Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Real Madrid : Les conditions sont fixées pour ce flop de Zidane !    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Relance des travaux    Le lait en sachet, une denrée rare    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    La Lamborghini des bourdes !    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les avocats plaident l'innocence    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    300 millions de centimes dérobés    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Lentement ou sans précipitation ?    LOURDE CHARGE    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2019

Angela Merkel, Vladimir Poutine et le président ukrainien Volodymyr Zelenski sont en visite ce lundi à Paris pour une nouvelle réunion au "format Normandie". Un sommet censé aider à la conception d'une sortie de crise dans l'est de l'Ukraine. Emmanuel Macron accueille ce lundi Angela Merkel, Volodymyr Zelenski, président ukrainien fraîchement élu, et Vladimir Poutine à Paris, dans le cadre d'une réunion au "format Normandie". L'expression, désormais consacrée, trouve sa genèse au 27 juin 2014 au sortir d'un Conseil européen. Ce jour-là, Rahma Sophia Rachdi, correspondante de l'agence USA Press Agency, s'inquiétait de savoir auprès de François Hollande si le "Normandy Model" allait perdurer. Adaptée en français, la locution devenait bientôt le "format Normandie" et désigne une réunion rassemblant les représentants de la France, de l'Allemagne, de l'Ukraine et de la Russie, cherchant une solution politique au conflit, né il y a cinq ans, qui enflamme le territoire ukrainien et empoisonne les relations entre Kiev et Moscou.
En mars 2014, sur fond de tensions bilatérales après le tournant pro-européen de l'Ukraine, la Russie annexait la Crimée, tandis qu'en avril deux républiques autonomes étaient proclamées dans l'est du pays par des militants sécessionnistes proches du Kremlin: la République de Lougansk et la République de Donetsk. Si la guerre n'en a pas pour autant cessé, l'expression "format Normandie" a fait florès.

Anniversaire et accent
Cette configuration diplomatique remonte au 6 juin 2014 lorsque, en marge des célébrations du soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie, François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et le président ukrainien de l'époque Petro Porochenko s'étaient retrouvés dans un salon du château de Bénouville, aux abords de Ouistreham. Il y a un an, Rahma Sophia Rachdi revenait sur sa trouvaille linguistique auprès de Ouest France:
"J'ai utilisé cette expression car c'était un nouveau modèle diplomatique à quatre, assez inédit à mes yeux. François Hollande m'a répondu en reprenant cette expression. Je pense qu'en fin stratège, il s'est dit qu'il y avait quelque chose à réitérer."
La toponymie des lieux, délicate pour un palais anglo-saxon, explique le reste, comme l'a souligné la reporter: "Avec mon accent, j'ai des difficultés à prononcer correctement le mot 'Ouistreham'. Pour aller plus vite, j'ai donc dit 'Normandy'."

Un maigre bilan
Le "format Normandie" a donc connu une belle postérité dans les commentaires mais son bilan réel est plutôt modeste. Sa principale réussite? L'accord de Minsk II, signé par toutes les parties le 12 février 2015. Il prévoyait notamment, afin de s'assurer d'un cessez-le-feu, la reconnaissance par Kiev d'un statut autonome pour le Donbass. Or, aucune de ces deux dispositions n'a survécu aux suites du conflit. Le cessez-le-feu a été violé de manière répétée, bien que la perspective d'une nouvelle guerre ouverte semble s'être éloignée, et l'Ukraine dénonce désormais le statut spécial de ses provinces orientales perdues. Anne de Tinguy, historienne spécialiste de l'Ukraine et de la Russie, aprévenu ce lundi le Huffington Post: "Les enjeux de ce sommet sont donc très importants, même si paradoxalement, il ne faut pas en attendre énormément."

Vers un rendez-vous manqué?
Volodymyr Zelenski joue gros. il s'est fait élire en mai dernier avec une feuille de route simple en apparence: faire la paix. Mais l'opinion publique exige cependant une paix honorable, et on imagine mal Vladimir Poutine lâcher du lest en même temps que ses alliés de l'est de l'Ukraine. Les deux hommes doivent d'ailleurs se rencontrer pour la première fois. Enfin, leurs interactions risquent d'être limitées comme le remarque ce lundi le site de France Culture qui a traduit cette citation d'un quotidien ukrainien:
"L'agenda officiel de Zelensky ne fait état d'aucune rencontre bilatérale entre les deux chefs d'Etat, seulement d'une présence côte-à-côte à la conférence de presse à quatre. Vladimir Poutine veut s'entretenir seul à seul, il l'a dit, avec son homologue ukrainien, mais ce dernier se garde bien de confirmer la tenue de ce tête-à-tête". C'est donc la menace d'un rendez-vous manqué qui plane sur Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.