Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 08 - 2019

La dégradation du solde commercial de l'Algérie, durant le premier semestre 2019, était prévisible et liée à la nature de la structure de l'économie nationale, marquée par l'absence de moteurs de la croissance des exportations, ont expliqué des économistes algériens.
L'Algérie qui a vu, encore une fois, son déficit commercial se creuser à fin juin 2019 à 3,18 milliards de dollars contre 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, est aujourd'hui dans l'obligation de changer de cap et s'orienter efficacement vers l'investissement productif, selon ces économistes. Pour Mustapha Mékidèche, expert et vice-président du CNES, il faut « trouver des solutions efficientes pour réaliser une croissance économique diversifiée », ce qui est pour lui « un défi fondamental», car la dégradation du solde commercial de l'Algérie durant les six premiers mois de 2019 est «structurelle» depuis plus d'une décennie.
Pour cet expert, et ancien président de l'Union nationale des entreprises publiques (UNEP), « l'absence d'autres moteurs de la croissance des exportations, conjuguée à l'instabilité du marché pétrolier, ont mené l'Algérie tout droit vers cette situation de déficit commercial ». « C'est devenu mécanique !», a-t-il estimé, avant de relever que pour sortir de cette situation, l'économie nationale devrait s'orienter vers une politique de diversification « significative » en relançant le secteur industriel. « Tant qu'on n'aura pas réglé ce problème structurel, la situation de notre commerce extérieur va inévitablement s'aggraver», a prévenu M. Mékidèche.
Ce qui n'arrange guère la situation, c'est que les prix de pétrole ne se sont toujours pas stabilisés à des niveaux avantageux du fait d'un contexte géopolitique international stressé par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, et politiques entre Téhéran et Washington. Dès lors, il faudra « mettre à plat l'ensemble de la politique de ré-industrialisation de l'économie nationale », préconise encore M. Mékidèche, pour qui cette politique « ne produit pas des ressources en devises pour le pays. » « L'Algérie a mis en place un modèle économique qui absorbe plus de devises et qui ne permet pas, en contrepartie, à ses produits de se positionner sur les marchés internationaux », a-t-il argumenté, avant de souligner que « pour le moment, on a manqué d'efficacité pour diversifier notre économie. Il s'agit d'un véritable problème ». Pour sortir de la dépendance des mono-exportations et aller vers une diversification des produits à l'export, il a ainsi préconisé la tenue « d'assises nationales sur l'économie, et ouvrir ce dossier loin de tout populisme ou toute surenchère, car une telle situation ne peut durer».
De son côté, Smaïl Lalmas, expert en commerce extérieur, estime important d'encourager « l'investissement productif et la création d'entreprises », mais aussi de renforcer la compétitivité des PME. « On ne peut se limiter uniquement au contrôle des opérations d'importation et ignorer le développement de l'économie nationale qui passe inévitablement par la création d'entreprises et de richesses », explique-t-il. Le déficit commercial enregistré durant le 1er semestre démontre que « tout les mécanismes et mesures mis en place visant à réguler les importations et promouvoir les exportations hors hydrocarbures ont échoué », estime-t-il. Le constat alarmant de la situation de blocage de l'économie nationale établi par des experts et des économistes est loin des déclarations péremptoires de responsables, dont le ministre du Commerce, qui avait fanfaronné en décembre dernier que l'Algérie allait passer à l'exportation de voitures montées localement en 2019. Ou celles de l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, actuellement en détention provisoire, qui affirmait que l'économie nationale était capable de dépasser le cap des deux milliards de dollars d'exportations hors hydrocarbures.
La balance commerciale de l'Algérie a enregistré un déficit de 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, selon la direction générale des Douanes (DGD).
Les exportations algériennes durant la même période se sont établies à 18,96 milliards de dollars contre 20,29 Mds Usd à la même période de 2018, soit une baisse de -6,57%, selon la même source. Les importations ont atteint 22,14 Mds Usd contre 23,14 Mds Usd, enregistrant une baisse minime de 4,30%.
Durant cette période, les hydrocarbures ont représenté l'essentiel des exportations algériennes au cours du 1er semestre 2019 (93,10% du volume global des exportations) soit en valeur 17,65 Mds Usd, contre 18,84 Mds Usd durant la même période en 2018, en baisse de 6,31%. Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles sont marginales, à seulement 1,31 milliard de dollars au 1er semestre 2019, soit 6,90% du volume global des exportations, contre 1,45 milliard de dollars à la même période en 2018, en baisse de 10,01%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.