«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Oncle Boonmee" décroche la Palme d'or
Festival de Cannes
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 05 - 2010

Déjouant les pronostics, le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul a remporté la Palme d'or avec le surnaturel "Oncle Boonmee" au Festival de Cannes, où un trio français, l'actrice Juliette Binoche et les réalisateurs Xavier Beauvois et Mathieu Amalric, ont été sacrés. "C'est un moment très important pour l'histoire de la Thaïlande, du cinéma thaïlandais, c'est une grande première", a lancé le cinéaste de 39 ans, en recevant son prix des mains du président du jury.
"Oncle Boonmee, celui qui se souvient des vies antérieures", le titre complet du film, suit un vieil homme atteint d'insuffisance rénale aiguë, qui dialogue avec le fantôme de sa femme et de son fils, décédés depuis des années, dans une forêt fascinante et surnaturelle, où les âmes migrent des hommes aux plantes et aux animaux.
Avec trois récompenses, le cinéma français a de quoi sabler le champagne. Le Grand prix est allé à Xavier Beauvois pour "Des hommes et des dieux", une fiction épurée et puissante, qui place le spectateur face au dilemme moral d'hommes de foi emportés par la violence : les moines de Tibéhirine assassinés en 1996, en Algérie.
Souvent venu à Cannes comme acteur, Mathieu Amalric a été sacré meilleur réalisateur pour "Tournée", qui suit une troupe de strip-teaseuses aussi plantureuses qu'effrontées. Après Charlotte Gainsbourg l'an dernier, Juliette Binoche, 46 ans, a été sacrée meilleure actrice en amoureuse fantasmée dans "Copie conforme", tourné en Toscane par l'Iranien Abbas Kiarostami. L'Espagnol Javier Bardem, 41 ans, dans le lyrique "Biutiful" du Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu et le jeune italien Elio Germano, 29 ans, dans "La nostra vita", chronique d'une Italie amorale signée par Daniele Luchetti, ont remporté ex aequo, le Prix d'interprétation masculine.
Premier film africain en compétition depuis treize ans, le bouleversant "Un homme qui crie" du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun a remporté le Prix du Jury, tandis que "Poetry" du Sud-coréen Lee Chang-dong, recevait celui du scénario.
La Caméra d'or du meilleur premier film est revenu à "Année bissextile", une histoire d'amour sado-masochiste du Mexicain Michael Rowe, présentée à la Quinzaine des réalisateurs.
Déjouant les pronostics, le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul a remporté la Palme d'or avec le surnaturel "Oncle Boonmee" au Festival de Cannes, où un trio français, l'actrice Juliette Binoche et les réalisateurs Xavier Beauvois et Mathieu Amalric, ont été sacrés. "C'est un moment très important pour l'histoire de la Thaïlande, du cinéma thaïlandais, c'est une grande première", a lancé le cinéaste de 39 ans, en recevant son prix des mains du président du jury.
"Oncle Boonmee, celui qui se souvient des vies antérieures", le titre complet du film, suit un vieil homme atteint d'insuffisance rénale aiguë, qui dialogue avec le fantôme de sa femme et de son fils, décédés depuis des années, dans une forêt fascinante et surnaturelle, où les âmes migrent des hommes aux plantes et aux animaux.
Avec trois récompenses, le cinéma français a de quoi sabler le champagne. Le Grand prix est allé à Xavier Beauvois pour "Des hommes et des dieux", une fiction épurée et puissante, qui place le spectateur face au dilemme moral d'hommes de foi emportés par la violence : les moines de Tibéhirine assassinés en 1996, en Algérie.
Souvent venu à Cannes comme acteur, Mathieu Amalric a été sacré meilleur réalisateur pour "Tournée", qui suit une troupe de strip-teaseuses aussi plantureuses qu'effrontées. Après Charlotte Gainsbourg l'an dernier, Juliette Binoche, 46 ans, a été sacrée meilleure actrice en amoureuse fantasmée dans "Copie conforme", tourné en Toscane par l'Iranien Abbas Kiarostami. L'Espagnol Javier Bardem, 41 ans, dans le lyrique "Biutiful" du Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu et le jeune italien Elio Germano, 29 ans, dans "La nostra vita", chronique d'une Italie amorale signée par Daniele Luchetti, ont remporté ex aequo, le Prix d'interprétation masculine.
Premier film africain en compétition depuis treize ans, le bouleversant "Un homme qui crie" du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun a remporté le Prix du Jury, tandis que "Poetry" du Sud-coréen Lee Chang-dong, recevait celui du scénario.
La Caméra d'or du meilleur premier film est revenu à "Année bissextile", une histoire d'amour sado-masochiste du Mexicain Michael Rowe, présentée à la Quinzaine des réalisateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.