RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des produits qui font craindre le pire
Célébration du Mawlid Ennabaoui El-Charif
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2011

Le Mawlid Ennabaoui El-Charif (anniversaire de la naissance du Prophète, QSSSL) est célébré le 12 Rabie al awal 1432, correspondant au 15 février 2011, annonce le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs.
Le Mawlid Ennabaoui El-Charif (anniversaire de la naissance du Prophète, QSSSL) est célébré le 12 Rabie al awal 1432, correspondant au 15 février 2011, annonce le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs.
A cette occasion, les citoyens se bousculent pour se procurer toutes sortes de produits pyrotechniques. «Il faut quatre jours de salaire pour acheter un vrai pétard », ironise un homme venu acheter des nouwalat et quelques pétards, car pour lui, c'est une habitude qu'il ne peut abandonner. «Il est vrai que les pétards constituent un véritable danger, mais avec les nouwalat on ne risque rien», souligne-t-il. Si dans la majorité des quartiers de la capitale il y a beaucoup de marchands de produits pyrotechniques, Djamaâ Lihoud et la place des Martyrs se sont transformés, eux, en une vraie foire des pétards.
«Les gens préfèrent attendre la veille du Mawlid pour acheter», estime un autre acheteur rencontré à Belcourt.
On y trouve à Djamaâ Lihoud toutes sortes de produits pyrotechniques que les revendeurs présentent avec fierté : saroukh (missile), fusil, feu d'artifice, double bombe, warda (fleur)… les clients ont l'embarras du choix.
Mohamed est l'un de ces vendeurs qui a laissé tomber le commerce des vêtements pour celui des pétards qui est, selon lui, plus rentable durant ce genre d'occasion. Selon lui, chitana est la plus dangereuse. Le bruit que provoque ce gros pétard retentit sur une quarantaine de mètres. Ce modèle se vend à plus de 300 DA l'unité. «Double bombe et saroukh sont aussi de gros pétards dangereux, dont les prix sont trop élevés. Un paquet de saroukh coûte 7.000 DA », conclut notre interlocuteur. Le comble dans tout ça, c'est que la police ne réagit pas pour les empêcher de vendre, malgré que le commerce des pétards est interdit par la loi. En effet, le décret n°63-291 du 2 août 1963 interdit clairement le commerce des produits pyrothecniques : «Sont prohibées la fabrication, l'importation et la vente sur le territoire national des pétards et tous les articles pyrotechniques du genre bombe cartouche ou bombe fantaisie», souligne l'article n°1 dudit décret. L'article 2, quant à lui, déclare prohibée même l'utilisation des pétards dans les places publiques : «Le jet de ces pétards sur la voie publique est interdit.» Mais, semble-t-il, les lois algériennes sont faites pour ne pas être respectées, donc les revendeurs ne sont pas inquiets. Ils se livrent journellement au jeu du chat et la souris avec les policiers. Il est à signaler aussi que le commerce des pétards refait surface avec son lot de dangers sur la santé des personnes, c'est pour ça que la Protection civile a appelé les citoyens, particulièrement les jeunes, à un «maximum de prudence afin de réduire les conséquences générées par l'utilisation des produits pyrotechniques à l'occasion de la célébration de la fête du Mawlid Ennabaou en raison de la disponibilité sur le marché informel de ces produits très dangereux», recommande cette institution dans un communiqué rendu public. «L'utilisation abusive et dangereuse durant la fête du Mawlid Ennabaoui des produits pyrotechniques, qui sont du reste interdits, cause chaque année des blessures graves aux personnes et des incendies dans les habitations et les établissements recevant du public», rappelle la même source. Et comme chaque année, on condamne cet état de faits et l'on crie au danger.
A cette occasion, les citoyens se bousculent pour se procurer toutes sortes de produits pyrotechniques. «Il faut quatre jours de salaire pour acheter un vrai pétard », ironise un homme venu acheter des nouwalat et quelques pétards, car pour lui, c'est une habitude qu'il ne peut abandonner. «Il est vrai que les pétards constituent un véritable danger, mais avec les nouwalat on ne risque rien», souligne-t-il. Si dans la majorité des quartiers de la capitale il y a beaucoup de marchands de produits pyrotechniques, Djamaâ Lihoud et la place des Martyrs se sont transformés, eux, en une vraie foire des pétards.
«Les gens préfèrent attendre la veille du Mawlid pour acheter», estime un autre acheteur rencontré à Belcourt.
On y trouve à Djamaâ Lihoud toutes sortes de produits pyrotechniques que les revendeurs présentent avec fierté : saroukh (missile), fusil, feu d'artifice, double bombe, warda (fleur)… les clients ont l'embarras du choix.
Mohamed est l'un de ces vendeurs qui a laissé tomber le commerce des vêtements pour celui des pétards qui est, selon lui, plus rentable durant ce genre d'occasion. Selon lui, chitana est la plus dangereuse. Le bruit que provoque ce gros pétard retentit sur une quarantaine de mètres. Ce modèle se vend à plus de 300 DA l'unité. «Double bombe et saroukh sont aussi de gros pétards dangereux, dont les prix sont trop élevés. Un paquet de saroukh coûte 7.000 DA », conclut notre interlocuteur. Le comble dans tout ça, c'est que la police ne réagit pas pour les empêcher de vendre, malgré que le commerce des pétards est interdit par la loi. En effet, le décret n°63-291 du 2 août 1963 interdit clairement le commerce des produits pyrothecniques : «Sont prohibées la fabrication, l'importation et la vente sur le territoire national des pétards et tous les articles pyrotechniques du genre bombe cartouche ou bombe fantaisie», souligne l'article n°1 dudit décret. L'article 2, quant à lui, déclare prohibée même l'utilisation des pétards dans les places publiques : «Le jet de ces pétards sur la voie publique est interdit.» Mais, semble-t-il, les lois algériennes sont faites pour ne pas être respectées, donc les revendeurs ne sont pas inquiets. Ils se livrent journellement au jeu du chat et la souris avec les policiers. Il est à signaler aussi que le commerce des pétards refait surface avec son lot de dangers sur la santé des personnes, c'est pour ça que la Protection civile a appelé les citoyens, particulièrement les jeunes, à un «maximum de prudence afin de réduire les conséquences générées par l'utilisation des produits pyrotechniques à l'occasion de la célébration de la fête du Mawlid Ennabaou en raison de la disponibilité sur le marché informel de ces produits très dangereux», recommande cette institution dans un communiqué rendu public. «L'utilisation abusive et dangereuse durant la fête du Mawlid Ennabaoui des produits pyrotechniques, qui sont du reste interdits, cause chaque année des blessures graves aux personnes et des incendies dans les habitations et les établissements recevant du public», rappelle la même source. Et comme chaque année, on condamne cet état de faits et l'on crie au danger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.