Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition économique : Lamiri appelle à récupérer un maximum de ressources financières
Publié dans Le Maghreb le 17 - 06 - 2019

L'économiste spécialiste en management et président-directeur général du groupe INSIM (Institut international de management), Abdelhak Lamiri, a insisté samedi à Tizi-Ouzou, sur l'importance d'''Aller vite dans la transition et récupérer le maximum de ressources financières pour entamer une transition économique qui va assurer l'émergence de l'Algérie''.

M. Lamiri, qui a animé une conférence-débat sous le thème "Situation économique en période de transition politique et perspectives'' au siège de l'INSIM à Tizi-Ouzou, a préconisé la mise en place d'une commission qui va ''récupérer le maximum de ressources ou au moins geler les avoirs de ceux qui sont impliqués dans des affaires de malversation afin de pouvoir les récupérer'', citant l'exemple de l'Egypte et déplorant que cette démarche ''ne soit pas encore entreprise''.
L'économiste a ajouté qu'il est nécessaire qu'il y ait des négociations pour trouver un terrain d'entente en transcendant le minimum politique, afin de sortir de la crise politique que vit l'Algérie actuellement. ''Ce minimum politique est défini notamment par la récupération d'un maximum de ressources pour construire l'Algérie de demain, jouissant d'une économie moderne et développée''.
La crise politique actuelle peut se décliner en trois scenarios, a-t-il relevé. Pour le premier, le risque est que la transition politique se fasse lentement en deux voire trois ans. ''Dans ce cas-là, on aura une augmentation de la population de 2 %, une réduction de la production nationale de 1,5 à 2% et une baisse du pouvoir d'achat qui va diminuer au moins de 4%/an''. Cette situation engendrera un épuisement des réserves de change vers 2021 avec comme conséquences, une augmentation du chômage, une inflation galopante et risque de devoir aller vers l'endettement extérieur''. Le deuxième cas de figure avancé par M. Lamiri est qu'''à la sortie de la crise politique on optera pour un mode de redressement économique inefficace basé sur des actions centralisées et le populisme (gratuité du logement, le système des subventions de l'Etat) et qui va mener le pays vers un autre dérapage et une déroute économique''.
Cette situation aura pour conséquences un épuisement des réserves et une situation de stagnation économique au lieu du développement espéré.
Le troisième scénario, qui est souhaité car garantissant la réussite du redressement économique, prévoit un règlement rapide de la crise politique et d'aller vers une réorganisation de l'Etat basée sur la mise en place d'une institution d'intelligence dans tous les domaines et qui va mettre en place le Schéma de redressement du pays.
Celui-ci sera basé surtout sur le développement humain, la rigueur et le développement des sciences, et qui traduira (ce schéma) les objectifs politiques en plans stratégiques cohérents sur 30 ou 40 ans, a-t-il expliqué.
Ce redressement économique doit se faire selon des paramètres de réussite qui sont la mise en place d'un système éducatif et de formation performant, investir dans la recherche et le développement, mettre en place un système de management de classe mondial à tous les niveaux pour une bonne gestion des entreprises et surtout de toutes les institutions publiques (présidence, ministère, communes, hôpitaux, écoles ) et garantissant la transparence et le contrôle, et mettre en place un tissu d'entreprises performantes avec une méthodologie managériale.
''Il est important pour réussir ce redressement économique, d'investir dans la formation et le recyclage qui permettront de hisser le niveau des diplômés aux standards internationaux, et leur donner des ressources pour créer des entreprises'', a-t-il indiqué.
Il y a lieu aussi de mettre en place des systèmes de management de classe mondiale dans tous les domaines pour une bonne gestion des ressources et de développer une industrie du savoir pour avoir un tissu économique efficace, qui peut exporter et se hisser au niveau mondial car l'Algérie dispose d'atouts exceptionnels pout être un pays émergent, a-t-il insisté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.