31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition économique : Lamiri appelle à récupérer un maximum de ressources financières
Publié dans Le Maghreb le 17 - 06 - 2019

L'économiste spécialiste en management et président-directeur général du groupe INSIM (Institut international de management), Abdelhak Lamiri, a insisté samedi à Tizi-Ouzou, sur l'importance d'''Aller vite dans la transition et récupérer le maximum de ressources financières pour entamer une transition économique qui va assurer l'émergence de l'Algérie''.

M. Lamiri, qui a animé une conférence-débat sous le thème "Situation économique en période de transition politique et perspectives'' au siège de l'INSIM à Tizi-Ouzou, a préconisé la mise en place d'une commission qui va ''récupérer le maximum de ressources ou au moins geler les avoirs de ceux qui sont impliqués dans des affaires de malversation afin de pouvoir les récupérer'', citant l'exemple de l'Egypte et déplorant que cette démarche ''ne soit pas encore entreprise''.
L'économiste a ajouté qu'il est nécessaire qu'il y ait des négociations pour trouver un terrain d'entente en transcendant le minimum politique, afin de sortir de la crise politique que vit l'Algérie actuellement. ''Ce minimum politique est défini notamment par la récupération d'un maximum de ressources pour construire l'Algérie de demain, jouissant d'une économie moderne et développée''.
La crise politique actuelle peut se décliner en trois scenarios, a-t-il relevé. Pour le premier, le risque est que la transition politique se fasse lentement en deux voire trois ans. ''Dans ce cas-là, on aura une augmentation de la population de 2 %, une réduction de la production nationale de 1,5 à 2% et une baisse du pouvoir d'achat qui va diminuer au moins de 4%/an''. Cette situation engendrera un épuisement des réserves de change vers 2021 avec comme conséquences, une augmentation du chômage, une inflation galopante et risque de devoir aller vers l'endettement extérieur''. Le deuxième cas de figure avancé par M. Lamiri est qu'''à la sortie de la crise politique on optera pour un mode de redressement économique inefficace basé sur des actions centralisées et le populisme (gratuité du logement, le système des subventions de l'Etat) et qui va mener le pays vers un autre dérapage et une déroute économique''.
Cette situation aura pour conséquences un épuisement des réserves et une situation de stagnation économique au lieu du développement espéré.
Le troisième scénario, qui est souhaité car garantissant la réussite du redressement économique, prévoit un règlement rapide de la crise politique et d'aller vers une réorganisation de l'Etat basée sur la mise en place d'une institution d'intelligence dans tous les domaines et qui va mettre en place le Schéma de redressement du pays.
Celui-ci sera basé surtout sur le développement humain, la rigueur et le développement des sciences, et qui traduira (ce schéma) les objectifs politiques en plans stratégiques cohérents sur 30 ou 40 ans, a-t-il expliqué.
Ce redressement économique doit se faire selon des paramètres de réussite qui sont la mise en place d'un système éducatif et de formation performant, investir dans la recherche et le développement, mettre en place un système de management de classe mondial à tous les niveaux pour une bonne gestion des entreprises et surtout de toutes les institutions publiques (présidence, ministère, communes, hôpitaux, écoles ) et garantissant la transparence et le contrôle, et mettre en place un tissu d'entreprises performantes avec une méthodologie managériale.
''Il est important pour réussir ce redressement économique, d'investir dans la formation et le recyclage qui permettront de hisser le niveau des diplômés aux standards internationaux, et leur donner des ressources pour créer des entreprises'', a-t-il indiqué.
Il y a lieu aussi de mettre en place des systèmes de management de classe mondiale dans tous les domaines pour une bonne gestion des ressources et de développer une industrie du savoir pour avoir un tissu économique efficace, qui peut exporter et se hisser au niveau mondial car l'Algérie dispose d'atouts exceptionnels pout être un pays émergent, a-t-il insisté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.