Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Grandiose marche à Kherrata    L'Opep et ses alliés sur le gril    La démocratie en ballotage    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Nouveaux tirs sur l'aéroport de Mitiga    «Cela ne favorise pas l'apaisement»    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Les Académiciens face à l'expérience sfaxienne    Le Real se régale puis se relâche avant Paris    Inscriptions au master    Le bilan s'est alourdi à 7 morts    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Un homme de 53 ans trouve la mort par électrocution à Oued R'Hiou    Le Prix d'alphabétisation de l'Unseco décerné à l'Algérie    Ali-Ramzi Ayad et Redouane Benzehra lauréats de la 7e édition    Les lauréats participeront au Comic-Con de San Diego en 2020    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Entrepreneuriat: Des mesures en faveur des start-up    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Faute de vision globale: Des classes toujours surchargées    Arrêtés vendredi à Alger: Une quinzaine de manifestants devant la Justice    Coupe de la CAF : PAC - CS Sfaxien, aujourd'hui à 20 h 45: Mission ardue pour les Pacistes    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Deux textes de loi adoptés avec célérité: Voie ouverte pour la présidentielle    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Le niveau des eaux pluviales a atteint 40 cm au niveau de plusieurs communes    «Boudaoui est bourré de talent»    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale
Publié dans Le Maghreb le 20 - 08 - 2019

La dégradation du solde commercial de l'Algérie, durant le premier semestre 2019, était prévisible et liée à la nature de la structure de l'économie nationale, marquée par l'absence d'autres moteurs de la croissance des exportations, ont expliqué des experts économistes algériens. L'Algérie qui a vu, encore une fois, son déficit commercial se creuser à fin juin 2019 jusqu'à atteindre 3,18 milliards de dollars contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, se trouve aujourd'hui dans l'obligation de changer de cap et s'orienter efficacement vers l'investissement productif, selon les experts interrogés par l'APS.
A ce titre, l'économiste Mustapha Mekidèche pense qu'"il va falloir trouver des solutions efficientes pour réaliser une croissance économique diversifiée". Ceci demeure, à ses yeux, un défi "fondamental".
L'expert a, à ce propos, tenu à souligner que la dégradation du solde commercial de l'Algérie durant les six premiers mois de 2019 est "structurelle" et s'inscrit plus globalement depuis plus d'une décennie. Plus explicite, il dira que l'absence d'autres moteurs de la croissance des exportations, conjuguée à l'instabilité du marché pétrolier, ont mené l'Algérie tout droit vers cette situation de déficit commercial. "C'est mécanique !", a-t-il indiqué. Selon lui, pour sortir de cette situation, l'Algérie devrait s'orienter vers une politique de diversification "significative" de son économie, en relançant le secteur industriel.
"Tant qu'on n'aura pas réglé ce problème structurel, la situation de notre commerce extérieur va inévitablement s'aggraver", a-t-il mis en garde.
Ceci, a-t-il enchaîné, d'autant que les prix de pétrole ne se sont toujours pas stabilisés, compte tenu du contexte géopolitique international, mais aussi de la baisse de la demande mondiale en énergie, résultant de l'escalade du conflit commercial entre la Chine et les Etats- Unis.
Aux yeux de M. Mekidèche, il va ainsi falloir "remettre à plat l'ensemble de la politique de ré-industrialisation de l'économie nationale". Or, cette politique, selon lui "ne produit pas des ressources en devises pour le pays".
"L'Algérie a mis en place un modèle économique qui absorbe plus de devises et qui ne permet pas, en contrepartie, à ses produits de se positionner sur les marchés internationaux", a- t-il fait remarquer
Ainsi, le creusement de la balance commerciale, durant le premier semestre écoulé est le résultat de ce modèle économique.
"Pour le moment on a manqué d'efficacité pour diversifier notre économie. Il s'agit d'un véritable problème", a souligné M. Mekidèche lequel pense qu'il faudrait "aller sérieusement vers des assises nationales sur l'économie, et ouvrir ce dossier loin de tout populisme ou toute surenchère, car une telle situation ne peut continuer".
Pour atténuer la dégradation de la balance commerciale du pays, le spécialiste des questions de commerce extérieur, Smaïl Lalmas pense qu'il est impératif d'encourager l'investissement productif et la création d'entreprises mais aussi de renforcer la compétitivité des PME.
"On ne peut se limiter uniquement au contrôle des opérations d'importation et ignorer le développement de l'économie nationale qui passe inévitablement par la création d'entreprises et de richesses", a indiqué M.Lalmas.
Le déficit commercial enregistré durant le semestre écoulé démontre, selon cet économiste, que "tous les mécanismes et mesures mis en place visant à réguler les importations et promouvoir les exportations hors hydrocarbures ont échoué".
Pour rappel, la balance commerciale de l'Algérie a enregistré un déficit de 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, selon la direction générale des Douanes (DGD). Les exportations algériennes ont atteint 18,96 milliards de dollars (mds usd) durant le 1er semestre de l'année en cours, contre 20,29 mds usd à la même période de 2018, soit une baisse de -6,57%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD). Pour les importations, elles ont atteint 22,14 mds usd, contre 23,14 mds usd, enregistrant également une baisse de -4,30%. Les hydrocarbures ont représenté l'essentiel des ventes algériennes à l'étranger au cours du 1er semestre 2019 (93,10% du volume global des exportations) en s'établissant à 17,65 mds usd, contre 18,84 mds usd à la même période 2018, en baisse de (-6,31%).
Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec près de 1,31 md usd le 1er semestre 2019, ce qui représente 6,90% du volume global des exportations, contre 1,45 md usd à la même période en 2018, en baisse de -10,01%, précisent les données de la DEPD.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.