Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La traque d'un "sulfureux" général    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale
Publié dans Le Maghreb le 20 - 08 - 2019

La dégradation du solde commercial de l'Algérie, durant le premier semestre 2019, était prévisible et liée à la nature de la structure de l'économie nationale, marquée par l'absence d'autres moteurs de la croissance des exportations, ont expliqué des experts économistes algériens. L'Algérie qui a vu, encore une fois, son déficit commercial se creuser à fin juin 2019 jusqu'à atteindre 3,18 milliards de dollars contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, se trouve aujourd'hui dans l'obligation de changer de cap et s'orienter efficacement vers l'investissement productif, selon les experts interrogés par l'APS.
A ce titre, l'économiste Mustapha Mekidèche pense qu'"il va falloir trouver des solutions efficientes pour réaliser une croissance économique diversifiée". Ceci demeure, à ses yeux, un défi "fondamental".
L'expert a, à ce propos, tenu à souligner que la dégradation du solde commercial de l'Algérie durant les six premiers mois de 2019 est "structurelle" et s'inscrit plus globalement depuis plus d'une décennie. Plus explicite, il dira que l'absence d'autres moteurs de la croissance des exportations, conjuguée à l'instabilité du marché pétrolier, ont mené l'Algérie tout droit vers cette situation de déficit commercial. "C'est mécanique !", a-t-il indiqué. Selon lui, pour sortir de cette situation, l'Algérie devrait s'orienter vers une politique de diversification "significative" de son économie, en relançant le secteur industriel.
"Tant qu'on n'aura pas réglé ce problème structurel, la situation de notre commerce extérieur va inévitablement s'aggraver", a-t-il mis en garde.
Ceci, a-t-il enchaîné, d'autant que les prix de pétrole ne se sont toujours pas stabilisés, compte tenu du contexte géopolitique international, mais aussi de la baisse de la demande mondiale en énergie, résultant de l'escalade du conflit commercial entre la Chine et les Etats- Unis.
Aux yeux de M. Mekidèche, il va ainsi falloir "remettre à plat l'ensemble de la politique de ré-industrialisation de l'économie nationale". Or, cette politique, selon lui "ne produit pas des ressources en devises pour le pays".
"L'Algérie a mis en place un modèle économique qui absorbe plus de devises et qui ne permet pas, en contrepartie, à ses produits de se positionner sur les marchés internationaux", a- t-il fait remarquer
Ainsi, le creusement de la balance commerciale, durant le premier semestre écoulé est le résultat de ce modèle économique.
"Pour le moment on a manqué d'efficacité pour diversifier notre économie. Il s'agit d'un véritable problème", a souligné M. Mekidèche lequel pense qu'il faudrait "aller sérieusement vers des assises nationales sur l'économie, et ouvrir ce dossier loin de tout populisme ou toute surenchère, car une telle situation ne peut continuer".
Pour atténuer la dégradation de la balance commerciale du pays, le spécialiste des questions de commerce extérieur, Smaïl Lalmas pense qu'il est impératif d'encourager l'investissement productif et la création d'entreprises mais aussi de renforcer la compétitivité des PME.
"On ne peut se limiter uniquement au contrôle des opérations d'importation et ignorer le développement de l'économie nationale qui passe inévitablement par la création d'entreprises et de richesses", a indiqué M.Lalmas.
Le déficit commercial enregistré durant le semestre écoulé démontre, selon cet économiste, que "tous les mécanismes et mesures mis en place visant à réguler les importations et promouvoir les exportations hors hydrocarbures ont échoué".
Pour rappel, la balance commerciale de l'Algérie a enregistré un déficit de 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, selon la direction générale des Douanes (DGD). Les exportations algériennes ont atteint 18,96 milliards de dollars (mds usd) durant le 1er semestre de l'année en cours, contre 20,29 mds usd à la même période de 2018, soit une baisse de -6,57%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD). Pour les importations, elles ont atteint 22,14 mds usd, contre 23,14 mds usd, enregistrant également une baisse de -4,30%. Les hydrocarbures ont représenté l'essentiel des ventes algériennes à l'étranger au cours du 1er semestre 2019 (93,10% du volume global des exportations) en s'établissant à 17,65 mds usd, contre 18,84 mds usd à la même période 2018, en baisse de (-6,31%).
Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec près de 1,31 md usd le 1er semestre 2019, ce qui représente 6,90% du volume global des exportations, contre 1,45 md usd à la même période en 2018, en baisse de -10,01%, précisent les données de la DEPD.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.