ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile
Publié dans Le Maghreb le 16 - 06 - 2019

Dans un entretien accordé à "Bourse.DZ ", l'économiste Ferhat Aït Ali est revenu sur la mauvaise planification de l'industrie, notamment la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, l'octroi des licences ; et il le dit dans cet entretien : " Ce n'est pas aujourd'hui, mais depuis 2O14 que je suis en train d'avertir sur les risques de cette industrie. Nous mettions en garde contre la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, à commencer par Renault, puis en 2O17, les choses étaient alors devenues beaucoup plus claires, et l'Etat avait opéré une OPA sur certaines marques de véhicules et avantageait certaines parties pour l'octroi des licences. Tout cela était fait dans l'anarchie et l'uni-polarité de la décision. Le gouvernement imposait une logique de "clan ", j'avais même accusé le pouvoir de procéder à un ''banditisme d'Etat". Selon lui toutes les institutions de l'Etat avaient alors avalisé et applaudi cette fausse industrie, qui n'était même pas un simple montage automobile. J'avais alors dénoncé le caractère discrétionnaire, arbitraire et anarchique de cette instruction, qui fait office de loi au-dessus de la hiérarchie des textes. Elle reflétait surtout une vision de la gouvernance, qui ne s'embarrasse ni des lois de l'économie ni du respect de l'égalité des chances et des opportunités offertes aux opérateurs, et encore moins de la logique dans les démarches. J'ai dénoncé notamment l'omission, voulue ou involontaire d'opérateurs existants et opérant avec agrément sur la fameuse liste, où un opérateur qui semble avoir été agréé récemment, figurait à la liste.
Que faut-il faire à l'état actuel des choses ?
La réponse de l'économiste a été claire : C'est à l'Etat de nous le dire. Alors, soit que l'Etat rectifie et reviens à la logique industrielle internationale basée sur des normes et des standards, soit qu'il continue dans cette voie anarchique et sans issue pour le pays. A ce jour poursuit-il, il n'est pas permis de dire qu'il existe une industrie automobile en Algérie. Ce serait du charlatanisme que de dire aujourd'hui que l'Algérie possède une industrie de ce type.
Sur la question relative à l'importation des véhicules de moins de trois ans ; M. Ferhat AÎT Ali a tenu à préciser une chose importante avant de répondre à la question. " Je tiens à préciser une chose importante, c'est que le gouvernement, étant la continuité des précédents, inscrit sa démarche dans leur logique commune, qui conjure l'errance juridique avec l'improvisation économique à des fins politiques.
Personne ne l'ayant réclamée, cette mesure, qui n'a d'autre sens que celui de dévier de la question majeure relative à la légitimité de ce gouvernement et à son utilité dans la situation présente, est censée, dans l'esprit de ses concepteurs, susciter une adhésion des citoyens à son contenu et, par ricochet, à ses concepteurs. A maintes reprises, " j'ai dit que dans les faits, un véhicule de moins de trois ans réels ne dépasse jamais les 40 000 kilomètres parcourus en Europe, et n'est jamais inférieur en prix de vente à 60 % de sa valeur initiale, soit un véhicule de 20 000 euros à 12 000 euros, et comme il faut acheter les devises à 215 dinars l'euro, s'il ne flambe pas, on se retrouve avec un véhicule qui revient à 820 000 dinars de plus que son équivalent importé à coût égal par les concessionnaires, soit 60 % plus cher en dinars qu'un véhicule du même âge en Europe, ce qui le ramène au prix du neuf par le truchement du différentiel de change, et y ajoutant les taxes perçues sur les citoyens et non réclamées aux faux industriels de véhicule est d'autant plus cher, permettant ainsi aux fausses industries de camoufler la cherté de leurs produits, par comparaison avec le marché international, en la transposant sur une fausse comparaison avec des usagers qui omettent les différentiels de change et de taxes dans cette comparaison ".
Pour ma part, " j'estime que le marché de l'automobile en Algérie aujourd'hui offre la capacité d'achat pour un certain nombre de véhicules ; ce nombre, c'est au marché de le délimiter, non au gouvernement. La possibilité ou la non-possibilité pour les Algériens d'acheter une voiture à tel coût fait que le marché se dilate ou se rétrécit, selon la demande. Si les Algériens moyens n'ont pas de quoi acheter, le marché va se rabougrir de lui-même sur ses prix.. Ce sont les lois du marché qui décident. Je crois qu'il faut revenir à l'achat direct de la voiture, c'est-à-dire à l'importation pure et simple, avec des restrictions douanières, afin que le Trésor en bénéficie et se remette, de nouveau, à flots ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.