Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Sonelgaz menace    179 milliards de créances impayées    Images d'ailleurs, regards d'ici    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Entre avancées et entraves    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    Kaboré en tête des résultats partiels    L'UNFA réitère son soutien à la femme sahraouie    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Neuf communes bientôt alimentées à partir du barrage de Koudiate Acerdoune    Programme des rencontres    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Incertitudes autour de l'Opep et de ses alliés    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Sûreté de wilaya: 10.000 infractions aux mesures préventives en 15 jours    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Le gouvernement entretient le suspense    Diego maradona s'èteint à 60 ans    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine
Publié dans Le Maghreb le 20 - 11 - 2019

Le président de la Fondation Casbah, Ali Mebtouche a fait état, dimanche à Alger, du recensement de 330 bâtisses menaçant ruine à la Casbah d'Alger, appelant les autorités wilayales à agir pour rattraper le retard accusé dans le règlement du dossier. "La Fondation, qui a recensé 330 bâtisses menaçant ruine n'a aucune responsabilité à avoir dans les effondrements répétés survenus à la Casbah", a-t-il précisé devant la presse, imputant ces accidents aux "mauvaises politiques appliquées à cette ville antique". Il a appelé, à ce propos, à "la divulgation des budgets affectés à la restauration de la Casbah depuis 1962 à nos jours". Affirmant que le temps était venu de reprendre le dossier de la Casbah dans une transparence totale permettant de mettre fin aux pertes humaines et matérielles, le président de la Fondation Casbah, s'est interrogé sur "le bien fondé" des travaux engagés notamment en ce qui concerne "la restauration de 364 maisons et la mobilisation de 54 architectes spécialisés". Concernant l'effondrement, la semaine dernière, d'une bâtisse sise à la rue Boudries ayant entrainé la destruction de deux immeubles mitoyens, M. Mebtouche a évoqué des raisons "objectives" derrières ces incidents tragiques, en allusion à "des erreurs commises par les occupants eux mêmes". A ce propos, il a expliqué que les occupants actuels "ont substitué aux matériaux traditionnels, comme la terre et la chaux, des matériaux modernes inadaptés, comme le ciment, tout en opérant des modifications intérieures sans autorisation des autorités concernées". Il a cité, également, le remplacement du bois des portes et des fenêtres par de l'aluminium ainsi que des surélévations qui fragilisent les fondements des anciennes bâtisses.
Ces négligences sont à mettre sur le compte des autorités locales qui n'ont pas veillé au respect de la loi 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel et qui interdit la modification, sans autorisation de l'expertise technique, de bâtisses classées patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1992.
La Fondation Casbah a proposé, par le truchement de ses membres présents à cette rencontre, "la reconstruction des immeubles effondrés dans le même style architectural pour le confortement des bâtisses attenantes", et aussi pour "ne pas laisser les assiettes inoccupées afin d'éviter leur transformation en décharges anarchiques ou encore en parkings, comme c'est le cas actuellement".
Pour sa part, Othmane Bouras, membre de bureau de la Fondation, a indiqué que "80% des maisonnettes à la Casbah sont des propriétés privées, soit plus de 4.000 contre 20% de "Habous", estimant que "c'est là, une entrave majeure à la gestion de cette ville".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.