 2018.
Alors qu'Emmanuel Macron a demandé au groupe de proposer des évolutions de sa structure, ce qui pourrait entraîner une montée de l'Etat au capital et une renationalisation du parc nucléaire français, Jean-Bernard Lévy a rappelé qu'EDF devait formuler ses propositions d'ici à la fin de l'année et qu'il s'agissait d'optimiser ses investissements en fonction de la nature de ses actifs dans le cadre d'un modèle qui resterait intégré.

Les tarifs au coeur des préoccupations
"Certains actifs de production sont des actifs de souveraineté qui s'inscrivent dans la très longue durée, quasiment un siècle entre la gestation d'un projet et le démantèlement - les installations nucléaires par exemple", a souligné le P-DG, que le chef de l'Etat a décidé de reconduire dans ses fonctions.
"D'autres actifs s'inscrivent dans la transition énergétique décentralisée, avec des renouvelables proches des territoires, des services d'efficacité énergétique, la numérisation des relations avec nos clients et les réseaux (...) et sont d'une toute autre nature d'investissement", a-t-il ajouté.
Evoquant les tarifs de l'électricité, Jean-Bernard Lévy a jugé que le groupe devait trouver un moyen de protéger les consommateurs quand les prix sont très hauts et de se protéger quand les prix sont très bas.
EDF fait en outre l'hypothèse que l'exécutif appliquera finalement au 1er juin la recommandation de hausse des tarifs proposée par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).
Sur la période 2019-2020, le groupe table sur des investissements nets totaux d'environ 15 milliards d'euros par an (après 14 milliards en 2018), sur des cessions de 2 à 3 milliards d'euros et sur un dividende représentant un taux de distribution du résultat net courant de 45 à 50%.
A fin 2018, l'endettement financier net d'EDF atteint 33,4 milliards d'euros, contre 33,0 milliards à fin 2017. Le groupe vise un ratio d'endettement financier net sur Ebitda inférieur ou égal à 2,5 sur la période 2019-2020 (2,2 à fin 2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.