Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Le gouvernement Diab démissionne    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Deux nouvelles recrues    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour la relance de l'économie nationale Abdelhak Lamiri insiste sur la priorité de récupérer les richesses dilapidées
Publié dans Le Maghreb le 13 - 06 - 2019

"On est dans une logique de désordre pour le moment ", a indiqué mercredi l'économiste Abdelhak Lamiri sur les ondes de la radio chaîne 3. Une logique qui, avertit-il, a un impact très négatif sur l'économie, sur les entreprises et sur le comportement des agents économiques.

Répondant à la question de savoir si l'on n'est pas en situation qui va en se compliquant avec la chute des réserves de change sous la barre des 80 milliards de dollars, M. Lamiri déplore que " nous sommes déjà en situation compliquée parce qu'on voit que les acteurs de la transition sont divers et les stratégies ne sont pas coordonnées ". Et de suggérer alors qu'"il faudrait s'inspirer des transitions réussies ", tout en insistant à dire que tous les acteurs algériens de " cette transition politique " - qui ne fonctionne, selon lui, pas bien pour le moment- "ne doivent pas perdre de vue les deux principaux objectifs phares ", à savoir : la construction d'une nouvelle République démocratique moderne et un fonctionnement économique de haut niveau, mais surtout récupérer le maximum de richesses nationales dilapidées. " Tout le reste doit faire l'objet d'une sagesse collective et fera en sorte d'atteindre ces objectifs dans un minimum de calme politique et au moindre coût ", énoncera-t-il.

La sagesse économique est d'éviter la récession
S'agissant de la transition politique, M. Lamiri y voit fondamentalement l'impératif d'" un calme politique " au sein duquel il y sera établi " un dialogue serein " entre les acteurs de la société civile et les décideurs.
" Les gens qui ont corrompu le système doivent être certes pénalisés, estime-t-il, mais il faut aller vers une logique de sagesse où " il faut dépasser l'esprit de prison, de règlement de compte et de vengeance. "
Pour cela, " il nous faut un esprit de Mandela qui pense de la sorte pour aller vers une politique du pardon et reconstruire cette deuxième République propre, sans corrompus ni corrupteurs où seule la loi est appliquée pour tous ", préconise-t-il rassurant qu'on est loin de la gravité de la crise subie par l'Afrique du Sud.
" Il faut qu'il y ait une politique d'apaisement parce qu'il y va de l'avenir économique du pays pour permettre de mettre une stratégie d'investissement, de développement de PME, afin que le secteur industriel reprenne ses droits et ainsi tout sera remis dans l'ordre ", recommande-t-il. A ce moment, suggère l'orateur, on peut aller, ce qui n'est pas impossible, vers une stratégie d'émergence.
Toutefois, avertit l'économiste, au risque de nouveaux affrontements au sein de la société - dans une situation explosive -- l'économie en pâtira et va droit vers la récession et de go vers la dépression et hypothéquer éventuellement l'avenir du pays. Mais le professeur Lamiri déplore qu'on se soit " déjà en récession sachant que le taux de croissance régresse déjà de 1.5% sinon plus ", puisque la situation s'envenime depuis un moment.
" La sagesse est aussi d'instaurer des politiques managériales pour les entreprises en difficultés, surtout, à l'ombre du marasme politique conjoncturel, afin d'aider notre économie de surmonter le cap ", conclut-il.

Préserver l'outil de production, c'est préserver l'emploi
"Pour cela il ne faut pas sous-estimer l'impact socio-économique de la crise politique", souligne-t-il et prône "des mécanismes pour sauvegarder à la fois les postes d'emploi et le produit de production" pour ainsi éluder de retomber dans le spectre Kahalifa Gate où l'on a détruit tout un outil de production pour des considérations politiques.
De l'avis de l'orateur, il faut avoir un complément d'analyse économique pour les entreprises qui subissent ces actions dans une période où l'on ne doit pas licencier des employés en plus de pertes nettes de 15 à 20 milliards de dollars de réserves par an, craignant à ce rythme " un ko économique au bout de trois années ".
" Il faut aller vers la constitution d'un comité technique d'avocats pour l'expertise et le suivi des capitaux en fuite à l'étranger ", suggère M. Lamiri qui incite également à s'appuyer sur l'association des experts comptables et/ou les compétences de la diaspora nationale qui peuvent aider en en la matière.
" Il faut mettre en place rapidement un comité d'experts pour aller vers l'essentiel : bloquer les comptes ciblés ", appelle-t-il. Et d'ajouter qu'on peut - retard en intelligence économique - solliciter l'aide de l'UNICRIJ (organisme spécialisé de l'ONU) qui aide les Etats sur ce registre-là. " Cela peut se faire aussi par le recours aux bureaux d'experts internationaux en contractant des barils à 5-10% des ressources récupérés. Vaut mieux récupérer 90% que rien faut-il admettre ", indique-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.