POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans
Publié dans Le Maghreb le 22 - 05 - 2019

Un homme dans un cockpit en flammes, meurt paisiblement quelques décennies plus tard: Niki Lauda, disparu lundi à 70 ans, était une légende de la F1 à jamais associée à son terrible accident de 1976. "C'est avec une profonde tristesse que nous annonçons que notre cher Niki s'est éteint paisiblement, lundi 20 mai 2019, entouré de sa famille", ont indiqué les proches de l'ancien pilote dans un courrier électronique cité par ces médias. Le 1er août 1976, au volant de sa Ferrari sur le circuit du Nürburgring en Allemagne, sa Ferrari part brusquement dans le mur et s'enflamme. Il reste près d'une minute dans le cockpit, avant d'en être extrait par trois concurrents. Les images du terrible accident du champion du monde en titre ont choqué le monde entier. Mais Lauda est un battant, qui va revenir à la vie. Six semaines après avoir reçu l'extrême onction sur son lit d'hôpital, il prend à la stupéfaction générale le départ du Grand Prix d'Italie malgré sa souffrance, et de graves lésions au visage. Cette saison-là, il lutte pour le titre jusqu'à la dernière course avec le Britannique James Hunt, finalement couronné. Cet affrontement épique, révélateur du caractère hors-norme de l'Autrichien, a été raconté en 2013 dans le film "Rush", de l'Américain Ron Howard. En 1977, le rescapé remporte son deuxième titre de champion de monde avec Ferrari. Il arrête la compétition fin 1979, pour fonder Lauda Air.

"Gladiateurs"
Mais il retrouve les circuits dès 1982, au volant d'une McLaren avec laquelle il conquiert en 1984 son ultime titre mondial.
Devenu président non exécutif de l'écurie Mercedes en 2012, l'homme à l'éternelle casquette publicitaire cachant à moitié ses cicatrices reste omniprésent sur les circuits, où il est apprécié pour son expertise et son franc-parler, déplorant notamment que se perde "l'aspect combat de gladiateurs" de son sport.
Il était écouté, lui qui avait marqué l'histoire de son sport en se montrant méticuleux dans sa préparation et déterminé sur les circuits.
Son faux départ de la F1 en 1979 est lié à sa seconde passion: l'aviation civile. Pionnier du charter privé, il crée cette même année sa propre compagnie aérienne, qu'il cède avec profit à Austrian Airlines en 2002.
C'est loin d'être le dernier looping de cet homme d'affaires avisé, par ailleurs pilote de ligne confirmé. En 2004, il créé la très profitable compagnie low-cost Niki, qu'il revend en 2011 à l'allemand Air Berlin.
"Ses succès uniques en tant que sportif et entrepreneurs sont et resteront inoubliables. Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage restent un exemple et une référence pour nous", a souligné la famille.
"En dehors de la vie publique, c'était un mari, un père et un grand-père aimant et soucieux des autres. Il nous manquera beaucoup", a-t-elle ajouté.

Débuts en Mini
Lauda, qui a parallèlement exploité une petite société de jets d'affaires, aura cependant connu le drame comme patron de compagnie. Le 26 mai 1991, le Boeing 767 assurant le vol Lauda Air Bangkok-Vienne s'écrase avec 223 personnes à bord en raison d'un défaillance technique structurelle. Il n'y a pas de survivant.
Né le 22 février 1949 dans une famille de la bourgeoisie d'affaires viennoise, Andreas Nikolaus Lauda, dit Niki, est père de quatre enfants issus de deux mariages différents.
Il n'a pas vingt ans lorsque, sans en avertir ses parents, il dispute en 1968 sa première course automobile avec une Mini Cooper offerte par sa grand-mère.
Les gaz toxiques inhalés lors de son accident de 1976 ont affaibli son organisme. Après deux greffes de reins en 1997 et en 2005, il avait dû subir en août 2018 en extrême urgence une transplantation pulmonaire, après avoir contracté un virus lors d'un séjour à Ibiza.
Opéré à l'Hôpital général (AKH) de Vienne le lendemain de la date anniversaire de son crash, il s'en était difficilement remis. "C'est dur de revenir. Ça ne se compare pas à mes brûlures après l'accident du Nürburgring", confiait-il au journal suisse Blick. "Je suis brièvement mort. Mais j'ai ressuscité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.