6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Disponibilité de l'aliment de bétail et de la volaille
Baraki
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 08 - 2010

Les centaines d'éleveurs de cheptel ovin, bovin et poulets dans la localité de Baraki se réjouissent d'apprendre que dans quelques jours ils pourront enfin bénéficier de quantités appréciables d'aliments indispensables à la continuité de leur profession. La disponibilité de ces aliments intervient suite l'achat par l'Onab de vingt mille tonnes de maïs, destinées à l'alimentation animale. Actuellement les aliments sont bien vendus dans quelques espaces de vente de la Mitidja, mais à des prix plus chers que ceux appliqués avant 2007. Les éleveurs se plaignent de la rareté de ces produits et en cas de disponibilité qu'ils leur soient proposés à des prix exhorbitants Au fait, la pénurie d'aliments de bétail et de volaille, qui persiste depuis plusieurs semaines, se traduit par l'augmentation à plus de trois mille dinars le quintal, et elle se répercute de surcroît sur le prix des viandes rouges et blanches qui sont bien au dessus du pouvoir d'achat des familles déjà bien érodé. En dépit d'une bonne récolte, estimée à plusieurs millions d'orge indispensable à l'alimentation ovine, l'importation d'autres aliments pour bovin et volaille demeure inévitable afin de renforcer l'alimentation animale qui, selon certains éleveurs, risquerait de subir de fâcheuses conséquences si la flambée des prix des aliments persiste après l'été. C'est pourquoi les cadres de l'Onab ont eu recours à la multiplication des quantités d'aliments en vue de réduire l'impact de la spéculation et ce, en dépit de la tendance haussière des prix de maïs par exemple, qui est à 160 dollars sur les marchés mondiaux. Toutefois, pour atténuer la facture lourde de l'importation, on opte, cette fois-ci, pour le maïs provenant des Etats-Unis et d'Amérique latine. Les arguments de l'Onab se focalisent sur la bonne qualité de produits de ladite provenance. Certains spécialistes appréhendent la persistance de la hausse des prix pour de longues semaines encore et de ce fait préconisent le recours au fourrage localement produit.
Les centaines d'éleveurs de cheptel ovin, bovin et poulets dans la localité de Baraki se réjouissent d'apprendre que dans quelques jours ils pourront enfin bénéficier de quantités appréciables d'aliments indispensables à la continuité de leur profession. La disponibilité de ces aliments intervient suite l'achat par l'Onab de vingt mille tonnes de maïs, destinées à l'alimentation animale. Actuellement les aliments sont bien vendus dans quelques espaces de vente de la Mitidja, mais à des prix plus chers que ceux appliqués avant 2007. Les éleveurs se plaignent de la rareté de ces produits et en cas de disponibilité qu'ils leur soient proposés à des prix exhorbitants Au fait, la pénurie d'aliments de bétail et de volaille, qui persiste depuis plusieurs semaines, se traduit par l'augmentation à plus de trois mille dinars le quintal, et elle se répercute de surcroît sur le prix des viandes rouges et blanches qui sont bien au dessus du pouvoir d'achat des familles déjà bien érodé. En dépit d'une bonne récolte, estimée à plusieurs millions d'orge indispensable à l'alimentation ovine, l'importation d'autres aliments pour bovin et volaille demeure inévitable afin de renforcer l'alimentation animale qui, selon certains éleveurs, risquerait de subir de fâcheuses conséquences si la flambée des prix des aliments persiste après l'été. C'est pourquoi les cadres de l'Onab ont eu recours à la multiplication des quantités d'aliments en vue de réduire l'impact de la spéculation et ce, en dépit de la tendance haussière des prix de maïs par exemple, qui est à 160 dollars sur les marchés mondiaux. Toutefois, pour atténuer la facture lourde de l'importation, on opte, cette fois-ci, pour le maïs provenant des Etats-Unis et d'Amérique latine. Les arguments de l'Onab se focalisent sur la bonne qualité de produits de ladite provenance. Certains spécialistes appréhendent la persistance de la hausse des prix pour de longues semaines encore et de ce fait préconisent le recours au fourrage localement produit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.