Belkecir risque le peloton d'exécution    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Covid-19: 495 nouveaux cas, 364 guérisons et 11 décès    Quatre walis testés positif au coronavirus    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE DES MOSQUEES ET DES PLAGES : La wilaya d'Alger fixe le nombre    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Nouvelle initiative de l'opposition et de la société civile    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Approbation des propositions des ligues régionales    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile
Publié dans Le Maghreb le 16 - 06 - 2019

Dans un entretien accordé à "Bourse.DZ ", l'économiste Ferhat Aït Ali est revenu sur la mauvaise planification de l'industrie, notamment la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, l'octroi des licences ; et il le dit dans cet entretien : " Ce n'est pas aujourd'hui, mais depuis 2O14 que je suis en train d'avertir sur les risques de cette industrie. Nous mettions en garde contre la méthode adoptée par l'Etat pour construire des usines de pseudo-montage automobile, à commencer par Renault, puis en 2O17, les choses étaient alors devenues beaucoup plus claires, et l'Etat avait opéré une OPA sur certaines marques de véhicules et avantageait certaines parties pour l'octroi des licences. Tout cela était fait dans l'anarchie et l'uni-polarité de la décision. Le gouvernement imposait une logique de "clan ", j'avais même accusé le pouvoir de procéder à un ''banditisme d'Etat". Selon lui toutes les institutions de l'Etat avaient alors avalisé et applaudi cette fausse industrie, qui n'était même pas un simple montage automobile. J'avais alors dénoncé le caractère discrétionnaire, arbitraire et anarchique de cette instruction, qui fait office de loi au-dessus de la hiérarchie des textes. Elle reflétait surtout une vision de la gouvernance, qui ne s'embarrasse ni des lois de l'économie ni du respect de l'égalité des chances et des opportunités offertes aux opérateurs, et encore moins de la logique dans les démarches. J'ai dénoncé notamment l'omission, voulue ou involontaire d'opérateurs existants et opérant avec agrément sur la fameuse liste, où un opérateur qui semble avoir été agréé récemment, figurait à la liste.
Que faut-il faire à l'état actuel des choses ?
La réponse de l'économiste a été claire : C'est à l'Etat de nous le dire. Alors, soit que l'Etat rectifie et reviens à la logique industrielle internationale basée sur des normes et des standards, soit qu'il continue dans cette voie anarchique et sans issue pour le pays. A ce jour poursuit-il, il n'est pas permis de dire qu'il existe une industrie automobile en Algérie. Ce serait du charlatanisme que de dire aujourd'hui que l'Algérie possède une industrie de ce type.
Sur la question relative à l'importation des véhicules de moins de trois ans ; M. Ferhat AÎT Ali a tenu à préciser une chose importante avant de répondre à la question. " Je tiens à préciser une chose importante, c'est que le gouvernement, étant la continuité des précédents, inscrit sa démarche dans leur logique commune, qui conjure l'errance juridique avec l'improvisation économique à des fins politiques.
Personne ne l'ayant réclamée, cette mesure, qui n'a d'autre sens que celui de dévier de la question majeure relative à la légitimité de ce gouvernement et à son utilité dans la situation présente, est censée, dans l'esprit de ses concepteurs, susciter une adhésion des citoyens à son contenu et, par ricochet, à ses concepteurs. A maintes reprises, " j'ai dit que dans les faits, un véhicule de moins de trois ans réels ne dépasse jamais les 40 000 kilomètres parcourus en Europe, et n'est jamais inférieur en prix de vente à 60 % de sa valeur initiale, soit un véhicule de 20 000 euros à 12 000 euros, et comme il faut acheter les devises à 215 dinars l'euro, s'il ne flambe pas, on se retrouve avec un véhicule qui revient à 820 000 dinars de plus que son équivalent importé à coût égal par les concessionnaires, soit 60 % plus cher en dinars qu'un véhicule du même âge en Europe, ce qui le ramène au prix du neuf par le truchement du différentiel de change, et y ajoutant les taxes perçues sur les citoyens et non réclamées aux faux industriels de véhicule est d'autant plus cher, permettant ainsi aux fausses industries de camoufler la cherté de leurs produits, par comparaison avec le marché international, en la transposant sur une fausse comparaison avec des usagers qui omettent les différentiels de change et de taxes dans cette comparaison ".
Pour ma part, " j'estime que le marché de l'automobile en Algérie aujourd'hui offre la capacité d'achat pour un certain nombre de véhicules ; ce nombre, c'est au marché de le délimiter, non au gouvernement. La possibilité ou la non-possibilité pour les Algériens d'acheter une voiture à tel coût fait que le marché se dilate ou se rétrécit, selon la demande. Si les Algériens moyens n'ont pas de quoi acheter, le marché va se rabougrir de lui-même sur ses prix.. Ce sont les lois du marché qui décident. Je crois qu'il faut revenir à l'achat direct de la voiture, c'est-à-dire à l'importation pure et simple, avec des restrictions douanières, afin que le Trésor en bénéficie et se remette, de nouveau, à flots ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.