L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental : Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité
Publié dans Le Maghreb le 12 - 04 - 2020

Le Front Polisario a regretté jeudi que le Conseil de sécurité de l'ONU n'ait pas envoyé un signal clair concernant son soutien uni au processus de paix dirigé par l'ONU sur le Sahara occidental, et réaffirmé que le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance est inaliénable et non négociable.

"Le Front Polisario regrette profondément que le Conseil de sécurité de l'ONU n'ait pas envoyé aujourd'hui un signal clair concernant son soutien uni au processus de paix dirigé par l'ONU sur le Sahara occidental", a réagi le Front dans un communiqué, indiquant que les consultations d'aujourd'hui sur la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) ont offert au Conseil une nouvelle occasion de soutenir fermement le droit international et de relancer le processus politique au point mort".
"Au lieu de cela, le Conseil a opté pour l'inaction et n'a produit aucune action ni résultat concret", a regretté le Front Polisario dans son texte, à l'issue de la séance du Conseil de sécurité tenue aujourd'hui sous la présidence de la République dominicaine via vidéoconférence.
Depuis la démission de l'ancien envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Horst Kohler, en mai 2019, souligne le Polisario, le Conseil de sécurité "n'a rien fait pour réactiver" le processus de paix dirigé par l'ONU ou empêcher le Maroc de saboter le processus. "Au contraire, le Conseil de sécurité est resté aux côtés du Maroc, puissance occupante du Sahara occidental, engagé effrontément dans une série d'actions déstabilisatrices et provocatrices, y compris, l'ouverture illégale de soi-disant "consulats" par des entités étrangères dans les territoires occupés du Sahara occidental", a-t-il soutenu.
"Le Conseil n'a pas non plus condamné les violations flagrantes de l'accord militaire n 1 par le Maroc et a autorisé le Maroc à fixer des conditions préalables pour la nomination du prochain envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU", a encore dénoncé le Front Polisario.
L'absence de progrès dans le processus politique et le silence et l'inaction du Secrétariat de l'ONU et du Conseil de sécurité face aux actions illégales et déstabilisatrices du Maroc ont encore aggravé la perte de confiance au sein du peuple sahraoui dans le processus de paix, déplore le Front.
"Ni le Secrétariat de l'ONU ni le Conseil de sécurité n'ont pris les mesures que nous avons décrites dans notre lettre (S / 2020/66) en vue de restaurer la confiance de notre peuple dans le processus des Nations Unies", a-t-il ajouté.

L'autodétermination, droit inaliénable et non négociable
En conséquence, a souligné le Polisario, "nous continuons à reconsidérer notre engagement dans le processus politique des Nations unies sous sa forme actuelle, que nous considérons comme une sérieuse dérogation au plan de paix mutuellement convenu qui soutient le cessez-le-feu existant et les accords militaires connexes et détermine le rôle et les responsabilités des Nations Unies au Sahara occidental".
Le Front Polisario a rappelé que le mandat principal de la MINURSO, tel qu'établi dans la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité et les résolutions ultérieures, est d'organiser un référendum libre et équitable sur l'autodétermination du peuple du Sahara occidental.
Le moment est venu pour le Conseil de sécurité de soutenir le mandat de la MINURSO et le processus de paix des Nations unies par des actes, pas seulement des mots. Le Conseil devrait donc prendre des mesures concrètes pour permettre à notre peuple d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance, conformément aux paramètres établis par l'ONU en ce qui concerne la question du Sahara occidental en tant que cas de décolonisation.
Le Front Polisario a soutenu qu'il "reste attaché à une résolution pacifique du conflit". Cependant, souligne encore le Front, "nous réaffirmons que nous ne serons pas partenaires dans tout processus qui ne respecte pas et ne prévoit pas l'exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance conformément aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité".
"Le droit de notre peuple à l'autodétermination et à l'indépendance est inaliénable et non négociable, et nous rechercherons tous les moyens légitimes pour le défendre", a-t-il conclu.

Le processus politique complètement paralysé
Selon le représentant du Front Polisario aux Nations unies, Sidi Mohamed Omar, cette session du Conseil de sécurité se tient en conformité avec la résolution 2494 (2019), adoptée par le Conseil lors de sa séance, tenue le 30 octobre 2019 et qui a prolongé le mandat de la Mission de l'ONU pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) jusqu'au 30 octobre 2020.
Après une intense médiation qui a ravivé l'espoir de paix au Sahara occidental, le processus onusien se trouve depuis mai 2019 dans l'impasse depuis le départ de l'envoyé personnel, Horst Kohler, à qui l'ONU tarde à nommer un successeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.