Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats
Publié dans Le Maghreb le 27 - 06 - 2019

Le Front Polisario a fermement condamné l'expulsion menée à Laâyoune occupée par les autorités marocaines contre des observateurs internationaux qui devaient assister au procès de la journaliste sahraouie Nazha El Khalidi, poursuivie pour ses activités de défense des droits de l'Homme dans les territoires sahraouis occupés.

Dans une lettre adressée lundi à l'actuel président du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur koweitien Mansour al-Otaibi, le représentant du Front Polisario auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Ammar, a dénoncé la décision arbitraire des autorités d'occupation marocaines d'expulsion d'observateurs internationaux espagnols et américains dès leur arrivée à l'aéroport de Laâyoune, capitale du Sahara occidental occupé.
Le diplomate sahraoui a affirmé que les autorités marocaines ont empêché lundi l'accès à Laâyoune occupée aux avocats espagnols Miguel Angel Jerez, Jose Maria Costa et Ines Miranda, qui ont été pourtant accrédités par le Conseil général du droit espagnol (CGAE).
Il a, également, évoqué dans sa lettre, le cas de deux autres membres de l'Association du barreau américain qui ont été expulsés samedi par les autorités marocaines alors qu'ils devaient assister au procès de Mme Khalidi en qualité d'observateurs internationaux.
Le procès contre la journaliste sahraouie Nazha El Khalidi, accusée d'avoir exercé le métier de journaliste sans autorisation préalable, devait avoir lieu lundi, mais le tribunal de première instance de Laâyoune a décidé, pour la seconde fois, de son report au 8 juillet prochain.
"Je voudrais attirer l'attention des membres du Conseil de sécurité sur notre ferme condamnation de cet acte provocateur qui témoigne une fois de plus des tentatives incessantes du Maroc pour maintenir les territoires occupés du Sahara occidental fermés aux observateurs internationaux et aux journalistes ", a souligné le représentant du Front Polisario aux Nations unies.
Il a ajouté, dans ce contexte, que l'expulsion répétée du Maroc des observateurs internationaux et des médias du Sahara occidental occupé n'est qu'"une tentative de dissimulation des crimes commis par les forces d'occupation marocaines contre des civils sahraouis".

Appel à l'ONU pour protection des Sahraouis
S'élevant contre les pratiques répressives des forces d'occupation marocaines dirigées contre les Sahraouis, M. Ammar a fait état d'une politique de "persécution" et de violences systématiques" de la part du Royaume marocaine à l'égard des défenseurs des droits de l'Homme, de militants d'ONG et de journalistes sahraouis et étrangers enquêtant sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés.
A ce propos, il a cité le récent rapport de l'ONG Reporters sans frontières, qui a souligné que le Sahara occidental, demeure "un désert pour les journalistes" et "un territoire isolé du reste du monde et constitue une zone interdite aux hommes de la presse".
Par ailleurs, le diplomate sahraoui a attiré l'attention du Conseil de sécurité sur la poursuite du fléau des mines anti personnelles marocaines au Sahara occidental occupé causant de nombreuses victimes parmi des civils.
"Le 19 juin 2019, deux Sahraouis ont été grièvement blessés à la suite de l'explosion d'une mine près de Bir Guendouz, un nouvel incident rappelant qu'il est urgent de faire pression sur le Maroc pour qu'il mène des activités de déminage et qu'il respecte les instruments internationaux interdit l'utilisation de mines terrestres et d'armes connexes", a souligné le représentant du Front Polisario à l'ONU.
Citant le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres qui a insisté à maintes reprises sur la nécessité de surveiller la situation des droits de l'Homme, et ce, de manière indépendante, impartiale, globale et durable dans les territoires sahraouis occupés, afin d'assurer la protection des Sahraouis, M. Ammar a affirmé, dans ce sillage, qu'il est "essentiel que le Conseil de sécurité exerce les pressions nécessaires sur le Maroc pour que les observateurs des droits de l'Homme et les experts internationaux puissent se rendre au Sahara occidental sans restrictions et pour qu'ils puissent librement faire état de la situation des droits de l'Homme.
Le responsable sahraoui a appelé, en outre, l'ONU à s'engager "juridiquement" et "moralement" pour assurer la protection des droits de l'Homme dans le Sahara occidental occupé, en attendant la décolonisation du territoire conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies, prévoyant le droit inaliénable à l'autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre d'un référendum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.