Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Google Chrome, le plus rapide des navigateurs Web
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 08 - 2011

Selon une étude réalisée par la société Compuware, Google Chrome est le navigateur Web le plus rapide pour charger complètement une page web. Mais il est suivi de près par le Firefox de Mozilla. Google Chrome est le plus rapide des navigateurs web, juste devant Mozilla Firefox. Du moins, si l'on en croit les tests de performance réalisés par la société Compuware. En effet, celle-ci a décidé de comparer les navigateurs web en parcourant différents sites Internet et en relevant les mesures techniques correspondantes. Ainsi, le cabinet Gomez du groupe Compuware, en charge de l'étude, a réalisé près de 2 milliards de mesures sur près de 200 sites web durant un mois, révèle Generation NT. Les navigateurs se trouvant au banc d'essai étaient alors Google Chrome (versions 10, 11 et 12), Mozilla Firefox (version 3, 4 et 5), Apple Safari (version 4 et 5) et enfin Internet Explorer (version 7, 8 et 9). Pour chacun, ils ont mesuré deux paramètres, à savoir le temps de chargement complet d'une page et le temps de chargement perçu par l'utilisateur, c'est-à-dire en tenant compte de la "partie visible" de la page Web. Au final, Chrome supplante donc sans bavure ses concurrents en terme du temps de chargement complet. Il affiche une moyenne de 3,433 secondes contre près de 4 secondes pour Firefox. En revanche, le navigateur de Mozilla devance celui de Google du côté de l'affichage de la "partie visible" de la page, avec un très beau 2,18 secondes pour Firefox 5 contre 2,374 secondes pour Chrome 12. Quant à Safari et Internet Explorer, ils restent loin derrière avec des temps de chargement nettement supérieurs, selon les résultats révélés par TechCrunch qui en a eu la primeur. D'autres données seront publiées ultérieurement, précise Generation NT.
L'Afrique du Sud cache ses cornes de rhinocéros
L'Afrique du Sud va garder secrète la quantité de cornes de rhinocéros stockées par les autorités pour en éviter le pillage au moment où le braconnage connaît une forte expansion, a indiqué jeudi la ministre de l'Environnement. «Un inventaire des cornes de rhinocéros établi par les agences de protection de l'environnement a été achevé, mais pour des questions de sécurité, le département de l'Environnement ne peut pas le publier», a déclaré Edna Molewa. La quantité et le lieu de stockage des cornes des animaux décédés pour la plupart de mort naturelle dans la brousse ou confisquées aux braconniers arrêtés doivent être tenus secrets pour les protéger des vols et d'une revente au marché noir.
L'armée déployée dans le parc national Kruger
Le braconnage de rhinocéros en Afrique du Sud a atteint un seuil alarmant, avec plus de 200 bêtes tuées depuis janvier et 333 abattues en 2010. Une étude est en cours pour étudier si la légalisation du commerce contrôlé des cornes serait une bonne approche pour éviter le braconnage, a noté Edna Molewa. «Nous n'avons pas encore mis la légalisation en route», a-t-elle précisé lors d'une demande écrite au Parlement. «Nous étudions les mesures à prendre pour protéger nos rhinocéros des braconniers». Les cornes peuvent rapporter des dizaines ou des centaines de milliers de dollars, vendues sur le marché asiatique qui les utilise pour la médecine traditionnelle. En avril, l'armée à été déployée dans le célèbre parc national Kruger à la frontière avec le Mozambique pour protéger la plus grande population de rhinocéros.
Un reptile marin fossile de 78 millions d'années découvert avec son embryon
La découverte du fossile d'un reptile marin vieux de 78 millions d'années avec son embryon bien formé, un spécimen unique, révèle que ce plésiosaure mettait bas sa progéniture et ne pondait pas d'œufs, selon une étude parue jeudi 11 août dans la revue américaine Science. Ce plésiosaure adulte carnassier, un polycotylus latippinus, mesurait 4,7 m de long et était muni de quatre nageoires. Il vivait aux côtés des dinosaures durant l'ère du Mésozoïque (- 251 à - 65 millions d'années) et porte un embryon au corps développé avec des côtes, vingt vertèbres, des hanches et les os des nageoires. Pour Robin O'Keefe, un biologiste de l'université Marshall (Virginie occidentale) et Luis Chiappe, directeur du Musée du dinosaure au Musée d'histoire naturelle de Los Angeles, où ce 'double fossile' est actuellement exposé, il s'agit de la première preuve que les plésiosaures mettaient bas plutôt que de pondre et faire éclore des œufs. Bien que cette façon de donner naissance ait été documentée chez plusieurs autres groupes de reptiles aquatiques du Mésozoïque, aucune indication jusqu'alors ne laissait penser que les plésiosaures mettaient également bas leurs petits.
Les plésiosaures n'ont aucun descendant vivant connu mais étaient très communs dans les océans de la planète à l'époque des dinosaures, disparus il y a soixante-cinq millions d'années.
Selon une étude réalisée par la société Compuware, Google Chrome est le navigateur Web le plus rapide pour charger complètement une page web. Mais il est suivi de près par le Firefox de Mozilla. Google Chrome est le plus rapide des navigateurs web, juste devant Mozilla Firefox. Du moins, si l'on en croit les tests de performance réalisés par la société Compuware. En effet, celle-ci a décidé de comparer les navigateurs web en parcourant différents sites Internet et en relevant les mesures techniques correspondantes. Ainsi, le cabinet Gomez du groupe Compuware, en charge de l'étude, a réalisé près de 2 milliards de mesures sur près de 200 sites web durant un mois, révèle Generation NT. Les navigateurs se trouvant au banc d'essai étaient alors Google Chrome (versions 10, 11 et 12), Mozilla Firefox (version 3, 4 et 5), Apple Safari (version 4 et 5) et enfin Internet Explorer (version 7, 8 et 9). Pour chacun, ils ont mesuré deux paramètres, à savoir le temps de chargement complet d'une page et le temps de chargement perçu par l'utilisateur, c'est-à-dire en tenant compte de la "partie visible" de la page Web. Au final, Chrome supplante donc sans bavure ses concurrents en terme du temps de chargement complet. Il affiche une moyenne de 3,433 secondes contre près de 4 secondes pour Firefox. En revanche, le navigateur de Mozilla devance celui de Google du côté de l'affichage de la "partie visible" de la page, avec un très beau 2,18 secondes pour Firefox 5 contre 2,374 secondes pour Chrome 12. Quant à Safari et Internet Explorer, ils restent loin derrière avec des temps de chargement nettement supérieurs, selon les résultats révélés par TechCrunch qui en a eu la primeur. D'autres données seront publiées ultérieurement, précise Generation NT.
L'Afrique du Sud cache ses cornes de rhinocéros
L'Afrique du Sud va garder secrète la quantité de cornes de rhinocéros stockées par les autorités pour en éviter le pillage au moment où le braconnage connaît une forte expansion, a indiqué jeudi la ministre de l'Environnement. «Un inventaire des cornes de rhinocéros établi par les agences de protection de l'environnement a été achevé, mais pour des questions de sécurité, le département de l'Environnement ne peut pas le publier», a déclaré Edna Molewa. La quantité et le lieu de stockage des cornes des animaux décédés pour la plupart de mort naturelle dans la brousse ou confisquées aux braconniers arrêtés doivent être tenus secrets pour les protéger des vols et d'une revente au marché noir.
L'armée déployée dans le parc national Kruger
Le braconnage de rhinocéros en Afrique du Sud a atteint un seuil alarmant, avec plus de 200 bêtes tuées depuis janvier et 333 abattues en 2010. Une étude est en cours pour étudier si la légalisation du commerce contrôlé des cornes serait une bonne approche pour éviter le braconnage, a noté Edna Molewa. «Nous n'avons pas encore mis la légalisation en route», a-t-elle précisé lors d'une demande écrite au Parlement. «Nous étudions les mesures à prendre pour protéger nos rhinocéros des braconniers». Les cornes peuvent rapporter des dizaines ou des centaines de milliers de dollars, vendues sur le marché asiatique qui les utilise pour la médecine traditionnelle. En avril, l'armée à été déployée dans le célèbre parc national Kruger à la frontière avec le Mozambique pour protéger la plus grande population de rhinocéros.
Un reptile marin fossile de 78 millions d'années découvert avec son embryon
La découverte du fossile d'un reptile marin vieux de 78 millions d'années avec son embryon bien formé, un spécimen unique, révèle que ce plésiosaure mettait bas sa progéniture et ne pondait pas d'œufs, selon une étude parue jeudi 11 août dans la revue américaine Science. Ce plésiosaure adulte carnassier, un polycotylus latippinus, mesurait 4,7 m de long et était muni de quatre nageoires. Il vivait aux côtés des dinosaures durant l'ère du Mésozoïque (- 251 à - 65 millions d'années) et porte un embryon au corps développé avec des côtes, vingt vertèbres, des hanches et les os des nageoires. Pour Robin O'Keefe, un biologiste de l'université Marshall (Virginie occidentale) et Luis Chiappe, directeur du Musée du dinosaure au Musée d'histoire naturelle de Los Angeles, où ce 'double fossile' est actuellement exposé, il s'agit de la première preuve que les plésiosaures mettaient bas plutôt que de pondre et faire éclore des œufs. Bien que cette façon de donner naissance ait été documentée chez plusieurs autres groupes de reptiles aquatiques du Mésozoïque, aucune indication jusqu'alors ne laissait penser que les plésiosaures mettaient également bas leurs petits.
Les plésiosaures n'ont aucun descendant vivant connu mais étaient très communs dans les océans de la planète à l'époque des dinosaures, disparus il y a soixante-cinq millions d'années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.