A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris : Une place porte désormais le nom de la chanteuse de raï Cheikha Rimitti
Publié dans Le Maghreb le 16 - 12 - 2019

La papesse du Raï, Cheikha Rimitti, a depuis début novembre le droit à une place qui porte son nom à Paris, dans le 18e arrondissement.
La place Cheikha Rimitti a été attribuée à une emprise du domaine public, située entre la rue de la Goutte d'Or et Polonceau dans le 18e arrondissement de la ville. C'est en tout cas ce qu'on peut lire dans un délibéré publié au Journal Officiel au début du mois.
Née en 1923 à Sidi Bel Abbès et décédée à Paris en 2006, Cheikha Rimitti est l'un des grands noms du Raï. Son penchant pour une parole libérée et l'introduction de nouvelles sonorités inspire jusqu'à ce jour nombre de chanteurs de la nouvelle génération.
Avant de visionner l'extrait vidéo de son concert à l'Institut du Monde Arabe en 1994, quelques repères biographiques dans le portrait ci-dessous, publié dans le Parisien du 17 juin 200

Cheikha Rimitti, la mère spirituelle du raï
CHEIKHA RIMITTI n'est pas une veille dame indigne, mais elle dégage l'aura et l'insolence irrésistible des grandes chanteuses de blues. A 77 ans, l'ancêtre du raï chante toujours l'amour canaille, parle de " gâter mon coeur avec mon nouveau préféré/telle est ma passion ", dans son nouvel album, " Nouar " (Musisoft). Ce disque lui offre pour la première fois une reconnaissance hors de la communauté et d'Algérie où elle est une star, comme le confirme son passage à la Cigale ce soir. Cheikha Rimitti aurait enregistré 400 cassettes et 25 albums tout au long de sa vie. Elle doit son surnom à son succès dans les bars de l'Oranais, à ses débuts dans l'Algérie des années trente et quarante. Un soir de liesse, elle veut offrir la tournée à son public, mélange d'habitants du bled profond et de fonctionnaires coloniaux, mais ne parlant pas la langue de Molière, elle bafouille un " Remettez une tournée " et devient la chanteuse " Rimitti ", la cheikha, maître de son art. Sadia Bédief, de son vrai nom, orpheline très jeune, a chanté pour s'en sortir, en endurant longtemps l'errance d'une sans-domicile-fixe et une pauvreté qui évoquent le poids de douleur d'une Billie Holiday. Un réservoir de thèmes pour ses chansons au franc-parler âpre, licencieux et poétique, jusqu'à ce nouvel album dont le titre, " Nouar ", signifie " fleur ". Presque des " Fleurs du mal "…

L'une des premières Algériennes à chanter le plaisir
Son premier succès national, en 1954, fit scandale : " Déchire et découpe/Rimitti viendra raccommoder Comme hier sur le matelas/Galipette pour galipette/Je ferai à mon amour ce qu'il voudra. " Certains y virent une attaque contre le tabou de la virginité. Cheikha Rimitti fut l'une des premières femmes algériennes à inventer une sorte de féminisme, en chantant le plaisir, autant dire l'interdit. Elle se voit comme la Oum Kalsoum de l'Algérie, et s'est installée à Paris au début des années quatre-vingt. Cheikha Rimitti vit depuis dans une chambre d'hôtel de Barbès. Après une longue éclipse, elle réapparaît sur scène en 1994 à l'Institut du monde arabe, qui a récemment publié l'album de ce concert, " Aux sources du raï ", de facture beaucoup plus traditionnelle que " Nouar ". Des anciens, Cheikha Rimitti a conservé le souffle hypnotique des flûtes de roseau et des percussions qui conduisent à la transe. Mais " Nouar " s'est ouvert au raï moderne, avec la participation de l'arrangeur Maghni Mohamed, qui a collaboré avec Khaled et Mami. Contrairement à d'autres divas du raï qui restent fidèles à la tradition pure, Cheikha Rimitti s'est décidée à en découdre sur le terrain même de ses jeunes rivaux, auxquels elle reproche souvent de l'avoir pillée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.