Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris : Une place porte désormais le nom de la chanteuse de raï Cheikha Rimitti
Publié dans Le Maghreb le 16 - 12 - 2019

La papesse du Raï, Cheikha Rimitti, a depuis début novembre le droit à une place qui porte son nom à Paris, dans le 18e arrondissement.
La place Cheikha Rimitti a été attribuée à une emprise du domaine public, située entre la rue de la Goutte d'Or et Polonceau dans le 18e arrondissement de la ville. C'est en tout cas ce qu'on peut lire dans un délibéré publié au Journal Officiel au début du mois.
Née en 1923 à Sidi Bel Abbès et décédée à Paris en 2006, Cheikha Rimitti est l'un des grands noms du Raï. Son penchant pour une parole libérée et l'introduction de nouvelles sonorités inspire jusqu'à ce jour nombre de chanteurs de la nouvelle génération.
Avant de visionner l'extrait vidéo de son concert à l'Institut du Monde Arabe en 1994, quelques repères biographiques dans le portrait ci-dessous, publié dans le Parisien du 17 juin 200

Cheikha Rimitti, la mère spirituelle du raï
CHEIKHA RIMITTI n'est pas une veille dame indigne, mais elle dégage l'aura et l'insolence irrésistible des grandes chanteuses de blues. A 77 ans, l'ancêtre du raï chante toujours l'amour canaille, parle de " gâter mon coeur avec mon nouveau préféré/telle est ma passion ", dans son nouvel album, " Nouar " (Musisoft). Ce disque lui offre pour la première fois une reconnaissance hors de la communauté et d'Algérie où elle est une star, comme le confirme son passage à la Cigale ce soir. Cheikha Rimitti aurait enregistré 400 cassettes et 25 albums tout au long de sa vie. Elle doit son surnom à son succès dans les bars de l'Oranais, à ses débuts dans l'Algérie des années trente et quarante. Un soir de liesse, elle veut offrir la tournée à son public, mélange d'habitants du bled profond et de fonctionnaires coloniaux, mais ne parlant pas la langue de Molière, elle bafouille un " Remettez une tournée " et devient la chanteuse " Rimitti ", la cheikha, maître de son art. Sadia Bédief, de son vrai nom, orpheline très jeune, a chanté pour s'en sortir, en endurant longtemps l'errance d'une sans-domicile-fixe et une pauvreté qui évoquent le poids de douleur d'une Billie Holiday. Un réservoir de thèmes pour ses chansons au franc-parler âpre, licencieux et poétique, jusqu'à ce nouvel album dont le titre, " Nouar ", signifie " fleur ". Presque des " Fleurs du mal "…

L'une des premières Algériennes à chanter le plaisir
Son premier succès national, en 1954, fit scandale : " Déchire et découpe/Rimitti viendra raccommoder Comme hier sur le matelas/Galipette pour galipette/Je ferai à mon amour ce qu'il voudra. " Certains y virent une attaque contre le tabou de la virginité. Cheikha Rimitti fut l'une des premières femmes algériennes à inventer une sorte de féminisme, en chantant le plaisir, autant dire l'interdit. Elle se voit comme la Oum Kalsoum de l'Algérie, et s'est installée à Paris au début des années quatre-vingt. Cheikha Rimitti vit depuis dans une chambre d'hôtel de Barbès. Après une longue éclipse, elle réapparaît sur scène en 1994 à l'Institut du monde arabe, qui a récemment publié l'album de ce concert, " Aux sources du raï ", de facture beaucoup plus traditionnelle que " Nouar ". Des anciens, Cheikha Rimitti a conservé le souffle hypnotique des flûtes de roseau et des percussions qui conduisent à la transe. Mais " Nouar " s'est ouvert au raï moderne, avec la participation de l'arrangeur Maghni Mohamed, qui a collaboré avec Khaled et Mami. Contrairement à d'autres divas du raï qui restent fidèles à la tradition pure, Cheikha Rimitti s'est décidée à en découdre sur le terrain même de ses jeunes rivaux, auxquels elle reproche souvent de l'avoir pillée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.