Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Tebboune accuse !    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    La drôle de démarche d'un syndicat    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Economie mondiale Le FMI abaisse encore ses prévisions de croissance 2019
Publié dans Le Maghreb le 11 - 04 - 2019

Le FMI a de nouveau abaissé mardi sa prévision de croissance pour l'économie mondiale cette année après sa fin 2018 difficile sur fond de ralentissement en Chine et de tensions commerciales, le tout s'accompagnant d'une moindre confiance des acteurs économiques.

Le Fonds monétaire international, qui avait déjà révisé à la baisse à deux reprises ses anticipations les trimestres précédents, n'attend plus que 3,3% de croissance cette année dans le monde, soit 0,2 point de moins par rapport à sa prévision de janvier et 0,4 de moins par rapport à celle d'octobre 2018. Il la voit rebondir en 2020 pour retrouver son rythme de 3,6% (prévision inchangée) constaté l'an passé, tout en avertissant que, dans l'environnement actuel, elle ne devrait pas accélérer plus à moyen terme.
Dans ses perspectives économiques mondiales publiées début mars, l'OCDE a de son côté dit attendre une croissance globale de 3,3% en 2019 et 3,4% en 2020. Publiées à la veille des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington, les prévisions du Fonds sont également sérieusement abaissées s'agissant du commerce mondial : ses économistes ne le voient plus progresser en volume que de 3,4% cette année, soit 0,6 point de moins qu'attendu précédemment, les anticipations variant en revanche peu pour 2019 (-0,1 point à 3,9%). Ces révisions à la baisse sont avant tout motivées par le trou d'air plus marqué que prévu du 2e semestre 2018, pour lequel le FMI fait état d'une croissance mondiale chutant à 3,2% en rythme annuel après 3,8% sur les six premiers mois.

Fortes révisions pour l'Allemagne et l'Italie
Elles sont quasi générales pour les grandes économies, la Chine faisant exception avec une anticipation un peu moins pessimiste (+6,3% contre +6,2% précédemment) de sa croissance 2019, après celle de 6,6% en 2018. L'économie américaine verrait la sienne ralentir à 2,3%, soit 0,2 point de moins que prévu en janvier, après 2,9% en 2018, soutenue par une consommation solide même si le FMI pointe un investissement des entreprises moins dynamique. Pour la zone euro, le FMI n'entrevoit plus que 1,3% de croissance cette année, soit une révision de -0,3 point par rapport à la prévision de janvier, elle-même déjà en retrait de 0,3 point par rapport à octobre.
Ses attentes se situent ainsi au niveau de celles de la Commission européenne mais au-dessus de celles de l'OCDE, qui voit la progression du PIB de la zone euro ne pas dépasser 1,0% cette année. L'Allemagne, avec une production industrielle en berne depuis l'introduction de nouvelles normes antipollution dans l'automobile et une chute de la demande étrangère, explique l'essentiel de cet accès de faiblesse. Sa croissance chuterait à 0,8% en 2019, soit quasiment la moitié de celle de 2018, là où le FMI l'attendait encore à 1,3% en début d'année. La révision est de même ampleur pour l'Italie, dont l'économie échapperait de peu à la récession (+0,1% pour le PIB attendu), alors que la France limiterait les dégâts avec une croissance de 1,3% (-0,2 point par rapport aux prévisions de janvier).

Des risques toujours majoritairement baissiers
Quant au Royaume-Uni, le FMI souligne que sa prévision de croissance 2019 (1,2%, soit -0,3 point) repose sur la conclusion d'un accord sur sa sortie de l'Union européenne au terme d'un processus qui reste une source majeure d'incertitudes.
Dans le cas contraire, les économistes du Fonds estiment qu'un "no-deal Brexit" amputerait la croissance potentielle du pays de quasiment 3% dans le long terme, celle de l'Union européenne diminuant dans une proportion dix fois moindre.
En attendant, ils voient la croissance mondiale repartir au second semestre 2019 à la faveur du programme de relance de l'économie chinoise, d'un regain de confiance des marchés financiers déjà perceptible et d'une stabilisation graduelle de pays émergents en crise comme l'Argentine et la Turquie. Le biais plus accommodant de la politique monétaire de la Réserve fédérale, avec l'arrêt annoncé de ses hausses de taux, et l'optimisme croissant des marchés sur les perspectives d'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine jouent aussi. Le FMI considère néanmoins que les risques pesant sur son scénario restent majoritairement baissiers, une nouvelle escalade des tensions commerciales n'étant pas à exclure de même qu'une brusque dégradation du sentiment des marchés financiers où les investisseurs fuiraient le risque. Parmi de possibles éléments déclencheurs, il cite la persistance d'indicateurs économiques décevants, un Brexit sans accord ou une crise en Italie.
"Une réévaluation rapide par les marchés de la politique monétaire américaine pourrait aussi resserrer les conditions financières globales", avertit le Fonds.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.