L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour la relance de l'économie nationale Abdelhak Lamiri insiste sur la priorité de récupérer les richesses dilapidées
Publié dans Le Maghreb le 13 - 06 - 2019

"On est dans une logique de désordre pour le moment ", a indiqué mercredi l'économiste Abdelhak Lamiri sur les ondes de la radio chaîne 3. Une logique qui, avertit-il, a un impact très négatif sur l'économie, sur les entreprises et sur le comportement des agents économiques.

Répondant à la question de savoir si l'on n'est pas en situation qui va en se compliquant avec la chute des réserves de change sous la barre des 80 milliards de dollars, M. Lamiri déplore que " nous sommes déjà en situation compliquée parce qu'on voit que les acteurs de la transition sont divers et les stratégies ne sont pas coordonnées ". Et de suggérer alors qu'"il faudrait s'inspirer des transitions réussies ", tout en insistant à dire que tous les acteurs algériens de " cette transition politique " - qui ne fonctionne, selon lui, pas bien pour le moment- "ne doivent pas perdre de vue les deux principaux objectifs phares ", à savoir : la construction d'une nouvelle République démocratique moderne et un fonctionnement économique de haut niveau, mais surtout récupérer le maximum de richesses nationales dilapidées. " Tout le reste doit faire l'objet d'une sagesse collective et fera en sorte d'atteindre ces objectifs dans un minimum de calme politique et au moindre coût ", énoncera-t-il.

La sagesse économique est d'éviter la récession
S'agissant de la transition politique, M. Lamiri y voit fondamentalement l'impératif d'" un calme politique " au sein duquel il y sera établi " un dialogue serein " entre les acteurs de la société civile et les décideurs.
" Les gens qui ont corrompu le système doivent être certes pénalisés, estime-t-il, mais il faut aller vers une logique de sagesse où " il faut dépasser l'esprit de prison, de règlement de compte et de vengeance. "
Pour cela, " il nous faut un esprit de Mandela qui pense de la sorte pour aller vers une politique du pardon et reconstruire cette deuxième République propre, sans corrompus ni corrupteurs où seule la loi est appliquée pour tous ", préconise-t-il rassurant qu'on est loin de la gravité de la crise subie par l'Afrique du Sud.
" Il faut qu'il y ait une politique d'apaisement parce qu'il y va de l'avenir économique du pays pour permettre de mettre une stratégie d'investissement, de développement de PME, afin que le secteur industriel reprenne ses droits et ainsi tout sera remis dans l'ordre ", recommande-t-il. A ce moment, suggère l'orateur, on peut aller, ce qui n'est pas impossible, vers une stratégie d'émergence.
Toutefois, avertit l'économiste, au risque de nouveaux affrontements au sein de la société - dans une situation explosive -- l'économie en pâtira et va droit vers la récession et de go vers la dépression et hypothéquer éventuellement l'avenir du pays. Mais le professeur Lamiri déplore qu'on se soit " déjà en récession sachant que le taux de croissance régresse déjà de 1.5% sinon plus ", puisque la situation s'envenime depuis un moment.
" La sagesse est aussi d'instaurer des politiques managériales pour les entreprises en difficultés, surtout, à l'ombre du marasme politique conjoncturel, afin d'aider notre économie de surmonter le cap ", conclut-il.

Préserver l'outil de production, c'est préserver l'emploi
"Pour cela il ne faut pas sous-estimer l'impact socio-économique de la crise politique", souligne-t-il et prône "des mécanismes pour sauvegarder à la fois les postes d'emploi et le produit de production" pour ainsi éluder de retomber dans le spectre Kahalifa Gate où l'on a détruit tout un outil de production pour des considérations politiques.
De l'avis de l'orateur, il faut avoir un complément d'analyse économique pour les entreprises qui subissent ces actions dans une période où l'on ne doit pas licencier des employés en plus de pertes nettes de 15 à 20 milliards de dollars de réserves par an, craignant à ce rythme " un ko économique au bout de trois années ".
" Il faut aller vers la constitution d'un comité technique d'avocats pour l'expertise et le suivi des capitaux en fuite à l'étranger ", suggère M. Lamiri qui incite également à s'appuyer sur l'association des experts comptables et/ou les compétences de la diaspora nationale qui peuvent aider en en la matière.
" Il faut mettre en place rapidement un comité d'experts pour aller vers l'essentiel : bloquer les comptes ciblés ", appelle-t-il. Et d'ajouter qu'on peut - retard en intelligence économique - solliciter l'aide de l'UNICRIJ (organisme spécialisé de l'ONU) qui aide les Etats sur ce registre-là. " Cela peut se faire aussi par le recours aux bureaux d'experts internationaux en contractant des barils à 5-10% des ressources récupérés. Vaut mieux récupérer 90% que rien faut-il admettre ", indique-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.