Mouvement dans le corps des Douanes    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés et 14 interdits de recrutement    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Relizane: Décès du SG de la wilaya atteint du Coronavirus    L'ECOLE ET LA BRECHE    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La situation s'aggrave !    La colère de Djerad    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Les pistes de relance    Ghacha suivi par Malines    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Air Algérie frôle le crash    "Je n'ai pas peur de la mort"    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pékin prêt à revoir sa position sur le nucléaire iranien
Suite au réchauffement des relations sino-américaines
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 03 - 2010

Les relations sino-américaines se réchauffent après les frictions et tensions qui les ont caractérisées ces derniers mois, notamment sur la valeur du yuan, des ventes d'armes à Taïwan, la liberté de l'internet et une visite à la Maison Blanche du dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, que Pékin accuse d'indépendantisme.
Les relations sino-américaines se réchauffent après les frictions et tensions qui les ont caractérisées ces derniers mois, notamment sur la valeur du yuan, des ventes d'armes à Taïwan, la liberté de l'internet et une visite à la Maison Blanche du dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, que Pékin accuse d'indépendantisme.
En recevant lundi soir les lettres de créances du nouvel ambassadeur de Chine à Washington Zhang Yesui, le président américain Barack Obama s'est dit déterminé à nouer une "relation positive" avec la Chine dans un texte lu par M. Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison blanche. M. Obama a souligné la nécessité pour Washington et Pékin de "travailler ensemble, ainsi qu'avec la communauté internationale, sur des questions mondiales litigieuses, notamment la non-prolifération et la poursuite d'une croissance mondiale durable et équilibrée", explique le texte présidentiel. Barack Obama a "réaffirmé" la politique américaine d'"une seule Chine" en vertu de laquelle les Etats-Unis considèrent Taïwan comme faisant partie de la Chine, et de ce fait soutient les "efforts fournis par Pékin et Taïpei pour réduire les tensions dans le détroit de Taïwan". "Au cours de leur entretien, le président a fait état de sa détermination à développer plus avant une relation positive avec la Chine", a déclaré M. Gibbs. Pékin, qui avait fait état la semaine passée de sa volonté de renforcer les contacts avec Washington pour atténuer les tensions, a aussitôt salué ces déclarations dans un communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang. "La Chine apprécie l'attitude positive du président américain Barack Obama (...) visant à promouvoir les relations sino-américaines", a-t-il dit, ajoutant que Pékin "attache une grande importance à la réaffirmation par les Etats-Unis de leur engagement sur les questions de Taïwan et du Tibet". Reconnaissant les difficultés récentes, et affirmant qu'elles ne sont "pas dans l'intérêt des deux pays", M. Qin a estimé que "la Chine et les Etats-Unis sont des nations qui ont une importante influence dans le monde". "Une bonne relation sino-américaine est dans l'intérêt fondamental des deux pays et de leurs peuples, et est bénéfique à la paix, à la stabilité et à la prospérité en Asie et dans le monde", a-t-il souligné insistant toutefois "sur un dialogue et des consultations sur un pied d'égalité". Un prochain round de discussions de haut niveau stratégiques et économiques devrait se tenir à Pékin à la fin mai. Cette embellie pourrait influer sur le dossier du nucléaire iranien. Lundi, Mme Hillary Clinton avait dit s'attendre à des "suggestions" de la part de la Chine dans le débat entre grandes puissances sur d'éventuelles sanctions contre l'Iran. Dans les semaines qui viennent, "la Chine va être impliquée, elle fera ses suggestions", avait elle déclaré à la chaîne canadienne CTV. La Chine, membre du groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) qui soupçonne l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de programme civil, était jusque là réticente à accepter un nouveau train de sanctions contre Téhéran. Elle semblerait désormais prête à débattre des éléments d'une résolution selon la confession sous couvert d'anonymat d'un responsable américain présent à la réunion du G8 où le dossier nucléaire est au menu. Cela semble conforter la déclaration de la secrétaire d'Etat qui avait promis ce 25 mars des progrès vers de nouvelles sanctions "dans un avenir très proche", indiquant etre sur la voie «d'un certain consensus». Le secrétaire d'Etat adjoint, James Steinberg, a de son côté affirmé à Washington que la Chine reconnaissait que le programme nucléaire iranien pouvait constituer un "danger". La diplomatie chinoise admet aussi "qu'il ne semble pas y avoir de la part des Iraniens de volonté de saisir" les chances de négociation avec le groupe des Six, a-t-il dit révélant que lors de sa visite à Pékin ce mois ci des responsables chinois avaient manifesté leur souhait de s'entretenir avec lui en matière de coopération sur l'Iran
N. S.
En recevant lundi soir les lettres de créances du nouvel ambassadeur de Chine à Washington Zhang Yesui, le président américain Barack Obama s'est dit déterminé à nouer une "relation positive" avec la Chine dans un texte lu par M. Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison blanche. M. Obama a souligné la nécessité pour Washington et Pékin de "travailler ensemble, ainsi qu'avec la communauté internationale, sur des questions mondiales litigieuses, notamment la non-prolifération et la poursuite d'une croissance mondiale durable et équilibrée", explique le texte présidentiel. Barack Obama a "réaffirmé" la politique américaine d'"une seule Chine" en vertu de laquelle les Etats-Unis considèrent Taïwan comme faisant partie de la Chine, et de ce fait soutient les "efforts fournis par Pékin et Taïpei pour réduire les tensions dans le détroit de Taïwan". "Au cours de leur entretien, le président a fait état de sa détermination à développer plus avant une relation positive avec la Chine", a déclaré M. Gibbs. Pékin, qui avait fait état la semaine passée de sa volonté de renforcer les contacts avec Washington pour atténuer les tensions, a aussitôt salué ces déclarations dans un communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang. "La Chine apprécie l'attitude positive du président américain Barack Obama (...) visant à promouvoir les relations sino-américaines", a-t-il dit, ajoutant que Pékin "attache une grande importance à la réaffirmation par les Etats-Unis de leur engagement sur les questions de Taïwan et du Tibet". Reconnaissant les difficultés récentes, et affirmant qu'elles ne sont "pas dans l'intérêt des deux pays", M. Qin a estimé que "la Chine et les Etats-Unis sont des nations qui ont une importante influence dans le monde". "Une bonne relation sino-américaine est dans l'intérêt fondamental des deux pays et de leurs peuples, et est bénéfique à la paix, à la stabilité et à la prospérité en Asie et dans le monde", a-t-il souligné insistant toutefois "sur un dialogue et des consultations sur un pied d'égalité". Un prochain round de discussions de haut niveau stratégiques et économiques devrait se tenir à Pékin à la fin mai. Cette embellie pourrait influer sur le dossier du nucléaire iranien. Lundi, Mme Hillary Clinton avait dit s'attendre à des "suggestions" de la part de la Chine dans le débat entre grandes puissances sur d'éventuelles sanctions contre l'Iran. Dans les semaines qui viennent, "la Chine va être impliquée, elle fera ses suggestions", avait elle déclaré à la chaîne canadienne CTV. La Chine, membre du groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) qui soupçonne l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de programme civil, était jusque là réticente à accepter un nouveau train de sanctions contre Téhéran. Elle semblerait désormais prête à débattre des éléments d'une résolution selon la confession sous couvert d'anonymat d'un responsable américain présent à la réunion du G8 où le dossier nucléaire est au menu. Cela semble conforter la déclaration de la secrétaire d'Etat qui avait promis ce 25 mars des progrès vers de nouvelles sanctions "dans un avenir très proche", indiquant etre sur la voie «d'un certain consensus». Le secrétaire d'Etat adjoint, James Steinberg, a de son côté affirmé à Washington que la Chine reconnaissait que le programme nucléaire iranien pouvait constituer un "danger". La diplomatie chinoise admet aussi "qu'il ne semble pas y avoir de la part des Iraniens de volonté de saisir" les chances de négociation avec le groupe des Six, a-t-il dit révélant que lors de sa visite à Pékin ce mois ci des responsables chinois avaient manifesté leur souhait de s'entretenir avec lui en matière de coopération sur l'Iran
N. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.