Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile
Publié dans Le Maghreb le 16 - 06 - 2019

Dans un entretien accordé à "Bourse.DZ ", l'économiste Ferhat Aït Ali est revenu sur la mauvaise planification de l'industrie, notamment la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, l'octroi des licences ; et il le dit dans cet entretien : " Ce n'est pas aujourd'hui, mais depuis 2O14 que je suis en train d'avertir sur les risques de cette industrie. Nous mettions en garde contre la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, à commencer par Renault, puis en 2O17, les choses étaient alors devenues beaucoup plus claires, et l'Etat avait opéré une OPA sur certaines marques de véhicules et avantageait certaines parties pour l'octroi des licences. Tout cela était fait dans l'anarchie et l'uni-polarité de la décision. Le gouvernement imposait une logique de "clan ", j'avais même accusé le pouvoir de procéder à un ''banditisme d'Etat". Selon lui toutes les institutions de l'Etat avaient alors avalisé et applaudi cette fausse industrie, qui n'était même pas un simple montage automobile. J'avais alors dénoncé le caractère discrétionnaire, arbitraire et anarchique de cette instruction, qui fait office de loi au-dessus de la hiérarchie des textes. Elle reflétait surtout une vision de la gouvernance, qui ne s'embarrasse ni des lois de l'économie ni du respect de l'égalité des chances et des opportunités offertes aux opérateurs, et encore moins de la logique dans les démarches. J'ai dénoncé notamment l'omission, voulue ou involontaire d'opérateurs existants et opérant avec agrément sur la fameuse liste, où un opérateur qui semble avoir été agréé récemment, figurait à la liste.
Que faut-il faire à l'état actuel des choses ?
La réponse de l'économiste a été claire : C'est à l'Etat de nous le dire. Alors, soit que l'Etat rectifie et reviens à la logique industrielle internationale basée sur des normes et des standards, soit qu'il continue dans cette voie anarchique et sans issue pour le pays. A ce jour poursuit-il, il n'est pas permis de dire qu'il existe une industrie automobile en Algérie. Ce serait du charlatanisme que de dire aujourd'hui que l'Algérie possède une industrie de ce type.
Sur la question relative à l'importation des véhicules de moins de trois ans ; M. Ferhat AÎT Ali a tenu à préciser une chose importante avant de répondre à la question. " Je tiens à préciser une chose importante, c'est que le gouvernement, étant la continuité des précédents, inscrit sa démarche dans leur logique commune, qui conjure l'errance juridique avec l'improvisation économique à des fins politiques.
Personne ne l'ayant réclamée, cette mesure, qui n'a d'autre sens que celui de dévier de la question majeure relative à la légitimité de ce gouvernement et à son utilité dans la situation présente, est censée, dans l'esprit de ses concepteurs, susciter une adhésion des citoyens à son contenu et, par ricochet, à ses concepteurs. A maintes reprises, " j'ai dit que dans les faits, un véhicule de moins de trois ans réels ne dépasse jamais les 40 000 kilomètres parcourus en Europe, et n'est jamais inférieur en prix de vente à 60 % de sa valeur initiale, soit un véhicule de 20 000 euros à 12 000 euros, et comme il faut acheter les devises à 215 dinars l'euro, s'il ne flambe pas, on se retrouve avec un véhicule qui revient à 820 000 dinars de plus que son équivalent importé à coût égal par les concessionnaires, soit 60 % plus cher en dinars qu'un véhicule du même âge en Europe, ce qui le ramène au prix du neuf par le truchement du différentiel de change, et y ajoutant les taxes perçues sur les citoyens et non réclamées aux faux industriels de véhicule est d'autant plus cher, permettant ainsi aux fausses industries de camoufler la cherté de leurs produits, par comparaison avec le marché international, en la transposant sur une fausse comparaison avec des usagers qui omettent les différentiels de change et de taxes dans cette comparaison ".
Pour ma part, " j'estime que le marché de l'automobile en Algérie aujourd'hui offre la capacité d'achat pour un certain nombre de véhicules ; ce nombre, c'est au marché de le délimiter, non au gouvernement. La possibilité ou la non-possibilité pour les Algériens d'acheter une voiture à tel coût fait que le marché se dilate ou se rétrécit, selon la demande. Si les Algériens moyens n'ont pas de quoi acheter, le marché va se rabougrir de lui-même sur ses prix.. Ce sont les lois du marché qui décident. Je crois qu'il faut revenir à l'achat direct de la voiture, c'est-à-dire à l'importation pure et simple, avec des restrictions douanières, afin que le Trésor en bénéficie et se remette, de nouveau, à flots ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.