Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    Covid19: opérations de rapatriement d'Algériens bloqués à l'étranger dès samedi    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    MESURES CONTRE LE COVID-19 A TIARET : La police salue la compréhension des citoyens    BECHAR : Démantèlement d'un réseau transnational de trafic de drogues    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre
Publié dans Le Maghreb le 20 - 05 - 2019

L'économie du Japon a sans doute subi une légère contraction au premier trimestre en raison d'un tassement des dépenses des ménages et des investissements des entreprises, montre une enquête Reuters publiée vendredi.
Les exportations ont quant à elles subi les répercussions des conflits commerciaux du moment et d'un affaiblissement de la demande mondiale, ce qui est particulièrement préoccupant pour une économie très dépendante des échanges commerciaux.
Le produit intérieur brut (PIB) aurait ainsi diminué de 0,2% sur la période janvier-mars en variation annualisée, suivant les 18 économistes interrogés par Reuters, après une croissance de 1,9% au dernier trimestre de 2019.
D'un trimestre sur l'autre, la croissance aurait été nulle, alors qu'elle avait été de 0,5% d'octobre à décembre 2018.
"Il est probable que les entreprises ont reporté leurs investissements face au ralentissement économique mondial et aux incertitudes entourant les discussions commerciales, en particulier entre les Etats-Unis et la Chine", commente Kentaro Arita, économiste de l'institut d'études Mizuho.
"Nous pensons que les dépenses des ménages ont baissé, leur sentiment s'étant altéré à cause d'éléments tels que la hausse des prix alimentaires".
Les investissements auraient diminué de 1,7% au premier trimestre après une hausse de 2,7% les trois mois précédents, selon l'enquête.
La consommation privée, qui représente 60% environ du PIB, se serait contractée de 0,1% au premier trimestre après une hausse de 0,4% au quatrième trimestre 2018.
La demande externe, mesurée par les exportations diminuées des importations, aurait ajouté 0,3 point à la croissance après en avoir retranché autant le trimestre précédent.
Les analystes expliquent qu'une baisse des importations imputable au tassement de la demande intérieure a été plus prononcée qu'un repli des exportations, aboutissant à une amélioration du solde net sur la période janvier-mars.
"Nous pensons que les exportations augmenteront modérément mais elles perdront de leur dynamique en raison du ralentissement économique mondial", commente Akane Yamaguchi, chercheur de l'institut d'études Daiwa.
La statistique du PIB sera publiée aujourd'hui 20 mai à 23h50 GMT.
Par ailleurs, la balance des paiements courants aurait dégagé un excédent de 3.160 milliards de yens (25,6 milliards d'euros) en mars après 2.680 milliards en février, une hausse imputable aux revenus des investissements à l'étranger, notent les analystes.

Les ménages dépensent plus mais gagnent moins
Les dépenses des ménages japonais ont augmenté plus que prévu en mars mais les salaires réels ont subi leur plus forte baisse depuis près de quatre ans, au grand dam de ceux qui espéraient que les dépenses de consommation amortiraient l'impact de facteurs externes tels que les conflits commerciaux.
Les dépenses des ménages ont augmenté de 2,1% en mars, par rapport à mars 2018, soit leur quatrième hausse d'affilée, alors que les marchés n'attendaient qu'une hausse de 1,7%.
Mais les salaires ajustés de l'inflation ont baissé de 2,5% en mars en variation annuelle, leur plus fort recul depuis 2015, ce qui fait douter de la pérennité d'une consommation a priori vigoureuse.
Toutefois, la hausse des dépenses des ménages a pu épargner au Japon une contraction au premier trimestre. La statistique du produit intérieur brut de janvier à mars doit être publiée le 20 mai.
Certains analystes estiment qu'un PIB faible pousserait sans doute certains responsables politiques à demander au Premier ministre Shinzo Abe de repousser une nouvelle fois une hausse de la TVA en octobre. Cette dernière, censée faire passer le taux de 8% à 10%, a déjà été reportée à deux reprises.
"Il est possible que l'économie enregistre une croissance nulle voire légèrement positive grâce aux dépenses des ménages plus fortes que prévu", remarque Hiroaki Mutou, chef économiste de l'institut d'études Tokai Tokyo. "Je ne pense pas que le gouvernement reportera une hausse de la TVA si la croissance est modeste, voire s'il y a une légère contraction".
Le gouvernement a dit à plusieurs reprises qu'il augmenterait la TVA sauf si l'économie subissait un choc de l'ampleur de la faillite de Lehman Brothers en 2008.
En attendant, les risques d'une récession et l'intensification des incertitudes mondiales ont poussé la Banque du Japon (BoJ) à promettre de conserver des taux ultra-bas pendant encore un an au moins, suivant un résumé des discussions de la réunion monétaire d'avril.
C'était la première fois que la banque centrale donnait un cadre temporel relativement précis à sa politique de pilotage des anticipations des marchés.
"Suivant l'évolution de la situation à l'étranger et l'impact d'une hausse prévue de la TVA, le risque demeure que le Japon subisse une récession", a déclaré un responsable de la BoJ selon le compte-rendu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.