Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Coronavirus: le Président Tebboune ordonne le rapatriement immédiat des Algériens établis à Wuhan    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger: récupération d'un montant volé de 1,9 milliard de centimes et 34.000 euros    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    11 harraga interceptés au large d'Oran    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"
Publié dans Le Maghreb le 10 - 12 - 2019

Plusieurs milliers de personnes sont de nouveau descendues dans la rue samedi 7 décembre contre la réforme des retraites à l'appel de la CGT, avec des manifestations parfois tendues à Nantes, Lyon et Toulouse et des incidents à Paris pour l'acte 56 des "gilets jaunes". Pour la première fois, les revendications du mouvement populaire et des syndicats semblent converger, note la presse internationale.

Les Gilets jaunes ont fait leur "grand retour" samedi 7 décembre dans les rues de France, résume Rudolf Balmer, correspondant en France du Tageszeitung, au terme d'une nouvelle journée de manifestations, émaillée de tensions, qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers tout le pays.
"La forte mobilisation des syndicats contre la réforme des retraites a redonné du courage" aux gilets jaunes,estime le journaliste. Pourtant, ce n'était pas gagné."Les fédérations syndicales telles que la CGT étaient initialement réticentes à soutenir le mouvement de protestation idéologiquement difficile à définir et sociologiquement hétérogène" rappelle Rudolf Balmer."Mais elles ont fini par s'identifier aux appels pour plus de pouvoir d'achat et plus de droits démocratiques". Si bien qu'aujourd'hui, "syndicalistes et gilets jaunes marchent ensemble" et "la convergence des revendications et des mouvements", qui "a lieu dans la rue, met le gouvernement sous pression" conclut le journaliste du Tageszeitung.

"Une même vision de Macron" : "arrogant et déconnecté" de la réalité
"La participation de certains gilets jaunes" aux manifestations pour les retraites "marque un fort contraste avec la situation de l'année dernière, lorsqu'ils avaient rejeté toute collaboration avec les syndicats qu'ils estimaient inefficaces et archaïques" renchérit le New York Times. Au-delà de leurs combats communs, le quotidien remarque que gilets jaunes et militants syndicaux partagent également une même vision du président Emmanuel Macron qu'ils estiment "arrogant et déconnecté de leurs luttes quotidiennes".
"Affaiblis, les gilets jaunes avaient besoin de reprendre de l'importance après que la violence leur a fait perdre des sympathisants. Ils ont mis à profit la réforme des retraites pour y parvenir", note de son côté Maria Laura Avignolo, correspondante en France du journal argentin Clarín. Mais "le drame, c'est que le mouvement est récupéré par des gilets ultra-violents".

"En France, c'est toujours la rue qui gouverne"
A Nantes, "la violence a déjà commencé du côté des Gilets jaunes et des Black Blocs, avec des destructions, des vitres brisées et des pillages"souligne-t-elle. Le rassemblement a dégénéré samedi quand des manifestants ont attaqué la préfecture, en jetant bouteilles, pavés, mais aussi fusées, les forces de l'ordre ripostant par des tirs de lacrymogène. A Paris, en fin de journée, plusieurs dizaines de personnes ont répondu à un appel à se rassembler aux Halles pour "une convergence des colères". Ces manifestations sauvages ont été progressivement dispersées par les forces de l'ordre avant le début de la soirée.
Face à l'ampleur du mouvement de protestation, "il devient évident que le gouvernement Macron va être amené à revoir son important projet de réforme", comme tous les autres dirigeants français y ont été contraints avant lui, souligne Sascha Lehnartz, journaliste au quotidien allemandDieWelt. "En France, c'est toujours la rue qui gouverne" estime-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.