"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

La dette publique de l'ensemble de la zone euro a diminué l'an dernier mais la Grèce et l'Italie, les deux pays les plus endettés du bloc, ont vu la leur augmenter, selon des données publiées mardi par Eurostat.

La dégradation de la dette italienne, supérieure aux prévisions de la Commission européenne, ouvre peut-être la porte à une nouvelle confrontation en juin quand Bruxelles fera le point sur la situation budgétaire des membres de la zone euro.
Les règles budgétaires de l'Union européenne imposent aux Etats membres les moins disciplinés de réduire progressivement leur endettement.
L'Italie, dont le gouvernement eurosceptique a mis en œuvre une politique budgétaire expansionniste sans guère d'effet sur la croissance à ce stade, a vu son ratio d'endettement passer de 131,4% du produit intérieur brut en 2017 à 132,2% en 2018.
La Commission européenne s'était abstenue en décembre d'entamer une procédure disciplinaire à l'encontre de Rome mais elle tablait à l'époque sur un ratio d'endettement ramené à 131,1% en 2018.
La Commission fera un nouveau point sur la situation en juin au vu des données définitives d'Eurostat. Cette évaluation sera fondée sur ses propres prévisions, actualisées en mai, et sur les projections budgétaires de Rome pour les trois prochaines années qui doivent lui être soumises d'ici la fin avril.

Amélioration au Portugal, stabilité en France
Dans l'ensemble de la zone euro, le ratio de la dette publique par rapport au PIB a reculé à 85,1% l'an dernier contre 87,1% fin 2017, a précisé Eurostat, l'office statistique de l'UE.
Le déficit public a dans le même temps été réduit de moitié, passant de 1,0% en 2017 à 0,5%.
L'Allemagne, principale puissance économique de la zone euro, a ramené son endettement à 60,9% du PIB contre 64,5% en 2017 et a posté un excédent budgétaire de 1,7% contre 1,0%.
En Grèce, la dette publique a représenté 181,1% du PIB en 2018, le ratio le plus élevé de la zone euro, contre 176,2% en 2017. Cette détérioration est due pour l'essentiel au versement de la dernière tranche du troisième plan d'aide international dont a bénéficié le pays jusqu'à l'été dernier.
Le programme d'aide dispense Athènes de l'application normale des règles de l'UE qui requièrent une réduction annuelle de 1/20e de la dette publique quand elle dépasse le seuil de 60% du PIB défini par le traité de Maastricht.
Chypre, autre mauvais élève de la classe, a vu son ratio d'endettement augmenter à 102,5% contre 95,8%.
Le Portugal a connu une amélioration marquée avec un niveau de dette ramené de 124,8% à 121,5% et celui de la Belgique a décliné à 102,0% contre 103,4% en 2017. En France, la dette publique est restée stable à 98,4% du PIB en 2018, comme annoncé par l'Insee le 26 mars. Les dépenses publiques dans les 19 pays de la zone euro ont représenté l'an dernier 46,8% du PIB et les recettes publiques 46,3%, a également indiqué Eurostat. Dans l'Union européenne, ces chiffres ont été de 45,6% et 45,0% du PIB.
En France, les dépenses publiques ont représenté 56% de la richesse nationale, 0,4 point de moins qu'en 2017, et les recettes publiques 53,8%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.