Pour une solution consensuelle: Taleb Ibrahimi, Benyelles et Ali Yahia Abdennour lancent un appel    Alger: Rassemblement de dizaines de militants pour la libération de Louisa Hanoune    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Sa gestion-exploitation confiée à l'EPIC Ermeso: Le parking à étages de M'dina Djdida «otage» du marché informel    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    JS Kabylie: A fond pour une nouvelle dimension    MC Oran: A la recherche des points salvateurs    MO Béjaïa: Une situation critique    Tlemcen: 36 tonnes de viandes congelées saisies à Ghazaouet    Skikda: Un f'tour collectif empêché par les forces de sécurité    Mila: Un véhicule se renverse, 2 morts et un blessé    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Baptême du feu pour Arkab!    La reprise des liaisons aériennes reportée    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Arrestation de 29 terroristes    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    7 Algériens dans la liste de la FIFA    Son traitement est introuvable en Algérie : L'appel de détresse d'une jeune cancéreuse    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Frifer se rapproche du CS Sfax    Des soirées littéraires    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    La santé en péril    Ils avaient tout prévu dans leur lettre de 2017    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Il égorge sa femme juste avant le ftour    "Une décision salutaire"    Scandale au CPA de Bouira    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    JSK : La JSK répond à l'usma : «Justifier la défaite par des prétextes est l'arme des faibles»    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Le plaidoyer du compromis    Nomination de quatre nouveaux cadres    Le FFS maintient le cap    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Farah Rigal en automne en Algérie    Les bilans moral et financier adoptés à l'unanimité    Restauration de la casbah : Le projet confié aux cubains    Le Maghreb se démarque dans la compétition    Kefta bel ham, la version de Skikda    Ouverture d'une nouvelle librairie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

La dette publique de l'ensemble de la zone euro a diminué l'an dernier mais la Grèce et l'Italie, les deux pays les plus endettés du bloc, ont vu la leur augmenter, selon des données publiées mardi par Eurostat.

La dégradation de la dette italienne, supérieure aux prévisions de la Commission européenne, ouvre peut-être la porte à une nouvelle confrontation en juin quand Bruxelles fera le point sur la situation budgétaire des membres de la zone euro.
Les règles budgétaires de l'Union européenne imposent aux Etats membres les moins disciplinés de réduire progressivement leur endettement.
L'Italie, dont le gouvernement eurosceptique a mis en œuvre une politique budgétaire expansionniste sans guère d'effet sur la croissance à ce stade, a vu son ratio d'endettement passer de 131,4% du produit intérieur brut en 2017 à 132,2% en 2018.
La Commission européenne s'était abstenue en décembre d'entamer une procédure disciplinaire à l'encontre de Rome mais elle tablait à l'époque sur un ratio d'endettement ramené à 131,1% en 2018.
La Commission fera un nouveau point sur la situation en juin au vu des données définitives d'Eurostat. Cette évaluation sera fondée sur ses propres prévisions, actualisées en mai, et sur les projections budgétaires de Rome pour les trois prochaines années qui doivent lui être soumises d'ici la fin avril.

Amélioration au Portugal, stabilité en France
Dans l'ensemble de la zone euro, le ratio de la dette publique par rapport au PIB a reculé à 85,1% l'an dernier contre 87,1% fin 2017, a précisé Eurostat, l'office statistique de l'UE.
Le déficit public a dans le même temps été réduit de moitié, passant de 1,0% en 2017 à 0,5%.
L'Allemagne, principale puissance économique de la zone euro, a ramené son endettement à 60,9% du PIB contre 64,5% en 2017 et a posté un excédent budgétaire de 1,7% contre 1,0%.
En Grèce, la dette publique a représenté 181,1% du PIB en 2018, le ratio le plus élevé de la zone euro, contre 176,2% en 2017. Cette détérioration est due pour l'essentiel au versement de la dernière tranche du troisième plan d'aide international dont a bénéficié le pays jusqu'à l'été dernier.
Le programme d'aide dispense Athènes de l'application normale des règles de l'UE qui requièrent une réduction annuelle de 1/20e de la dette publique quand elle dépasse le seuil de 60% du PIB défini par le traité de Maastricht.
Chypre, autre mauvais élève de la classe, a vu son ratio d'endettement augmenter à 102,5% contre 95,8%.
Le Portugal a connu une amélioration marquée avec un niveau de dette ramené de 124,8% à 121,5% et celui de la Belgique a décliné à 102,0% contre 103,4% en 2017. En France, la dette publique est restée stable à 98,4% du PIB en 2018, comme annoncé par l'Insee le 26 mars. Les dépenses publiques dans les 19 pays de la zone euro ont représenté l'an dernier 46,8% du PIB et les recettes publiques 46,3%, a également indiqué Eurostat. Dans l'Union européenne, ces chiffres ont été de 45,6% et 45,0% du PIB.
En France, les dépenses publiques ont représenté 56% de la richesse nationale, 0,4 point de moins qu'en 2017, et les recettes publiques 53,8%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.