ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Economie mondiale Le FMI abaisse encore ses prévisions de croissance 2019
Publié dans Le Maghreb le 11 - 04 - 2019

Le FMI a de nouveau abaissé mardi sa prévision de croissance pour l'économie mondiale cette année après sa fin 2018 difficile sur fond de ralentissement en Chine et de tensions commerciales, le tout s'accompagnant d'une moindre confiance des acteurs économiques.

Le Fonds monétaire international, qui avait déjà révisé à la baisse à deux reprises ses anticipations les trimestres précédents, n'attend plus que 3,3% de croissance cette année dans le monde, soit 0,2 point de moins par rapport à sa prévision de janvier et 0,4 de moins par rapport à celle d'octobre 2018. Il la voit rebondir en 2020 pour retrouver son rythme de 3,6% (prévision inchangée) constaté l'an passé, tout en avertissant que, dans l'environnement actuel, elle ne devrait pas accélérer plus à moyen terme.
Dans ses perspectives économiques mondiales publiées début mars, l'OCDE a de son côté dit attendre une croissance globale de 3,3% en 2019 et 3,4% en 2020. Publiées à la veille des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington, les prévisions du Fonds sont également sérieusement abaissées s'agissant du commerce mondial : ses économistes ne le voient plus progresser en volume que de 3,4% cette année, soit 0,6 point de moins qu'attendu précédemment, les anticipations variant en revanche peu pour 2019 (-0,1 point à 3,9%). Ces révisions à la baisse sont avant tout motivées par le trou d'air plus marqué que prévu du 2e semestre 2018, pour lequel le FMI fait état d'une croissance mondiale chutant à 3,2% en rythme annuel après 3,8% sur les six premiers mois.

Fortes révisions pour l'Allemagne et l'Italie
Elles sont quasi générales pour les grandes économies, la Chine faisant exception avec une anticipation un peu moins pessimiste (+6,3% contre +6,2% précédemment) de sa croissance 2019, après celle de 6,6% en 2018. L'économie américaine verrait la sienne ralentir à 2,3%, soit 0,2 point de moins que prévu en janvier, après 2,9% en 2018, soutenue par une consommation solide même si le FMI pointe un investissement des entreprises moins dynamique. Pour la zone euro, le FMI n'entrevoit plus que 1,3% de croissance cette année, soit une révision de -0,3 point par rapport à la prévision de janvier, elle-même déjà en retrait de 0,3 point par rapport à octobre.
Ses attentes se situent ainsi au niveau de celles de la Commission européenne mais au-dessus de celles de l'OCDE, qui voit la progression du PIB de la zone euro ne pas dépasser 1,0% cette année. L'Allemagne, avec une production industrielle en berne depuis l'introduction de nouvelles normes antipollution dans l'automobile et une chute de la demande étrangère, explique l'essentiel de cet accès de faiblesse. Sa croissance chuterait à 0,8% en 2019, soit quasiment la moitié de celle de 2018, là où le FMI l'attendait encore à 1,3% en début d'année. La révision est de même ampleur pour l'Italie, dont l'économie échapperait de peu à la récession (+0,1% pour le PIB attendu), alors que la France limiterait les dégâts avec une croissance de 1,3% (-0,2 point par rapport aux prévisions de janvier).

Des risques toujours majoritairement baissiers
Quant au Royaume-Uni, le FMI souligne que sa prévision de croissance 2019 (1,2%, soit -0,3 point) repose sur la conclusion d'un accord sur sa sortie de l'Union européenne au terme d'un processus qui reste une source majeure d'incertitudes.
Dans le cas contraire, les économistes du Fonds estiment qu'un "no-deal Brexit" amputerait la croissance potentielle du pays de quasiment 3% dans le long terme, celle de l'Union européenne diminuant dans une proportion dix fois moindre.
En attendant, ils voient la croissance mondiale repartir au second semestre 2019 à la faveur du programme de relance de l'économie chinoise, d'un regain de confiance des marchés financiers déjà perceptible et d'une stabilisation graduelle de pays émergents en crise comme l'Argentine et la Turquie. Le biais plus accommodant de la politique monétaire de la Réserve fédérale, avec l'arrêt annoncé de ses hausses de taux, et l'optimisme croissant des marchés sur les perspectives d'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine jouent aussi. Le FMI considère néanmoins que les risques pesant sur son scénario restent majoritairement baissiers, une nouvelle escalade des tensions commerciales n'étant pas à exclure de même qu'une brusque dégradation du sentiment des marchés financiers où les investisseurs fuiraient le risque. Parmi de possibles éléments déclencheurs, il cite la persistance d'indicateurs économiques décevants, un Brexit sans accord ou une crise en Italie.
"Une réévaluation rapide par les marchés de la politique monétaire américaine pourrait aussi resserrer les conditions financières globales", avertit le Fonds.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.