La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les «nostalgiques» créent leur fondation
Alors que l'on commémore aujourd'hui les massacres du 17 octobre 1961
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 10 - 2010

Ce mardi 19 octobre, la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie verra le jour. Une date loin d'être fortuite puisqu'elle intervient presque jour pour jour avec la célébration du triste anniversaire des massacre du 17 octobre 1961 où des Algériens furent jetés à la Seine par la police de Papon. Point de hasard également concernant l'annonce par le secrétariat d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants par un communiqué indiquant l'installation aux Invalides, le 19 octobre prochain, de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie, alors qu'au même moment, le film «Hors-la- loi» de Rachid Bouchareb sort sur les écrans français. Prévue dans la loi du 23 février 2005 qui glorifie le colonialisme, cette institution de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie est composée d'association de harkis, d'anciens militaires de l'armée française en Algérie et de pieds-noirs. La fondation avait été promise par Nicolas Sarkozy le 31 mars 2007 alors qu'il était candidat à la présidentielle. Sarkozy avait souhaité « la création rapide » de cette fondation en précisant qu'elle serait « dirigée par les rapatriés pour les rapatriés ».
Un argument qui a payé. Sarkozy rafle un électorat traditionnellement acquis au Front national.
Une fois élu, Sarkozy tient sa promesse faite à son électorat d'anciens de l'Algérie française en relançant le projet.
De retour de son voyage en Algérie,il reçoit les associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord et de rapatriés harkis et place le projet de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie sous le signe de la «réconciliation des mémoires». Sauf que le rôle de cette fondation jette le doute sur l'objectif assigné à la «réconciliation des mémoires», biaisé qu'il est par une mémoire sélective, partisane et particulièrement chauvine pour prétendre à la réconciliation. Hubert Falco, Maurice Faivre et autres extrémistes de la mémoire. C'est Hubert Falco qui a été chargé de mettre cette fondation en place. L'origine varoise (département du Var, dans le sud de la France) du secrétaire d'Etat aux anciens combattants a sans doute joué en sa faveur, les élus du Var étant connus pour savoir ménager les nostalgiques de l'Algérie française. En plus de se targuer d'être le « premier département militaire de France », le Var compte un nombre important de rapatriés d'Algérie installés après l'indépendance. Hubert Falco s'est placé comme un acteur important dans la féroce attaque contre le film « Hors-la-loi». Hubert Falco s'était alors tout naturellement adressé au service historique de la Défense dont le responsable, le général Gilles Robert, devait délivrer un jugement sévère sur le scénario.
Les historiens disent non !
Quelques précisions ont été apportées par le journal « La Croix » sur la composition de cette fondation. Son conseil d'administration de 18 membres sera composé de plusieurs « collèges ». Trois associations d'anciens combattants « les Gueules Cassées », la Fédération Maginot et le Souvenir français. Cinq personnes pour le gouvernement. Quatre personnes choisies en raison de leurs compétences par les deux collèges précédents et les amis de la fondation ainsi que trois personnes désignées toujours par les deux premiers collèges. Chacune des trois associations apportent plus de 60% du budget total de 3 millions d'euros. Elle sera présidée par un ancien général de l'armée française ayant combattu en Algérie. La fondation veut se doter d'un conseil d'historiens, mais à ce jour, aucun d'entre eux n'a encore accepté d'associer son nom à cette fondation. Un collectif d'historiens avait rejeté le projet de cette fondation en 2007. « Une fondation pour la mémoire n'est pas une fondation pour l'histoire. Les historiens ne sont pas là pour entretenir une quelconque nostalgie, ni produire des travaux se pliant aux seuls souvenirs de témoins», écrivaient-ils.
Ce mardi 19 octobre, la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie verra le jour. Une date loin d'être fortuite puisqu'elle intervient presque jour pour jour avec la célébration du triste anniversaire des massacre du 17 octobre 1961 où des Algériens furent jetés à la Seine par la police de Papon. Point de hasard également concernant l'annonce par le secrétariat d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants par un communiqué indiquant l'installation aux Invalides, le 19 octobre prochain, de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie, alors qu'au même moment, le film «Hors-la- loi» de Rachid Bouchareb sort sur les écrans français. Prévue dans la loi du 23 février 2005 qui glorifie le colonialisme, cette institution de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie est composée d'association de harkis, d'anciens militaires de l'armée française en Algérie et de pieds-noirs. La fondation avait été promise par Nicolas Sarkozy le 31 mars 2007 alors qu'il était candidat à la présidentielle. Sarkozy avait souhaité « la création rapide » de cette fondation en précisant qu'elle serait « dirigée par les rapatriés pour les rapatriés ».
Un argument qui a payé. Sarkozy rafle un électorat traditionnellement acquis au Front national.
Une fois élu, Sarkozy tient sa promesse faite à son électorat d'anciens de l'Algérie française en relançant le projet.
De retour de son voyage en Algérie,il reçoit les associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord et de rapatriés harkis et place le projet de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie sous le signe de la «réconciliation des mémoires». Sauf que le rôle de cette fondation jette le doute sur l'objectif assigné à la «réconciliation des mémoires», biaisé qu'il est par une mémoire sélective, partisane et particulièrement chauvine pour prétendre à la réconciliation. Hubert Falco, Maurice Faivre et autres extrémistes de la mémoire. C'est Hubert Falco qui a été chargé de mettre cette fondation en place. L'origine varoise (département du Var, dans le sud de la France) du secrétaire d'Etat aux anciens combattants a sans doute joué en sa faveur, les élus du Var étant connus pour savoir ménager les nostalgiques de l'Algérie française. En plus de se targuer d'être le « premier département militaire de France », le Var compte un nombre important de rapatriés d'Algérie installés après l'indépendance. Hubert Falco s'est placé comme un acteur important dans la féroce attaque contre le film « Hors-la-loi». Hubert Falco s'était alors tout naturellement adressé au service historique de la Défense dont le responsable, le général Gilles Robert, devait délivrer un jugement sévère sur le scénario.
Les historiens disent non !
Quelques précisions ont été apportées par le journal « La Croix » sur la composition de cette fondation. Son conseil d'administration de 18 membres sera composé de plusieurs « collèges ». Trois associations d'anciens combattants « les Gueules Cassées », la Fédération Maginot et le Souvenir français. Cinq personnes pour le gouvernement. Quatre personnes choisies en raison de leurs compétences par les deux collèges précédents et les amis de la fondation ainsi que trois personnes désignées toujours par les deux premiers collèges. Chacune des trois associations apportent plus de 60% du budget total de 3 millions d'euros. Elle sera présidée par un ancien général de l'armée française ayant combattu en Algérie. La fondation veut se doter d'un conseil d'historiens, mais à ce jour, aucun d'entre eux n'a encore accepté d'associer son nom à cette fondation. Un collectif d'historiens avait rejeté le projet de cette fondation en 2007. « Une fondation pour la mémoire n'est pas une fondation pour l'histoire. Les historiens ne sont pas là pour entretenir une quelconque nostalgie, ni produire des travaux se pliant aux seuls souvenirs de témoins», écrivaient-ils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.